Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En mai fais ce qu'il te plait...

 

Je crois que chaque printemps ranime en moi le manque de ma fille.
Un mélange de bonheur et de tristesse.
Le bonheur de simplement regarder cette nature qui s’éveille.
La tristesse de ne plus pouvoir profiter avec Fiona de ces instants de joie que cette belle saison nous procure.
Ma marguerite n’est plus.

Le printemps ranime en moi depuis toujours, cette crainte que tout s’arrête. Que la vie cesse subitement. Que toutes ces beautés qui m’entourent et que je ne me lasse jamais de regarder s’envolent. Que tous ces instants privilégiés partagés avec ceux que j’aime n’existent plus.

Parce que le printemps a toujours été un grand bonheur pour moi, il me fait prendre conscience de la fragilité de la vie. Alors, cette petite tristesse au fond de moi pointe le bout de son nez quelques minutes et s’en va…

En mai, fait ce qu’il te plait. Pour faire suite, sans le vouloir vraiment, à la note de Marie que je viens d’avoir au téléphone ce matin (un instant privilégié comme je les aime…) http://lesfemmesendisent.blogs-handicap.com/archive/2011/04/10/avril-ne-decouvre-pas-ton-fil.html.

Alors en mai, envoyons balader nos tristes pensées, chassons nos fantômes, tordons le cou aux idées préconçues, faisons du tri sélectif (je ne parle pas d’ordures ménagères… J), débarrassons nous des encombrants. Délestons nous de ce qui nous congestionne la tête et le coeur.

Et attaquons l’été avec grande grande légèreté…

 

 

Commentaires

  • merci pour fugain, j'avais oublié combien c'était festif! le printemps, je l'ai découvert quand j'habitais dans l'oise, avec le tapis bleu des jacinthes sauvages dans la forêt de compiègne. tous les ans, c'était la fête, le début des fleurs et les arbres vert tendres. Depuis, c'est devenu le signe que je laisse derière moi les mois de janvier- février qui me font mal, tu sais pourquoi, et le soleil blanc et froid que je deteste; De ma fenetre, je vois se mettre en place tout ce qui fait du ien: les arbres, le soleil chaud, les fleurs, le vent, la pluie aussi.
    le potager , que je cultive au travail avec rachel et les jeunes me fait beaucoup de bien, meme si après j'ai des courbatures. je crois qu'il y a le lien à la nature, le rythme à respecter mais aussi mes parents et grands parents et leur amour de leurs fleurs et de leurs légumes. je retrouve ce lien là aussi, et ça fait du bien... bisous printaniers, cousine.

  • J’ai cueilli un jour le bonheur avec une jolie marguerite
    Chaque printemps je m’impatientais de la voir fleurir
    Un jour, fatiguée par trop de pluie et de vent elle est partie
    Pourtant chaque printemps nouveau je vois fleurir
    Sous mes yeux un immense tapis de marguerites

  • comme je te comprends j'adorais le mois de mai d'abord le soleil les fleurs la joie de la naissance de mon fils thomas le 3 mai bref un joli moi de mai !!! mais le mois de mai est terni par le décès de kk le 29 je déteste le mois de mai et en même temps il est source de joie...... va comprendre mais je sais que tu comprends........bisouxxxxx ma patoune et une envolée de baisers pour fiona

  • Patricia, je voudrai simplement te répondre par cette citation si tu le permets ....

    Il nous faut peu de mots pour exprimer l'essentiel ... Il nous faut tous les mots pour le rendre réel ... (Paul Eluard)

    Un énorme bouquet de fleurs printanière pour vous 2. Bises

  • Chaque jours je pense à toi et à Fiona, car chaque jour je passe devant un tapis de marguerites !!! Alors tous les jours je leurs sourie et leurs dis "bonjour mes cop's" en esperant que ce "bonjour" vous arrive à toutes les deux !

Les commentaires sont fermés.