Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2010

Infinie tendresse

Je suis allée sur le blog d’une amie bloggeuse que je ne connais qu’à travers ses écrits et les petits morceaux de sa vie qu’elle nous fait partager. Cette maman souffre face à la souffrance de son fils, souffre de son isolement et du manque d’attention de la part de son entourage à leur égard. Sa vie n’est pas « rose » depuis quelques temps…Cette maman a un caractère entier qui lui fait dire les choses telles qu’elle les ressent et personnellement je trouve ça très bien.

L’amitié est en ligne de mire dans ses propos. Je pense que nous sommes nombreuses dans ce genre de situation similaire à nous sentir seule face à la souffrance de notre enfant. A tort ou à raison. Je pense aussi que l’amitié n’est pas juste un sentiment ressenti à la légère. L’amitié c’est bien plus que ça, plus profond. L’amitié est inconditionnelle. Quoiqu’il se passe dans la vie de l’autre, quoiqu’il se fasse, quelques soient les pensées divergentes. L’amitié est inconditionnelle et intemporelle.

En lisant la note de cette maman sur son blog, je me suis retrouvée quelques années en arrière, doutant de la sincérité des gens pour Fiona.
Pourtant, je sais qu’il est difficile parfois d’avoir le mot juste, au bon moment et que cela n’a rien à voir avec les sentiments. Je sais aussi que chacun porte sa croix et ce qui peut sembler léger pour soi ne l’est pas pour l’autre. Nous affrontons tous, à notre manière et  en fonction de nos capacités, les aléas parfois douloureux de la vie. Comme nous sommes tous différents face au bonheur. Le bonheur dans lequel intervient une nouvelle fois l’amitié. Qui n’a pas ressenti cette joie profonde face au bonheur d’une personne aimée ?

En prenant de l’âge on se pose des questions sur le sens de la vie et notamment sur l’amitié. Sur la sincérité et l’intégrité. Ces questionnements permettent d’avancer dans le bon sens. Et soulever certains doutes libère. Ces deux dernières années, j’ai vu, ressenti, reçu. L’amitié, l’amour de ma famille, de mes quelques ami(e)s et des ami(e)s de Fiona. De mes deux amies aussi, notre trio de mamans…Elles se reconnaitront. Sans toute cette amitié, cet amour, je ne sais où j’en serais à ce jour…Je serai toujours là pour vous tous.

Hier soir, suite à ma précédente note « Souvenirs d’un autre temps », j’ai reçu un mail avec la photo souriante d’une amie d’enfance, où était simplement écrit « voilà un visage pour mettre sur mes mots ». Car point besoin de véritables mots pour dire à l’autre qu’on est là.  L’amitié traverse le temps, traverse les vies de chacun, les déboires, les bonheurs, les pleurs, les rires. L’amitié c’est être simplement présent avec dans le coeur une infinie tendresse. Etre là, tout près, même de loin.

Pour toi Nath, cette chanson


podcast

17/05/2010

Souvenirs d'un autre temps

Je me suis plongée dans les cartons de photos. Je n’y avais pas remis la main depuis le lendemain des obsèques de Fiona. Je pense que ma jeune sœur Sophie s’en souvient encore. Nous avions passé une partie de l’après-midi à regarder toutes ces photos anciennes, récentes, des bouts de vie, en riant comme deux folles et en versant quelques larmes…C’était il y a un peu plus de deux ans.

J’ai retrouvé des photos d’un autre temps, avant Fiona (le avant, avant le pendant et bien avant le après…). Je faisais toute jeunette, j’étais toute jeunette. Je m’apprêtais à vivre une tranche de vie intense et riche, sans le savoir.
Que ferions-nous si nous avions le choix de choisir ? Certaines situations ne seraient jamais vécues, à tort certainement. La peur nous ferait fuir.

Et pourtant, certains passages de nos vies, même douloureux valent bien la peine d’avoir été vécus. Alors, si c’était à refaire, je remettrais au monde cette petite bouille, telle qu’elle était, sans rien changer d’elle et de sa différence. En souhaitant simplement la garder près de moi, bien plus longtemps, longtemps…Car elle me manque toujours autant.
Certains jours, l’envie de la toucher est insupportable. Je dessine les contours de son visage sur ses photos mais je reste sur ma faim.  Elle n’est plus que photos, dessins, objets. Elle n’est plus que le souvenir d’un bonheur qui me parait si loin et si proche à la fois. D’une autre vie bien éloignée de ma vie actuelle.
Même si elle est en moi chaque seconde qui s’écoule, même si  je la porte en moi, dans chacun de mes gestes et de mes paroles. Même si son visage est resté intact dans ma tête, même si je la vois comme si elle était là, devant moi.
Mais je ne la respire plus.
Alors, les mois ont beau passer, la douleur reste. Parfois, intolérable, parfois plus discrète. Sans que je comprenne pourquoi. Ces dernières semaines ont été pénibles. Je me réveillais le matin à nouveau dans mon ancienne vie où elle était encore là. Et la réalité de son absence devenait subitement atroce et irréelle. Je me suis posée 15 000 fois la question « pourquoi ? ».
Je ne sais combien de temps, combien d’années ce sentiment de solitude sans elle va-t-il me coller au cœur ?

Je vais mieux depuis quelques jours mais je sais qu’il va me falloir être forte toute ma vie pour supporter ces angoisses incontrôlables et ces instants de tristesse profonde.  Je me sens heureuse malgré tout le plus souvent et je sais que Fiona doit tellement aimer me voir ainsi. Et je la revois, toujours le sourire aux lèvres, ses éclats de rire en cascade, sa bonne humeur, son humour et son bonheur de vivre.

Alors pour toi ma nénette, je vais m’attarder sur ces petits bonheurs de la vie qui nous donnent chaud au cœur.

Je t’aime.

 

 

21/04/2010

Fontarèchoise

Voilà, terminé St Ger !
Mes meubles sont dans le camion, les déménageurs ont été super efficaces (STPS STAR déménagement...un peu de pub pour eux).
Je les attends chez Pierre afin qu'ils prennent les quelques derniers meubles à amener dans le sud.
Ensuite ils prennent la route et de mon côté je vais gare de Lyon prendre un train pour Avignon.

Je récapitule mes différents déménagements en l'espace de 6 mois
1 - Maison de Mareil-Marly à box de Mareil
2 - Box de Mareil à Fontarèches
3 - Box de Mareil à appart de St Germain
4 - Appart de St Germain à Fontarèches.
FIN

Me voilà Fontarèchoise, avec mon âme de Parisienne tout de même...Faut pas éxagérer, on ne se refait pas aussi vite !
Fontarèches c'est le trou perdu. A peine 200 habitants, aucun commerçant, des moutons qui bêlent à longueur de temps (ils me traumatisent...), un clocher d'église qui sonne toutes les heures (1 coup toutes les demies heures) de jour comme de nuit, un grand lavoir (j'ai toujours eu un lavoir près de chez moi, c'est comme ça), un beau château, bref un beau petit village avec des chemins de randonnées de tous les côtés, le soleil, les cigales. La douceur de vivre à proximité de Nimes et d'Avignon.

Saint Germain en Laye, c'est des boutiques à tous les coins de rue, des coiffeurs en veux tu en voilà, un superbe château, un parc magnifique, une forêt, un ciné, un théatre, des restaurants partout, des terrasses de café ouvertes tard le soir, des livraisons à domicile quand on le souhaite, le RER qui mène à Paris en 20mn. La facilité, le bien-être et la grosse douleur pour la carte bancaire !!!

Bon, pas de panique ! Nous avons déjà prévu nos échanges de maison avec Pierre, de temps en temps. Ainsi il pourra s'oxygéner à Fontarèches pendant que j'irai me faire faire une french manucure et dérouiller ma CB à St Ger !
Et puis toute ma famille est dans le coin, j'ai de quoi faire.

Et surtout c'est mon choix. Il me tarde déjà de rentrer à la maison. A Fontarèches...