Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2012

Il y a des jours...

Il  y a des jours où rien ne va…le précipice, la falaise qui attire vers le bas, sans que je puisse mettre un mot réellement dessus peut être à trop vouloir justement y poser des mots.  Je ne sais plus. Mettre des mots sur son mal être ou mettre des mots sur des maux. Faut-il encore trouver le miroir en face qui va répondre…

Et ce matin, je me suis levée tôt, comme chaque matin. En pleurs comme souvent ces derniers matins, trop consciente de la réalité. Dépressive dirons ceux qui ne savent pas. Libre à chacun…

Et, m’attendait dans ma boite mail, un message réconfortant dont je vous livre quelques lignes :

« Un petit mot ce soir pour te dire combien je pense à Fiona mais aussi à toi forcément.  

Nous sommes nombreux à avoir en nous cette énergie fabuleuse qu'elle nous a donné, qu'elle a partagé et c'est un cadeau unique chaque fois que nous nous revoyons, avec x, avec x, nous parlons de Fiona, forcément.  

Quand nous étions ensemble à x, il m'est arrivé plus d'une fois de rêver de Fiona, de la voir libre et de l'entendre me parler, c'était bon.

Et aujourd'hui, je la sens présente en nous tous et c'est un vrai bonheur que de penser à Elle.

Je voulais juste partager ce que je ressens ce soir avec toi.

J'espère que tu vas bien.

Je t'embrasse et te souhaite par la même occasion un belle année 2012 remplie de moments heureux »

Cela faisait des mois que personne ne m’avait parlé de Fiona ainsi, mis à part les quelques rares personnes habituelles. C’est tellement fort pour moi, tellement exaltant, tellement intense et indescriptible de pouvoir lire que ma fille, ma chaire, mon unique, est quelque part encore présente dans la vie de quelque unes. Et pas les moindres.

Je n’en veux à personne de ne plus m’en parler ou d’avoir quelque part oublié. Nous sommes « si peu » en définitive sur cette terre. La joie d’une naissance puis la terreur et la douleur d’une mort…pour en définitive finir je ne sais où, juste la porte à côté comme le dit le fameux poème. La porte à côté au début…puis la porte loin…pour finir la porte très loin,  si loin cette porte qu’il est difficile de la voir.

Pour moi, la porte n’a jamais existé. Elle est là, sa vie c’est la mienne, ma vie c’est la sienne, ses pensées continuent de se mélanger aux miennes. Elle est en moi. Et je l’entends me taquiner parfois. Ou me gronder. Me secouer. Me sermonner. Se moquer de moi. M’apprendre encore. Me dire « sois patiente », « sois indulgente », « excuse-toi », « fonce »… 

« Je t’aime »…oui je l’entends, elle me le dit.

Bon certes, elle n’est pas là, comme vous et moi, c’est vrai. Mais elle est en moi. Et c’est ce qui me fait tenir.

Tenir ? Oui, entendez par là, se lever le matin, se doucher, se laver les dents etc…Parler, discuter sur facebook, téléphoner, manger, aller chez le coiffeur, se maquiller, paraitre normale, rire, sourire, plaisanter. Tenir c’est ça. Faire l’effort de. Parce qu’il faut le faire.

Pendant que je suis dans la confidence (n’en déplaise à ceux qui déteste le blog de Fiona, devenu mon blog et qui ont eu le courage de me le dire), (n’en déplaise aux anti-facebook)…Pendant que je suis dans la confidence, je ne sais ce que je serais devenue sans ce blog. Sans ce moyen de dire, parler, exorciser mon mal, lâcher. Sans facebook également et tous ces petits mots de bonne humeur, le matin, le midi, le soir. Sans toutes ces personnes inconnues qui sont devenues un jour réelles. Toutes ces mamans extraordinaires, comme moi, qui se reconnaitront. Sans Pierre qui est toujours là, à l’écoute, qui vit Fiona comme moi. Sans cop’s…qui me tend la main sans relâche. Sans Marie ma douce qui me comprend. Sans Joëlle, Jluc, Mélissa toujours aimants et attentifs. Sans ma petite mère, que j’aime plus que tout. Sans ceux qui en silence, sans que je le sache, à tort peut être, sont là…Sans mes 2 cousines avec lesquelles je parle sans tabou. Sans mes quelques amis de longues dates qui comprennent le pourquoi du comment, sans mot parfois. Sans les amies de Fiona…Sans Jean-Christophe qui m’accompagne chaque jour avec amour. 

Sans vous tous, sans tout ça, waouh…je ne sais où je serai. J’en ai conscience ce soir.

Et pourtant demain, je ne peux prévoir quelle sera ma journée. Belle comme une marguerite ? Ou belle comme une journée d'une autre vie où  j'écoutais alors "Perfect Day" ?

13/01/2012

Paradise...

 

La mort, c’est quoi ? Le vide, le rien, le néant…. ? Une autre vie ? Un ailleurs bien meilleur ? Un monde différent ? Le paradis ?

Nous avons tous nos certitudes…mais réellement aucune certitude sur ce qu’est la vie après la mort, si ce n’est nos intuitions, nos ressentis, notre vécu, nos preuves parfois. Et, nous nous raccrochons à cette idée. Cette idée qui nous fait vivre, nous fait survivre, en pensant qu’un jour nous serons dans un monde forcément meilleur. En pensant qu’un jour, nous retrouverons ceux qui nous manquent tant.

Fiona…le manque d’elle est une douleur indescriptible qui s’est immiscée en moi un sale matin et n’a fait qu’empirer au fil des jours. J’ai passé toutes les étapes je crois…et pourtant j’en suis au même point. Au point de départ. Ressentir chaque jour que la vie n’a plus la même saveur sans elle, que je suis devenue juste une moitié de moi-même, juste une errance sur cette terre...Je la cherche. Elle m’offre parfois son parfum dans la maison, une fraction de seconde. Un souffle, un bruit, un rêve, une illusion peut être. Je rêve d’elle, je la vois tout près de moi, je la sens, je  la touche, elle est bien  là, réelle, différente. Mais le matin, elle a disparu.  Je lui demande de revenir mais…je n’ai aucune réponse. J’ai envie de hurler, de frapper ma tête contre les murs, de partir la retrouver. Où ?  Où est-elle ? Me voit-elle ? Est-ce bien elle que je sens chaque jour ? N’est-elle que les cendres dans son cercueil et dans la boite posée sur le meuble du salon ?

Je me calme, me pose, respire et réfléchis.  J’ai eu tant de signes, tant de présence (s), tant de souffles d’espoir qu’elle m’a insufflée, tant de certitudes aussi. Que me reste t-il aujourd’hui ? Je ne sais plus. J’ai la sensation d’être seule, terriblement seule. Je ne comprends toujours pas pourquoi ? Pourquoi elle est partie.
Je suis animée par la volonté de vivre, vivre ce qui me fait frémir. Vivre pour l’essentiel. Mais  je me sens éteinte en dedans. Vide. VIDE.  VIDE DE VIE. Parce qu’une partie de moi-même est partie avec elle.

Alors, j’écoute en boucle « Paradise », ma chanson, ma chanson préférée, notre chanson. Celle qui, à la première note me transporte, m’envole vers elle. Sur son petit nuage, dans sa prairie verte, dans son monde merveilleux. Celui où un jour je pourrais à nouveau la serrer contre moi…

06/01/2012

Rien n'a changé et presque tout

 

A l'aube de cette nouvelle année, je vous souhaite à tous "tout le bonheur du monde", j'espère juste que vous prendrez le temps de profiter de chaque instant.

Et comme rien n'a changé, voici des voeux encore d'actualité qui, à l'époque, m'avait fait sourire...

http://www.mesyeuxetmamainpourledire.com/archive/2008/01/...

Et puisque tout a changé, je vous livre une des pages de mon livre préféré,  posé, toujours flambant neuf,  sur mon étagère. 

http://www.mesyeuxetmamainpourledire.com/archive/2008/01/...


"Je vous souhaite tout le bonheur du monde
Pour aujourd'hui comme pour demain
Que votre soleil éclaircisse l'ombre
Qu'il brille d'amour au quotidien."