Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2011

Une fois n'est pas coutume

 

Je suis mal ce soir. Je me sens perdue, à la dérive, je tombe dans ce précipice tant connu. Précipice ami-ennemi. Je m’y sens bien parfois, mais je ne veux pas, je me retiens aux parois…Je glisse. Non, je ne tomberais pas !

Je prends conscience que je ne peux pas vivre ici. C’est trop dur, trop douloureux. Un passé qui me revient dans la tronche, comme un boomerang malsain qui cherche à atteindre sa cible, à la toucher dans le mille, à la blesser, la tuer.

Marcher, simplement marcher, parmi des milliers de gens où je me sens seule au monde, abandonnée, laissée par celle que j’aimais plus que tout au monde, plus que ma propre vie. Je ne peux pas. Je ne peux plus. Je suis devenue une névrosée phobique de certaines situations, de certains lieux.

Je dissimule, je marche, j’avance, je ris. J’ai pourtant si mal. Mais qui peut comprendre ? Imaginez un énorme chagrin d’amour. Vous savez le chagrin énorme, le manque de l’autre, si fort, si insoutenable, à vous taper la tête contre les murs. Vous le multipliez par 10 et vous le faite durer dans le temps…Des semaines, des mois, des années, des décennies…Des vies ??

Demain arrivera, avec un nouvel élan, un nouvel effort pour voir le meilleur dans tout ce qui m’entoure, et je vais repartir doucement, comme tant d’autres mamans et papas qui ont perdu leur petit être cher.

 

 

20:37 Publié dans Tristesse | Lien permanent | Commentaires (15)

Commentaires

Nous sommes là, tu sais. Nous pensons très fort à toi. Je ne sais pas si c'est un réconfort, je l'espère. Bisous. Titi, j.mi, maman et sophie.

Écrit par : Sophie | 16/07/2011

oh ma patounette comme je sais ce que tu ressens c'est vrai que ça fait mal un mal indéfinissable... comment te remonter je ne sais pas, je ne sais même pas comment faire pour moi alors pour toi, mais par contre je suis là et je te comprends, il faut vite que l'on se voit, pourquoi pas la semaine prochaine ? c'est vrai que nous avançons d'une façon différente mais nous avançons, je ne sais pas comment, la vie est certainement plus forte et fiona le sait c'est pourquoi il est si important que tu avances, elle ne souhaite que çà, tu as l'impression d'être seule dans un monde de dingue, moi aussi quelques fois mais kk me rappelle à l'ordre comme le fait fiona, comme tu le dis demain est un autre jour avec ou sans...
je t'aime ma patounette je te fais des millions de bisouxxxxx
lolotte

Écrit par : filippetti | 16/07/2011

j'aime pas quand tu es mal car je suis mal moi aussi...
courage patounette et ne rentre pas dans la nostalgie, je sais facile à dire....et je sais que tu ne tombera pas...
bisous et courage patoune.
bianca

Écrit par : scordino | 16/07/2011

suis si triste de te lire pat, si triste..... j'aimerai te serrer dans mes bras et te dire que tout ira mieux .... mais comment te donner ce que tu aimerais plus que tout, avoir ta princesse auprès de toi, la vie est si injuste, j'ai le cafard de te lire, et si peur à la fois.... je ne veux pas imaginer , je ne veux pas y penser ... j'ai été à l'enterrement d'un petit bonhomme de 2 ans et je soutiens sa maman sofiane est parti il y a tout juste un mois, en sortant de l'église , j'étais mal très mal , j'ai vu amélie si anéantie comment pourrais supporter cette épreuve moi , quand je vous lis j'ai peur .....ce soir je ne pourrais pas te donner plus de soutien , parce que depuis que ce petit bout est parti, j'étouffe de voir mon amie si mal, ne pas trouver les mots, écouter simplement écouter et m'inprégner de sa douleur comme quand je te lis pat, moi j'espère que demain sera un autre jour, que des tas de bonheur rempliront ton coeur .... fiona ma belle, aide maman à surmonter tout cela aide la et donne lui la force d"'avancer gros bisous volants ma puce ! je t'embrasse très fort pat ....

Écrit par : val | 16/07/2011

C'est vrai qu'on est mal ...si souvent ....pour longtemps...pour toujours....Moi aussi je vais mal quand vous avez mal , peut être est ce une façon de porter notre peine a plusieurs ....Moi je pense que le 19 approche après le 15......et que ça fera 18 mois qu'on m'a arraché un bout de coeur ...........et que j'ai toujours ces pointes de douleur qui font si mal...
Je pense a vous , a nous ...je vous embrasse ....
Nous vivons dans la même sphère au milieu des gens mais un peu en dehors aussi..........
je vous embrasse.................

Écrit par : maryse | 16/07/2011

Un petit coup de pied aux fesses...et JC est là. Tout va aller.
Bisous soeurette, ma petite mère, frangin, frangine. Bisous ma Lolotte. Demain ça ira. Merci.

Écrit par : Patricia | 16/07/2011

on se connait tellement avec nos échanges virtuels que dès les premiers mots je sais qui a écrit le message ....la je viens de reconnaitre les mots de Val..........

merci les filles.......

Écrit par : maryse | 16/07/2011

Tu n'es pas seule, Patie. Ce que Fiona nous a laissé c'est certes un chagrin inconsolable, mais aussi un surcroit de devoir de vivre, d'accomplir la part de vie dont elle a dû apparament se séparer, mais qui reste intacte. Je t'embrasse bien fort . Pierre

Écrit par : Pierre | 16/07/2011

Pierre a tellement bien résumé ce que je pense une fois de plus ! Vivre deux en un ! Forcement je sais et je suis la soeurette !! Je t aime fort ! On se tel et une petite bouffe plus tard tout ira mieux !

Écrit par : Isa | 16/07/2011

Mettre des mots sur mes maux (ou des maux sur mes mots) m'aident à y voir plus clair. Les partager m'aident égoïstement à aller mieux et repartir. Alors merci à vous tous d'être toujours là, merci à ma petite famille, à vous toutes mes amies, à toi mon Pierrot et à JC qui ne cesse de me réconforter quand j'en ai besoin. Ce matin, je vais déjà un peu mieux.

Écrit par : Patricia | 17/07/2011

Isa, on se fixe une date très vite ? Bisous ma belle

Écrit par : Patricia | 17/07/2011

Lire ta souffrance me peine, j'ai tellement mal pour toi, même si je ne vis pas ce que tu vis, je connais cette souffrance, qui revient parfois, souvent, et qui repart, pour mieux revenir, ainsi va la vie, mais Pat, tu es là, vivante parmi nous, et Fiona est en toi pour toujours, je sais bien que mes mots n'apaiseront jamais ta peine et ce manque, mais je veux que tu saches que je pense à toi, à Fiona, à Pierre, à JC à tous ceux qui ont eu la chance de croiser la route et le si beau sourire de Fiona, et qui sont auprès de toi aujourd'hui. Courage Pat, et plein de bises remplies de tendresse,
Laurence

Écrit par : laurence (maman de Maxime) | 17/07/2011

La douleur tu la consommes tout en conscience pour qu'elle ne te dévore pas. Je crois que personne ne peut savoir ce que tu ressens même si tes mots sont très forts, parce que tu avais Ta façon de vivre avec Fiona, commune à aucune autre maman, et que tu as Ta façon de vivre son absence. Chaque fois que tu auras besoin, envie, de dire, de hurler la chair déchirée, je serai là pour t'entendre et te bercer dans mes petits bras pas musclés en attendant l'aube claire, ton grand sourire soleil et d'autres moments précieux que tu sais si bien créer. Bisous ma Patricia...

Écrit par : justmarieD | 18/07/2011

Merci Laurence pour ta présence continuelle qui est précieuse à mes yeux.
Marie, je sais combien tu es là :)
Je vous embrasse fort toutes les deux

Écrit par : Patricia | 18/07/2011

j'arrive, et je dois lire ce message sur l'ordi de mes voisins car tout est en panne à la maison. j'aimerais pouvoir te serrer dans mes bras pour te dire que je te comprends, à ma façon, et que je t'aime. je t'embrasse de tout coeur et j'espere vraiment vous voir binetot. appelle quand tu en as envie.

Écrit par : marie-no | 18/07/2011

Les commentaires sont fermés.