Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2009

Priscille

Elle s’appelle Priscille Vincens, 35 ans le 22 juin prochain, une petite Sarah de 4 ans.

Un métier, une passion : la peinture.

Des qualités parmi tant d’autres : l’humour et la gaité.

Et en plus elle est belle !!!

54473540.JPG


Priscille chante, Priscille nage, Priscille fait du ski, Priscille peint.

Des toiles pleines de couleurs où apparaissent comme par magie des visages, des corps, des scènes de la vie, où chacun imagine à sa manière le sens qu’il veut lui donner.

974231793.JPG


Chaque toile réveille en nous une partie de notre subconscient…j’en ai fait l’expérience avec Yves lors des 20 ans de l’Association Horizon 2000.

Alors, évadez vous sans retenue dans la contemplation de ses toiles,

Plongez vous dans son univers,

Faite le vôtre,

Laissez aller votre imaginaire…ici

04/12/2008

Mais que m'arrive t-il ?

L’hiver est là, la pluie, le froid, la morosité. Je reste au chaud, près du feu de cheminée et je pense.
Cette absence qui même après 10 mois me pèse toujours autant. Cette absence dont je ne réalise pas encore très bien qu’elle est définitive. Cette grande maison vide où je vois encore les traces du fauteuil de Fiona sur certains murs. Son lit, avec les draps froissés, comme si elle avait dormi là cette nuit. Oui elle est juste partie au centre, je l’attends, elle revient à 16h15. Et nous discuterons de sa journée à l’aide de son petit clavier, elle me demandera peut être de jouer aux dés. Et nous prendrons un bain toutes les deux ensemble. Nous mettrons de l’eau partout dans la salle de bain et je me régalerai de l’entendre rire aux éclats.

Mais, je le sais, elle ne va pas rentrer ce soir...

Je pense. Notre maison est en vente. C’est douloureux. Je ne m’imagine même pas vider son armoire, mettre ses affaires dans des cartons pour ne plus jamais les ressortir. Je ne pourrai pas, c’est certain. Alors, je laisserai aller mon envie de remplir à nouveau son armoire dans notre prochaine maison. Je recréerai son espace.

Je pense. La douleur était si forte lorsqu’elle est partie que j’ai essayé de m’inventer une histoire qui me ferait moins mal. Du genre, l’ado qui a quitté le nid familial pour s’envoler de ses propres ailes…Dans un pays lointain m’empêchant de la voir. Juste un coup de fil imaginaire de temps en temps. Comment puis-je inventer une histoire pareille ?

Je pense. Cet été elle aura 18 ans. Nous lui avions promis une soirée merveilleuse, exceptionnelle. Cet anniversaire, nous le fêterons. Cette soirée magique, nous lui offrirons. Personne n’a eu l’air choqué de notre décision. A moins que personne n’ait osé le dire…
C’est certainement son dernier anniversaire que nous fêterons vraiment. J’aimerais organiser une messe pour elle l’après midi. Il faut que j’y réfléchisse.

Je pense. Pierre aimait Fiona comme sa propre fille. Il l’aime comme sa propre fille. Je me demande parfois si Matthieu n’en a pas souffert. Une famille recomposée n’est jamais simple à vivre. Et quand le handicap est présent, c’est encore moins simple. Fiona aimait Matthieu comme son frère. C'était un grand bonheur pour elle de passer du temps avec lui.

Je pense. A sa demi-sœur. Sa demi-sœur totalement absente de sa vie. Elle a 30 ans et est maman. Je l’ai revue pour la succession. Elle est héritière de la moitié des biens de Fiona…Elle a fait son premier cadeau à Fiona il y a quelques mois…un panier de fleurs posé sur sa tombe.

Mais que m’arrive t-il ? Je me sens si triste...

12:05 Publié dans Tristesse | Tags : imaginaire, inventer | Lien permanent | Commentaires (9)