Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2012

Ta présence

 

Je ne suis pas seule à te sentir là, en mon corps et mon âme.
Je ne suis pas seule à te voir parfois, dans des rêves qui prennent tout leur sens le matin au réveil.
Je ne suis pas seule à te sentir si proche à certains instants que j’en oublie que tu n’es plus faite de chair et d’os.
Je ne suis pas seule à savoir que la faculté des pensées dépasse tout ce que nous pouvons nous imaginer, de notre vivant certes, mais aussi bien après…longtemps, pour toujours.
Je ne suis pas seule à t’appeler à des moments précis et à avoir en réponse LE signe, non pas toujours celui que j’attendais, mais celui qui me permet de continuer ma route et de me guider.
Je ne suis pas seule à suivre tes conseils transmis au-delà de tes mots.
Je ne suis pas seule à me laisser envahir par tout ton être jusqu’à ce que je ressente intensément les sensations du passé, de l’odeur, à l’émotion, en passant par le bien-être qui était le mien de t’entendre respirer fort dans la chambre à côté. Je le vis encore.
Je ne suis pas seule à savoir que tu es là, si besoin, quoiqu’il se passe, ou que nous soyons.
Je ne suis pas seule à savoir que l’Amour intemporel a sa réelle signification, peu importe le Dieu.

Chaque jour qui passe tu effaces cette peur de ta douloureuse absence physique, tu me fais prendre conscience de ta réelle existence.
Chaque jour qui passe, tu me portes et me donnes des ailes, tu me redonnes la vie comme je t’ai donné la tienne. Merci mon Amour. Merci la Vie.

(Hier matin j’ai reçu un mail d’une personne qui t’est chère. Elle a rêvé de toi, j’étais à tes côtés, nous étions rayonnantes. Un cadeau exceptionnel pour un jour particulier.)

02/12/2011

Mon Amie

Je suis tombée aujourd’hui sur un petit mot que Fiona, 5 jours avant son décès, avait écrit à une amie très chère à mon cœur.

« On a le corps fragile toutes les deux. Notre santé fragile est notre faiblesse mais notre cœur reste fort. »

Ce petit mot retrouvé là par hasard dans un calepin, m'a transportée quelques années en arrière.

Un après midi de l’hiver 2005. Nous avions rendez-vous dans une petite brasserie du Boulevard Raymond Poincaré à Garches, non loin de l’hôpital. Nous ne nous étions jamais vues, nous avions juste échangé quelques mails professionnels mais dont la teneur en disait long sur l’humour de cette grande dame :)

Je suis rentrée dans ce troquet un peu glauque que je connaissais depuis des années, l’hôpital de Garches faisant partie intégrante de la vie de ma fille et, juste à l’entrée, elle était attablée devant une assiette de steak frites (très grande assiette de steak frites…) en pleine discussion avec son associée-amie.

Elle a tourné la tête vers moi et m’a fait un de ses grands sourires que je lui connais si bien à présent.

En sept ans, l’une et l’autre sommes passées par toutes les étapes d’un drôle de chemin de vie…Nous avons connu tant de joie, de bonheur, de tristesse, de chagrin, de détresse, de rires, de pleurs, de fous rires, de délires, de déceptions. Nous avons partagé tant de discussions profondes, de questionnements, de remises en question, de confidences, d’Amitié avec un grand A.

Aujourd’hui j’ai envie de te dire merci à toi Marie de continuer à partager tant d’émotions et de joie avec moi. Merci d’exister et d’être tout simplement celle que tu es.

Et comme ne le dit pas Paola…Ze t’M.

Bzzzzzzzzzzzzzzz ! Mince j’ai perdu ma boule Quiès en vol ! :)

16:22 Publié dans Bonheur | Tags : amitié, marie | Lien permanent | Commentaires (7)

06/11/2011

Je te présente Elsa

Je sais que tu aurais aimé la prendre dans tes bras, lui toucher le plus délicatement possible le visage avec ta petite main incertaine, je sais que tu aurais été si fière d'être sa cousine et que tu aurais eu hâte de montrer à tes amies du centre toutes les photos.

Tu aurais poussé des cris de joie en allant la voir, la banane jusqu'aux oreilles !

Mais peu importe, où que tu sois, tu es près d'elle, et tu veilles sur elle et ses parents, je le sais.

Je t'entends presque lui sussurrer à l'oreille "Bienvenue Elsa ! La vie sera douce pour toi !"

 

Elsa 2.jpg
IMG_4987.jpg
387663_2167865793331_1147270214_32000700_1890635260_n.jpg

 

 

11:37 Publié dans Bonheur | Lien permanent | Commentaires (3)