Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2009

VIVRE

Je pensais faire une note sur la liberté pour faire suite à la précédente.
Mais voilà qu’aujourd’hui j’ai du mal à réunir mes pensées et à les mettre sur l’écran.
En fait, ce n'est pas de liberté dont je veux vous parler du verbe VIVRE.

Durant ce séjour en Belgique, j’ai eu un déclic.
Je me suis aperçue que je pouvais vivre. Vivre, oui, vivre simplement. Etre heureuse, rien que pour moi. Sans me poser la question de culpabilité.
Tout parent d’enfant handicapé vit dans la culpabilité (bien souvent profondément enfouie comme la chose inavouable) de ne pas en faire assez, de ne pas faire ce qu’il faut, de céder à l’impatience ou tout autre sentiment négatif que l’on s’interdit face à notre enfant.
La culpabilité aussi de prendre des libertés.
Alors, il est bien souvent plus simple de vivre entièrement POUR et AU TRAVERS de l’enfant pour éviter de ressentir cette douloureuse culpabilité.
Et puis, quand l’enfant n’est plus là, on vit dans le regret.
Je regrette tellement de choses. Mais je ne peux pas repasser le film à l’envers.

Je viens de vivre une année douloureuse, exceptionnelle, étrange. Une année de réflexion. Une année à attendre. Attendre quoi ? Je ne le savais même pas. Une année à essayer de comprendre. A chasser mes idées noires, à combattre mes angoisses, à essayer d’être forte. A me renfermer sur moi-même.
Une année où ma vie s’est arrêtée sur elle même.

Et en Belgique j’ai rencontré des personnes, j’ai croisé des regards, j’ai aimé des sourires, j’ai lu le bonheur. Je me suis retrouvée face au plaisir de vivre et je m’y suis laissée aller à mon tour avec tant de facilité, sans aucune culpabilité.
Vivre. Avoir la liberté de vivre et d’être heureux.
Pour soi-même, pour se faire du bien, pour être heureux, sans se poser de questions, sans regret. Pour l’autre, pour les autres, les bien vivants.
Et pour toi mon ange, toi qui était le bonheur de vivre.

Je suis rentrée de cette semaine de Belgique regonflée à bloc (comme Marie).
Mon projet de gîtes adaptés dans le Gard prends subitement toute son importance.
Ma relation avec les autres également.
J’ai envie de faire du bien, de me faire du bien.
Et plus je me sentirai heureuse et épanouie, plus j’arriverai à transmettre le bonheur autour de moi . Plus j’arriverai à suivre mon chemin.

J’ai tant à apprendre que je me suis inscrite à un stage "CARPE DIEM" au Maroc fin mai.
Pour ceux que ça tente…(Isa ??)

Demain je pars dans le Gard, seule comme une grande, une semaine de détente sous le soleil du sud. Je vais travailler sur mon projet (notre projet avec Pierre) et me laisser vivre. Je vais aussi certainement grimper dans les arbres si le temps le permet. Je vous montrerai ça en rentrant.

Je vous laisse avec quelques musiques qui n'ont rien à voir avec ma note. Juste pour le plaisir...


podcast



podcast



podcast



Bonne semaine à tous.

01/11/2008

1 an

Il y tout juste 1 an, Fiona avec l’aide de sa petite maman, créait son blog.
Ce blog a été un grand bonheur pour elle, un grand pas en avant.

J’adore me rappeler ce jour où, seules à la maison, nous pataugions heureuses, dans la semoule la plus complète, face à l’écran qui nous indiquaient des choses mystérieuses que nous ne connaissions pas. Nous faisions nos premiers pas…et Marie a reçu ce jour là quelques SOS de notre part.

Je tenais la main de Fiona et, avec son petit clavier elle me disait ses choix de couleurs et de photos puis nous réfléchissions ensemble au titre à donner à ce blog que nous aimions déjà.
C’est Fiona qui trouva cette jolie phrase « mes yeux et ma main pour le dire ». Je n’aurais même pas pu trouver un si joli nom. Trop forte ma fille !

Puis, vint son premier texte.

Aujourd’hui, 1er novembre, jour de la Toussaint, nous fêtons les 1 an de ton blog ma nénette et nous lui souhaitons longue vie...

 

  

 

27/05/2008

La fête des mères

Cette note ne doit pas vous empêcher de continuer à voter en commentaire de la précedente note. Pour le moment c'est Danny qui gagne mais il manque encore plein de votants...

Je souhaite vous faire partager deux textes qui m'ont énormément touchée, dimanche, journée de la fête des mamans.
Le premier a été écrit par ma soeur Marie Christine et lu alors que nous étions tous au cimetière venus faire un coucou à Fiona

Ma petite Fiona
C'est aujourd'hui la fête des mamans. Nous sommes tous réunis autour de ta maman et je vois d'ici ton sourire radieux de nous savoir tous ensemble. Et je sais que tu souhaites une bonne fête à ta maman. Nous savons que tu es là, près de nous et que tu le seras chaque fois qu'une fête de famille se présentera.
Pour nous tous, tu seras toujours dans nos coeurs, dans nos têtes, dans nos yeux, dans nos tripes.
Nous t'aimons et nous continuerons tous à t'aimer, quel que soit l'endroit où tu te trouves et, le mot oublié, n'aura jamais de prise sur nous.
Tu nous a marqué à vie, tu nous manqueras à vie, mais rien n'est fini.
Nous te rejoindrons tous un jour.
Notre histoire commune est éternelle.


Merci grande soeur !

Le deuxième texte écrit par Pierre avec des mots de Fiona accompagnait un beau cadeau que Fiona aurait volontier choisi pour sa maman. Une bague de petites marguerites...nos fleurs préférées à toutes les deux.

Il a plu des mots ce matin,
Ils sont tombés tout là haut dans mon jardin.
Des mots très fous,
Comme je t'en envoie chaque jour,
Des mots d'amour
Tout en velours,
Des mots très doux aussi
Pour te retirer tes soucis.
Des mots pour toi
Et tous les jours,
Je t'en ferai des bouquets.
Pour toi maman, j'ai fait un ruisseau avec mes rêves
Entouré d'un beau paysage féérique,
Avec mon rire j'ai fait le soleil,
Maintenant avec mes mots magiques
J'ai fait un petit pont sur l'eau
Pour traverser le ruisseau
Et te dire je t'aime.


Pour finir mes deux neveux et ma nièce m'ont offert une belle boite à tendresse...
Dans cette grande boite, j'y ai déposé quelques objets précieux, des albums, des écrits, des cartes d'anniversaire. Objets précieux à mes yeux ayant appartenu à Fiona, des textes écrits par Fiona, des albums de Fiona. Une boite que nous pourrons transporter où bon nous semble, une boite ouverte pour qui le souhaite, une boite à tendresse, la tendresse de mes neveux et de ma nénette.

Merci à tous pour votre présence ce jour là.
Et une pensée toute particulière pour notre maman qui s'est fracturée le poignet hier en tombant dans la rue et qui se fait opérer cet après midi.