Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2008

Prénom : Michèle / Profession : AMP

Michèle nous raconte son métier

Par où commencer ? Tout d’abord par dire que je n’ai pas choisi ce métier au hasard…
Je suis devenue Aide Médico Psychologique à la suite d’une longue période de bénévolat dans un Institut Médico Educatif.

Ma sœur ayant mis au monde, il y a 18 ans, un adorable petit garçon handicapé qui demande beaucoup d’attention, j’ai très vite été concernée et très sensibilisée par le handicap.

1427348876.JPG
(Michèle et Hédrick)

Mon travail en tant que bénévole dans cet IME a renforcé en moi le désir de m’investir davantage dans ce milieu dans lequel je me sentais si bien. Quelques années plus tard, j’ai postulé dans cet établissement et j’ai eu la chance d’être embauchée…

362469686.jpg
(Un après-midi fête à l'IME)

Non, ce métier je ne l’ai pas choisi au hasard !
C’est le métier de l’amour.
Le mot peut vous paraître un peu fort mais c’est ainsi que j’ai vécu ces huit années de travail… Huit années d’amour, d’échange, de rires, de larmes , d’espoir et de désespoir, de combat, de complicité, d’émotion, huit années de bonheur !

Le travail d’Aide Médico Psychologique est avant tout un accompagnement de la vie quotidienne et un travail d’équipe qui est primordial.
C’est un challenge avec des objectifs a atteindre avec et pour les enfants, les soutenir dans leurs efforts, les motiver sans cesse, les accompagner dans les difficultés quotidiennes même si parfois, nous sommes impuissants face à leurs douleurs.
Ces enfants nous donnent une sacré leçon de vie !
Ce travail ne peut se faire sans confiance mutuelle : nous devons croire en eux, en ce qu’ils sont à l’intérieur, ne jamais douter d’eux, les encourager, les aider, les aimer…

261772391.JPG


Ce métier m’a fait grandir, m’a ouvert les yeux sur l’essentiel de la vie… Je vous assure que l’on relativise après cet échange… J’espère avoir pu leur apporter ce qu’ils attendaient de moi, je me demande souvent si j’ai été à la hauteur de leurs attentes ?
Cette profession est aussi un choix de vie…

1761879060.JPG


Lors de ma formation, un jour on m’a dit :
« vous n’êtes pas là pour aimer vos patients, mais pour les accompagner »
J’ai été choquée par cette phrase… Ne pas aimer ! Alors que pour accompagner il faut d’abord AIMER, ECOUTER, AIDER…
Ce métier se fait avec le cœur, c’est mon avis et c’est ainsi que j’ai toujours fonctionner face à ces jeunes ! Voilà, j’étais, je suis et je serai toujours au fond de moi une AMP (Aide Médico Psychologique) mais je préfère dire « Amour Maintien Protection »…

Michèle

01/11/2007

Grande joie pour elle - 1er novembre 2007

J’ai réussi à convaincre Fiona de me laisser une toute petite place…Merci nénette !

Quel grand chemin parcouru depuis ce 18 juillet 1991.
Des embûches certes, mais tellement de bonheur, de joie, et d’amour…J’ai décidé dès le départ de ne pas écouter les pessimistes et de me fier qu’à elle. Fiona, ce petit brin de fille au cœur gros.
Elle qui ne cesse de nous surprendre, nous attendrir, nous séduire, nous faire fondre.
Elle qui ne cesse de nous faire toucher du doigt « l’essentiel », de nous apprendre à regarder, à écouter et surtout à comprendre.
Elle qui aime si simplement.

Fiona est IMC, elle ne parle pas, juste de temps en temps, dans de gros moments de peine, « maman » « pierre » et « papa ».
Depuis 3 ans elle communique avec un petit clavier en carton. C’est Michèle, son amie, qui s’est proposée de lui apprendre cette communication.
Au début, nous avions quelques difficultés à y croire. Comment Fiona pouvait elle faire des phrases sans même jamais avoir appris à lire et à écrire ?
Au fil du temps, les anecdotes ou autres situations qu’elle racontait à Michèle, qui n’a aucun don de voyance à ma connaissance, nous ont fait mettre au placard notre esprit cartésien.
Fiona pouvait communiquer et exprimer enfin tout ce qu’elle avait été contrainte d’enfouir au fond d’elle !
Certains affirment que c’est impossible, d’autres admettent la fiabilité de cette communication tout en restant certainement sceptiques. Quant aux derniers, ils pensent que les personnes lourdement handicapées compensent certaines incapacités par d’autres capacités que nous même n’exploitons pas.

A présent Fiona est une jeune ado de 16 ans qui, à l’aide de son clavier, nous fait part de ses envies, de ses refus, de ses peurs, de ses bonheurs et aussi de ses coups de gueule. Je ne vous parle pas des bêtises qu’elle s’amuse à dire aussi parfois !
Sa vie a changé, nos vies ont changé et notre regard aussi.

Alors, comme elle vous le dit si bien, « grande joie pour elle » de pouvoir continuer à communiquer et à vous parler sur son blog.

Patricia