Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fournier

  • Où on va Papa ?

    Un prix littéraire sans littérature…

    Le prix Fémina qui soit disant « fait du bien aux parents ».
    Alors, peut être suis je la seule à m’être sentie « irritée » en lisant ce livre.
    Peut être suis je la seule à n’en avoir pas compris le sens ou à n’avoir pas voulu comprendre le sens.
    A moins que ce livre soit…je ne sais même pas !

    Certes, j’ai rigolé à certains passages. D’ailleurs ce livre n’est-il pas à lui seul une grosse farce, pleine de dérision, pleine d’humour avec quelques notes de tendresse par ci par là ?
    Oui, c’est ça, ce livre est une farce comme la vie de l’auteur (il le dit lui-même).

    Mais, ces 155 pages de farce ne m’ont fait aucun bien. Elles m’ont laissé un goût amer.
    Tout au long du livre j’ai pensé que le regard sur le handicap avait heureusement évolué quoiqu’en dise ceux qui se plaignent sans cesse…
    Oui, Jean-Louis Fournier est bien de cette ancienne génération où l’enfant handicapé ne pouvait espérer rien d’autre que sa place « d’handicapé » jusqu’à la fin de sa vie. Pas de stimulation, pas d’investissement personnel, ça ne servirait à rien… Juste un peu de honte mêlée au regret de n’avoir pas eu un enfant valide, juste la douleur d’être un parent différent, l’incompréhension face au handicap.

    Pourtant, l’enfant handicapé qui deviendra un adulte handicapé est avant tout une personne avec ses capacités, ses pensées, ses aspirations, ses sentiments. Même s’il est différent.

    Combien de personnes non sensibilisées par le handicap vont se sentir soulagées à la lecture de ce livre ? Un livre déculpabilisant pour tous ceux qui ont de mauvaises pensées vis à vis du handicap (mental). Peut être la raison du prix Fémina…

    Combien de personnes qui ne connaissent pas le handicap en sauront un peu plus à la fin de ce livre ? Aucune.

    Combien de personnes penseront que c’est le pire des drames que d’avoir un enfant handicapé ? Toutes…

    Alors ne croyez pas, chers lecteurs, qu’être parent d’un enfant handicapé est une douleur de chaque instant ! Non !
    Ne croyez pas que notre vie entière est nourrie d’amertume comme celle de l’auteur ! Non !
    Ne croyez pas que nos enfants nous pourrissent la vie. Non !
    C’est tout l’inverse.

    Bref, un livre stérile qui ne reflète pas la réalité.