Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2009

J'ai perdu mon ami d'enfance

Pierre et moi sommes rentrés de Fontarèches il y a 1h30 environ
J'ai écouté tous mes messages et je suis tombée sur un vieux message qui date du 2 mars.
La juge des tutelles qui me prévient que Vincent est décédé et que ses obsèques auront lieu le lendemain à Crosnes.
Je n'ai pas écouté mes messages téléphoniques depuis plusieurs semaines. Pourquoi ?
Quelle conne je fais parfois !

Cette satanée maladie de Huntington l'a emporté. Et toutes ces belles années vécues ensemble dans l'inscouciance de notre enfance et de notre adolescence me reviennent en pleine tête, comme une claque ce soir !
Je revois son visage la dernière fois que je suis allée le voir. C'était le 1er février.
Je lui avais promis de revenir. Je n'ai même pas tenu ma promesse.

Je vous laisse avec cette photo de nous deux. Vous la connaissez déjà, je sais, mais c'est une belle photo qui représente beaucoup pour moi.

1258103589.jpg

21:56 Publié dans Tristesse | Tags : huntington, vincent | Lien permanent | Commentaires (10)

16/01/2009

Retour sur le passé

J’ai un ami d’enfance, Vincent.
Ses parents étaient les meilleurs amis de mes parents et voisins de palier dans les années 60.
Il a été quasiment élevé avec moi. Même école primaire, même immeuble, week-end et toutes les vacances d’été ensemble jusqu'à environ 18 ans. Ma mère avait parfois jusqu’à 8 enfants durant les vacances scolaires. Nous louions pendant 2 mois une grande maison dans tous les coins de France.
Petits, nous étions certains que nous nous marierions ensemble.

1258103589.jpg

(lors d'un sketch)

809332805.jpg

(c'est mon père derrière Vincent)

Adolescents, nous partions 1 mois dans un camp sportif du côté de Gap et ensuite 1 mois en Angleterre, chez sa tante.

224221685.jpg


Nous avons connu nos premiers premiers flirts, notre première cigarette, nos premières boums ensemble.

Vincent était depuis toujours un peu différent des autres. Il fallait le motiver, le pousser, le bouger. Combien de fois le matin, ai je retardé son réveil de 2 heures, pour lui faire croire qu’il était très tard et largement temps de se lever !!!

Et puis, a été détectée chez Vincent la maladie de Huntington, alors qu’il n’avait que 30 ans. Son père en est décédé il y a environ 20 ans.
L’évolution est lente. Perte d’équilibre, mouvements involontaires, aphasie, problèmes de déglutition. La maladie évolue en 15 – 20 ans vers la totale dépendance, la détérioration intellectuelle et la mort.

Vincent a toujours vécu avec sa maman, Cécile, âgée aujourd’hui de 80 ans.
La dernière fois que je les ai vus, c’était aux 30 et 70 ans de ma jeune sœur et de ma mère, il y a tout juste 9 ans (c’est l’anniversaire de ma maman aujourd’hui…79 ans. Bonne anniversaire maman !).
Vincent était alors encore tout à fait conscient mais sa maladie était déjà bien voyante du fait de ses nombreux mouvements involontaires.

J’ai toujours appelé Cécile régulièrement pour prendre des nouvelles. Au fil de ces dernières années, Vincent est devenu totalement dépendant, ne marchant plus, ne parlant plus, ne mangeant plus que mixé.

L’année dernière, nous nous sommes aperçues avec ma mère, que Cécile était très fatiguée et avaient quelques troubles de la mémoire.

Puis Fiona nous a quittés. Et nous avons été pris par nos soucis.

En fin d’année, j’ai quand même voulu rappeler Cécile. Impossible de la joindre. Une nuit, j’ai eu une mauvaise intuition, une petite voix dans ma tête qui me laissait entendre que c’était plus grave que je pensais. Plus grave que quoi ?

J’ai fini par faire mon enquête. Voisins, caisse de retraite, mairie etc…
Cécile et Vincent ont quitté leur appartement il y a 4 mois sans prévenir les voisins qui les aidaient beaucoup au quotidien. Et j’ai appris par sa caisse de retraite que Cécile avait été mise sous tutelle.
Je n’en sais pas plus. Où sont-ils ? Où est Vincent ? Je ne sais pas.
J’ai écrit à la tutrice (une adresse boite postale) il y a 8 jours. J’attends de ses nouvelles.
J’ai peur qu’elle ne me réponde pas et je n’ai aucun autre moyen de la joindre que cette BP. (Si vous avez une idée de recherche...)
Hier, j’ai entrepris d’essayer de retrouver sa tante Sarah, chez qui nous passions nos vacances en Angleterre. Elle, elle pourrait me renseigner. J’ai ressorti alors d’un carton, tous mes vieux agendas avec les carnets d’adresses à la fin.
1728509805.JPG

Et je me suis un peu évadée dans ce passé. Des noms dont certains ne me disent rien. Des noms reportés d’années en années sur le carnet suivant. Des noms totalement oubliés malgré le passé commun.

Et puis, dans ce carton j’ai retrouvé mon carnet intime de 78/79. J’avais 15-16 ans.
398064947.JPG

Des anecdotes vraiment trop drôles au fil des pages, des coups de gueule, des bêtises et des prénoms, un tas de prénoms de personnes dont certaines que je revois encore 40 ans plus tard.
Bruno et Loïc, respectivement mon amoureux et mon meilleur ami de l’époque, Jean-Marie le confident qui faisait le chemin de l’école avec moi tous les jours, Carole mon amie chanteuse d’Opéra et Brigitte qui est avec le même homme depuis 1978.
Nous sommes toujours les mêmes, quelques années en plus !

Et j’ai lu le récit de mes vacances en camp et en Angleterre avec Vincent. Je lui montais des cabanes avec les filles, comme on dit ou disait avant. Il était timide Vincent.
C’était mignon tout ça et insouciant.

Mais la vie ne reste pas toujours aussi mignonne. Nous le savons tous…

Et vous votre passé, votre lointain passé, vous aimez vous y replonger de temps en temps ?