Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2011

Ma douceur

 

Le soleil est là, comme en plein été. Les oiseaux chantonnent leur mélodie habituelle, les moutons bêlent gentiment, les mouches tournoient autour de moi comme chaque jour d'octobre à juin, quelques papillons jaunes se posent délicatement sur les fleurs encore robustes de cet été indien...Tout est à sa place, normal.

La crise poursuit sa route à la limite de la catastrophe, la famine en Afrique s'aggrave, le monde continu à souffrir, la terre tourne mal. Tout est si normal.

Des gens meurent seuls au monde, certains se déchirent pour des broutilles, pendant que d'autres se délectent de la misère humaine. L'insécurité est grandissante dans certaines villes du monde, la peur n'est pas rare. Les inégalités sociales se marquent davantage ici ou ailleurs, la différence quelle qu'elle soit ne parvient pas à vaincre son combat.  Tout est-il vraiment si normal ?

Et subitement perdue dans mes pensées sombres de réalité, les mains dans l'argile, je pense à la douceur de la peau de ma fille, à l'éclat de son sourire, à ses yeux rieurs, à ses rires qui ne cesseront jamais de venir faire écho aux miens. Je pense à ses boucles indisciplinées, à ses petits pieds qui avaient oublié de grandir, à ses épaules bien dessinées, à sa lèvre supérieure retroussée. Je pense à ce petit grain de beauté. Chaque petit détail là, en moi, chaque petit détail qui m'accompagne, m'aide à respirer. Les années passent et je la revois tant et si bien, je la sens entre mille parfums, je la ressens bien au-delà du toucher.

 

 

photo fiona - Gargilesse-2.jpg

 

 

C'est ma douceur à moi. Celle qui me donne une raison supplémentaire d'être là, les pieds qui touchent cette terre. Cette terre fabuleuse, magique, presque qu'irréelle, d'une beauté vertigineuse. Au dessus de laquelle brillent nos multitudes d'étoiles...

 


podcast

Nous sommes inséparables
Nous sommes indissociables
Elle est profonde est belle
Elle comble tout l’espace
Elle voyage près de moi
A la première place
Dans le train quotidien
Elle prend toute la place
Elle ne me quitte jamais
Me regarde dans les yeux
Je ne la comprends pas
Elle ne me quitte pas

L’absence et moi nous sommes inséparables...

Les Inséparables - Da Silva

 

 

05/10/2011

Important

 

Pascal est un ami, un grand homme, robuste, plein d'humour.

 

 

pascal.jpg

 

 

Son histoire vous pourrez la lire sur son blog.

Il se bat depuis 5 ans contre un myélome agressif. Le 23 septembre, il a remporté son action parallèle à sa maladie auprès des autorités sanitaires en obtenant une ATU (autorisation temporaire d'utilisation) lui donnant accès à la « pomalidomide », une molécule prometteuse dans le combat du cancer de la moelle osseuse.

Mais à ce jour, nous sommes le 5 octobre, toujours aucune nouvelle de cette molécule. Pourtant l'heure est grave, Pascal est hospitalisé depuis lundi matin.

Je vous demande à TOUS, de prendre 5 minutes de votre temps afin de signer la pétition en cliquant sur le lien ci-dessous

http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=victoire

Et ensuite d'aller valider votre signature dans le mail que vous aurez reçu.

 

Je sais que vous prendrez ces 5 minutes de votre temps...Un grand merci du fond de coeur !!!

 


02/10/2011

Des projets en attendant l'été

 

Le 2 octobre, l’automne, la saison que je n’aime pas trop avant celle que je n’aime pas du tout…

Alors, nous avons des projets plein la tête pour faire avancer ces mois à venir du mieux possible.

De projets simples aux plus ambitieux, peu importe du moment que l’on se sente heureux et en VIE.

Des randonnées comme aujourd’hui, partis pour faire 15 km de difficile randonnées dans des paysages Gardois fabuleux, sans personne à perte de vue, rien que la nature et nous, les arbres, les pierres de la garrigue, le soleil qui nous tape dessus, le silence qui nous enveloppe. Nous nous sommes perdus, nous étions épuisés au bout de 5 heures de marche rapide dans des chemins bien souvent abruptes. Un chasseur connaissant la garrigue comme sa poche, nous a repêchés et ramenés, si vite, sa voiture prenant tous les virages à vive allure, sautant sur les énormes pierres du Gard, sur notre chemin…Nous avons terminé notre route, riant comme deux gamins qui venaient de voir Mickey au parc Astérix, la langue assoiffée, les bouteilles d’eau vides…mais heureux !

 

IMG_2775.JPG
IMG_2779.JPG
IMG_2793.JPG
IMG_2795.JPG

 

 

Le Maroc, le week-end dernier, fait parti de nos petits projets de vie qui font que la vie est plus douce en attendant le printemps prochain. Nous n’avons pas aimé plus que ça Marrakech « usines à touristes » et nous aurions beaucoup à dire sur le sujet et des gags à raconter. Mais peu importe, nous avons fait de ces trois jours qui ne nous collaient pas à la peau, un moment de joie et de rire, de dérision parfois, et nous nous sommes concoctés un petit cocon à l’abri de ceux qui prennent les touristes pour des vaches à lait. Nous avons marché des heures et des heures durant…En définitive nous nous sommes régalés.

 

 

IMG_2459.JPG
IMG_2463.JPG

 

IMG_2613.JPG
IMG_2747.JPG
IMG_2585.JPG

 

 

 

La sculpture fait partie également de mes projets…Je n’avais pas modelé l’argile depuis les mois qui ont suivi le décès de Fiona. Le buste de Fiona était ma dernière sculpture. J’avais pour habitude d’installer ma chérie de fille, mon amour, collée à moi lorsque je mettais les mains dans cette terre qui me procure une jouissance de la vie, qui me vide de tout sentiment négatif, me régénère, me booste et me donne l’énergie pour le « reste ». Elle y mettait les mains, m’aidait dans les finitions, participait, comme elle participait à tout… J. Waouh, elle se serait mise en colère si j’avais refusé qu’elle participe. Comprennent, ceux et celles qui l’ont connue… 
J’ai fait deux sculptures ces dernières semaines, la première ne me satisfait pas. La seconde, une femme enceinte, me plait d’avantage. Une black certainement dans ma sculpture même si dans la vraie vie, il s’agit de Laurie, la femme de mon neveu qui attend son bébé, leur bébé, pour cette fin de mois. Je ne serai jamais grand-mère mais je serai grande tante…Et c’est « joie très forte dans mon cœur » pour reprendre les mots de Fiona.

Jean-Christophe, a reprit le dessin. Quelques coups de crayons sur un papier. Et des sensations retrouvées après de longues années sans toucher quoique ce soit. Il est d’une famille d’artistes, certainement hors du commun. Il lui faut juste le temps et le coup de pouce pour qu’il replonge dedans…

Nos projets. Justement se replonger.

Noël, en famille ? Je l’espère. Depuis le départ de ma nénette je n’ai fêté qu’un seul Noël en famille et je n’en ai aucun souvenir. Certainement trop zombi à ce moment là. Cette année, j’en ai envie, je m’en sens prête. Je veux me rapprocher encore et encore de mes sœurs, de mon frère, de ma petite maman. J’ai besoin d’eux…

Notre Automne – Hiver est fait de projet, de construction. En février nous partons aux Seychelles, voyage idyllique surtout que nous avons loué une maison juste pour nous. Je connais déjà Praslin. C’est beau, zen, exceptionnel. Je voulais tant que Jean-Christophe connaisse ça !!! Ce lieu qui laisse sans voix. En 2013, ce sera Madagascar…Une autre histoire, une autre vie.

La vie est faite de projets. Je ne parle pas des nouveaux travaux aux gîtes. Deux chambres supplémentaires et une salle de douche pour contenter les groupes et grandes familles qui viennent séjourner.

La vie est une succession de projets. C’est une évidence pour moi. J’en ai besoin.

En attendant l’été prochain…

 

21:04 Publié dans Bonheur | Lien permanent | Commentaires (3)