Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2009

Le temps

 

  
Le temps s’est arrêté pendant un an.
J’ai eu mal, si mal, tellement mal.
Ma vie a stoppé net, brutalement, comme ça, sans prévenir, un matin.
Un matin qui aurait pu être un de ces matins heureux.
J’ai tourné en rond. Je l’ai cherchée partout. Je me suis inventée des histoires meilleures, moins tristes, moins dramatiques. Mais la réalité est là, malveillante, assassine, impitoyable.
Elle me manque. Quelque soit le moment du jour ou de la nuit, elle me manque.
Je suis toujours, tout au fond de moi, amputée d’une partie de moi-même.
Dans la maison, je l’imagine, je l’entends. Elle lance son petit rire en cascade, elle me regarde, elle me sourit. Elle pose sa main maladroitement sur la mienne, elle est fière de parvenir au bout de ce geste. Elle est heureuse de m’offrir ce moment de bonheur.

Le temps passe. Ma vie a repris. Changements, bouleversements, questionnements. Ma vie a repris sa route, j’ai tourné au croisement.
Il me faut du courage pour avancer.

Je sais que tu es là, tout près de moi, je te sens. Tu m’accompagnes, tu me guides tout en me laissant maître de mes choix. Tu es mon principal moteur, la raison de mes engagements, de mes combats passés et à venir. Je te sens en moi. Nous irons au bout de nos aspirations.

Il y a l’avant, le pendant, l’après. Et toujours ce même amour, éternel, indestructible qui nous lie tous à toi ma nénette.