Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2012

Viens

Ma très douce princesse,
Viens, suis moi, je t’emmène, 
Dans mon enchanteresse,
Exquise contrée lointaine.
Dis, vois-tu comme moi,
Les roses chantantes,
Le tapis vert de soie,
Les feuilles dansantes ?
Ma très douce princesse,
Viens, suis moi, je t’enlève,
Pour un instant d’ivresse,
Humer la même sève.
Dis, sens-tu comme moi,
Glisser sur ta peau
Le doux vent de joie,
Les fines perles d’eau ?
Ma très douce princesse,
Viens, suis moi,  reviens moi !
Détruit ta forteresse
Fais résonner ton beffroi !
Entends-tu comme moi,
L’écho des vives promesses,
Des soirées d’autrefois
Bercées de mille tendresses ?
Ma très douce princesse,
Je m’envole vers toi…
Dénude ma tristesse,
Cueille mon désarroi.
Puisses tu aussi mon cœur,
Délivrer ma détresse,
Secouer ma torpeur… ?
Ma belle et douce enfant,
Ressens-tu à présent,
La vie battre nos cœurs ?
Mon unique princesse,
Viens, suis moi, je t’entraîne,
Fêtons dans l’allégresse,
Ma remise de peine.

19/05/2012

Ta présence

 

Je ne suis pas seule à te sentir là, en mon corps et mon âme.
Je ne suis pas seule à te voir parfois, dans des rêves qui prennent tout leur sens le matin au réveil.
Je ne suis pas seule à te sentir si proche à certains instants que j’en oublie que tu n’es plus faite de chair et d’os.
Je ne suis pas seule à savoir que la faculté des pensées dépasse tout ce que nous pouvons nous imaginer, de notre vivant certes, mais aussi bien après…longtemps, pour toujours.
Je ne suis pas seule à t’appeler à des moments précis et à avoir en réponse LE signe, non pas toujours celui que j’attendais, mais celui qui me permet de continuer ma route et de me guider.
Je ne suis pas seule à suivre tes conseils transmis au-delà de tes mots.
Je ne suis pas seule à me laisser envahir par tout ton être jusqu’à ce que je ressente intensément les sensations du passé, de l’odeur, à l’émotion, en passant par le bien-être qui était le mien de t’entendre respirer fort dans la chambre à côté. Je le vis encore.
Je ne suis pas seule à savoir que tu es là, si besoin, quoiqu’il se passe, ou que nous soyons.
Je ne suis pas seule à savoir que l’Amour intemporel a sa réelle signification, peu importe le Dieu.

Chaque jour qui passe tu effaces cette peur de ta douloureuse absence physique, tu me fais prendre conscience de ta réelle existence.
Chaque jour qui passe, tu me portes et me donnes des ailes, tu me redonnes la vie comme je t’ai donné la tienne. Merci mon Amour. Merci la Vie.

(Hier matin j’ai reçu un mail d’une personne qui t’est chère. Elle a rêvé de toi, j’étais à tes côtés, nous étions rayonnantes. Un cadeau exceptionnel pour un jour particulier.)