Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2010

Jour de Noël

Je suis allée faire un tour sur ce blog, celui que j'appelle toujours le blog de Fiona, pour lire les notes écrites lors des précédents Noëls.

Le dernier Noël de Fiona en 2007.
Fiona avait écrit ce texte pour le blog

Joyeuses fêtes
Joie pour moi dire joyeuses fêtes chaudes dans vos coeurs.
Réunions d'amour.
Bisous
Fiona

Puis les autres Noël sans elle. Les notes que j’ai écrites en ces moments de fête. Car je n’ai aucun souvenir. L’an dernier,  j’ai fait le réveillon de Noël avec ma famille mais, bizarrement  je n’ai aucun souvenir de la soirée et pourtant j’ai toujours aimé ces Noëls en famille. L’année d’avant, je ne sais pas où j’étais. J’ai beau me creuser la tête, je ne sais pas, je ne me revois pas. Nous avions certainement dû le faire en tête à tête, Pierre et moi, afin de ne pas affronter un Noël en famille sans Fiona. C’était le premier Noël sans Fiona.

Aujourd’hui, je ne ressens pas une grande excitation mais je ne me sens pas triste du tout. Nous irons à la messe de Noël à la cathédrale d’Uzès. Ça fait deux fois que je vous en parle mais ça me tient super à cœur, cette messe de Noël ! JC était surpris et, en définitive il est content de m’accompagner. Ensuite, nous passerons la soirée tranquillement à la maison, un bon repas, un excellent bordeaux. J’ai déjà préparé des bougies partout…ça va être féérique.
Pour quelqu’un qui voulait faire de ce Noël un jour comme les autres…

Cela signifie simplement que je vais mieux… Je me rends compte que les deux années qui ont suivi le départ de ma nénette, l’année dernière encore, je faisais beaucoup de choses par automatisme, sans y mettre l’émotion adéquate. J’étais là, sans jamais être vraiment là. Je faisais parce qu’il fallait faire, je disais parce qu'il fallait dire et je sentais que les situations n'avaient plus le même impact sur moi.  Ou au contraire trop parfois. J’ai même cru pendant un temps que j’allais devenir folle, incurable… J'ai de véritables trous de mémoire sur certains évènements qui ont eu lieu ces dernières années. Mais je vais mieux, je le sens, et je crois pouvoir dire aujourd'hui que je commence à m’adapter à cette nouvelle vie, je la fais mienne et je parviens à y participer pleinement. Et non plus à la regarder filer, impuissante et incapable d’agir.

C’est vraiment une évolution profonde qui permet de vivre avec sa souffrance sans qu’elle soit négative pour soi-même et pour les autres.

Certes,  Noël ne sera plus jamais le même, la vie ne sera plus jamais la même mais, aujourd’hui, j’ai envie de dire à toutes les mamans, toutes les personnes qui ont perdu un être cher cette année,  qu’au bout de ce chemin il y a cette lueur, cette douceur. C’est certain.
Je n'en suis pas encore là mais j'y arrive doucement et j'y crois.

Je vous embrasse tous et mon souhait pour cette fin d’année est que cette petite lueur puisse se transmettre de l’un à l’autre.

 

07:44 Publié dans Bonheur | Lien permanent | Commentaires (16)

19/12/2010

De retour au pays du ciel étoilé

Après une semaine passée en Île de France, nous voilà de retour au pays du ciel étoilé.

Une semaine de rencontres et de retrouvailles, d’illuminations de toutes les couleurs, de monuments somptueux éclairés dans la nuit Parisienne, de foule pressée dans les magasins, d’achats inutiles, de froid sec, de grasses matinées et de repos dans notre petit gîte bord de seine de Villennes sur Seine.

 

IMG_0499.JPG
IMG_7820.JPG
IMG_7778.JPG

IMG_7837.JPG

IMG_7850.JPG
IMG_7835.JPG

 

 

De concert aussi, Aaron, magique, superbe. J’ai rarement vu un gars s’éclater autant sur scène, un petit fou gentil, qui saute dans tous les sens. Je crois qu’à certains moments il devait oublier que nous étions là…Son bonheur éclaboussait la salle ! Un grand moment. Une superbe ambiance. J'ai beaucoup beaucoup aimé.

 

IMG_0512.JPG
Vous voulez une loupe Mesdames ??
aaron.jpg
Désolée, je n'ai pas plus grand !

podcast
Le rire de Mélissa et de ma pomme en fond de musique...

Et de fous rires, avec JC nous rigolons beaucoup...comme ce fameux matin où nous sommes restés enfermés sur la terrasse du petit gîte bord de seine en pyjama et qu'il a dû courageusement escalader les vieilles terrasses, une à une, pour trouver une issue et aller frapper chez la proprio...en pyjama !! Il caillait en plus ! Il m'a interdit de vous mettre la photo...dommage.

JC était ravi de rencontrer quelques-uns de mes amis : Momo, Hélène et Christophe, Nadia. Ma grande cousine Gisèle et de revoir ceux qu’il connaissait déjà.

IMG_7808.JPG
Gisèle, la doyenne de la famille
IMG_7826.JPG
Nadia et sa famille

Comme à chacun de mes passages à Paris, je foule le sol de mon passé, je caresse des yeux les mêmes choses que Fiona il n’y a pas si longtemps. Je vais au cimetière plusieurs fois, même si je sais qu’elle n’y est pas, je décore sa tombe, des roses, des fleurs de toutes les couleurs, un petit sapin blanc avec une boule de Noël offerte par Marie-No, je laisse un baiser sur ma main puis je touche sa photo…Un vrai rituel. Et je repars, parfois le cœur léger, parfois le cœur lourd en me disant que la vie peut s’avérer cruelle mais qu’il faut garder en mémoire que les moments forts partagés sont un véritable trésor.

IMG_0505.JPG

J’étais heureuse de rentrer afin de ne plus sentir cette période de fête qui me rappelle que Noël ne sera jamais plus le même. Ici, à Fontarèches, mis à part l’électricien du village qui use et abuse des décorations de Noël, mis à part les quelques guirlandes éclairées sur les lampadaires et le lavoir, rien ne saute aux yeux…La vie reste la même.

IMG_7931.JPG

Alors, je m’apaise tranquillement, me disant que le jour de l’an très proche marquera le départ d’une nouvelle année qui se voudra meilleure que la précédente, et moins bien que la suivante.

Nous repartons sur Paris pour le jour de l’An. Nous passerons le réveillon au théâtre du gymnase pour voir « les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus». Un spectacle drôle parait-il J

mars10m.jpg

Et nous allons vite nous retrouver à un mois du départ pour le Nicaragua. J’attends ce moment avec une grande impatience, la découverte d’un pays, d’une population, de paysages inconnus. Nous allons en prendre plein les yeux et le cerveau ! Plein le cœur aussi certainement.

Et viendra le printemps, avec ses bourgeons qui fleurissent, le soleil qui s’échauffe, les jours qui rallongent. Et l’été…avec plein de réservations dans mes gîtes, je l’espère. C’est bien parti pour !

Ma vie se dessine devant moi, plus certaine, même si  la vie elle-même est incertaine, plus claire, plus sereine certainement aussi. La vie s’apparente à un dessin fait au crayon, on trace un trait, on gomme, on recommence avec hésitation le trait, on tente de le gommer à nouveau. Parfois, on réussit à le tracer net et sans faille. Et parfois aussi, un pot de peinture qui se trouve là par hasard, se renverse sur le dessin. C’est la cata…impossible d’effacer les traces. Juste les sécher. Mais le dessin peut se poursuivre à côté et se lier aux traces laissées par la peinture…ça me rappelle les toiles de Priscille qui dégoulinent.

IMG_0510.JPG

Bref, chacun avance dans la vie comme il peut, vous connaissez tous ça ! Chacun sa philosophie, son rythme, ses faiblesses, ses forces. L'essentiel est de suivre ses aspirations intérieures, de s'épanouir, de se nourrir par ci par là d'instants de joie et de bonheur partagés !!

Sur ce et en attendant la nouvelle année, je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de Noël !

Et je vous laisse avec un morceau d’Aaron en direct du Casino de Paris.


podcast




20:15 Publié dans Bonheur | Lien permanent | Commentaires (5)

06/11/2010

Merci !

Un mot chaleureux qui fait chaud, une anecdote qui fait rire, un état d’âme qui fait triste, un mot doux qui ranime le sourire, une vidéo drôle qui fait rire aux éclats, un visage derrière la webcam qui amuse, une histoire qui chavire le coeur. Vous êtes le soleil dans mes tristes pensées parfois, vous êtes devenues une partie de mon quotidien, un environnement qui m’est cher, qui m’apporte tant de richesses.

Nos enfants, nos Amours, notre bataille, notre point commun parmi tant d’autres.

Vous êtes des battantes, des croqueuses de vie, des peu communes.  Des fortes au cœur tendre, des sensibles au bon tempérament, des généreuses attentives, des femmes exceptionnelles.

Vous vous reconnaitrez…toutes.