Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2011

En réponse à vos commentaires

Bonjour à tous,

Je suis d'accord avec les commentaires de chacun. Ceci dit, pour ceux qui n'ont pas regardé ces infos ou potassé quelques articles à ce sujet ou pour ceux qui ne le savent pas tout simplement, sachez que ce cas n'est malheureusement pas isolé.

L'acte en lui-même me choque certes mais comme tout le monde je peux comprendre la difficulté que certains parents ont à vivre avec le lourd handicap de leur enfant. Comprendre la difficulté à faire face mais en aucun cas le passage à un acte irréparable.

Pour moi c’est irréel.  Personne n'a le droit d'ôter la vie à quelqu’un. Et personne n'a le droit de légitimer un tel acte. Et pourtant, c'est ce qu'il se passe actuellement, dans notre société du XXI siècle. Nous sommes en train de légitimer hypocritement des actes répréhensibles.

J’ai été maman pendant 16 ans 1/2 d’une enfant dite « polyhandicapée ». En réalité « IMC lourdement handicapée et aphasique » dans un langage plus exact et moins général. Le terme « polyhandicap » pourrait être un débat à part entière…Je l'ai déjà fait en 2008 là http://www.mesyeuxetmamainpourledire.com/tag/polyhandicap

Bref, comme pour  tout parent, la souffrance de ma fille a été difficile à vivre.
Son parcours en quelques lignes
http://www.mesyeuxetmamainpourledire.com/about.html

Quand elle était tout bébé, un jour durant sa sieste, il m’est passé par la tête le souhait qu’elle ne se réveille pas…Juste une pensée furtive de quelques secondes. La peur de l’avenir.  Et elle s’est réveillée, comme chaque jour. Et notre vie s’est poursuivie. Et même si rien n’a été simple dans cette courte vie, tout a été bonheur. Et je revivrais ces 16 ans multipliés à l’infini si je le pouvais.

Ce que je voudrais dire dans cette note, c’est que chaque enfant, chaque adulte dont le handicap est excessivement lourd, a des émotions, des réflexions intérieures qui lui sont propres, des sentiments, des désirs. Ce n’est pas parce qu’il ne parle pas, parce qu’il ne voit pas parfois et parce qu’il ne bouge pas comme chacun de nous, qu’il ne pense pas. C’est un être humain.

J’imagine la pensée de la gamine quand son père l’a étouffée…ou la pensée de ces autres enfants « polyhandicapés » qui comme elles ont été « supprimés » par les mains de leurs parents, ou encore celle de la jeune femme de 20 ans qui a failli y passer il y a encore quelques jours car sa mère a tenté de la tuer également (cliquez sur le lien) ou la pensée de ces jeunes filles handicapées mentales qui se font violer ou agresser.

Des situations loin d’être des cas isolés. Mais toujours des peines dérisoires ou simplement symboliques. Comme le dit si bien Marie  « le handicap est une circonstance atténuante ».

Et qu’en est-il des enfants mineurs violents, meurtriers, drogués, caractériels dont les parents sont à bout, des parents responsables par la loi des actes de leurs enfants, des parents fatigués, épuisés, impuissants…Que leur arrive-t-il le jour où ils craquent et tuent leur enfant ?

Et qu’en est-il de tout être humain qui pète un câble et commet l’irréparable sur un proche ou un inconnu ?

J’ai travaillé dans le social et des situations extrêmes, des situations effroyables, j’en ai vu tant en dehors du handicap !

Personnellement, j’en ai marre d’entendre  que le handicap est une vraie misère pour les parents. A écouter les médias, à écouter certaines associations, c’est carrément l’enfer que d’être parent d’un enfant en situation de handicap. C’est certainement le cas pour certains étant donné ce que l’on entend. Mais est-ce une raison pour excuser, pour légitimer, pour  plaindre ?
Derrière chaque acte de ce genre, il y a un être fragile sans défense. C’est inexcusable.

Une autre réflexion sur ce sujet délicat sur le blog de Marie Garnier (cliquez sur son nom) auteur du "Nid des Papillons".


Bon week-end à tous

Commentaires

Juste tout à fait d'accord avec tout ce que tu écris, personnellement et professionnellement. Le soutien des parents fait partie de notre travail à l'IME, mais c'est parfois très difficile. Ce que vous avez vécu, ce que tu partages avec tes amies m'aide beaucoup.
Il y a beaucoup à faire encore pour changer les coeurs et les esprits, elle nous en a laissé du boulot, la fée clochette!!!! bisous, cousine.

Écrit par : marie-no | 08/01/2011

Je viens de te lire Patricia , et j'ai lu le parcours de Fiona qui ressemble a celui de Marine .........sauf que je ne lui ai pas donné la chance de pouvoir s'exprimer avec la méthode que tu as utilisée pour Fiona ..je connaissais cette méthode , mais a Montauban je n'ai pas eu l'occasion de pouvoir l'essayer ..........
Nous on a fait tout ce qu'on a pu j'espère pour nos filles ,moi j'ai encore des doutes sur des choses que je n'aurais pas du faire ou d'autres que je n'ai pas faites.......
Quand je lis ces infos qui relatent ces tristes évènements , bien sur comme toi , Marie et d'autres , ça me rend malade.
Le polyhandicap c'est vrai que c'est dur , c'est dur de voir souffrir son enfant , souvent j'aurais souhaité pouvoir prendre la place et la souffrance de Marine , j'aurais tout donné....Certains n'y arrivent pas ou plus ...
Beaucoup aussi abandonnent leur enfant , il parait qu'il y en a énormément dans des centres ou ils n'ont aucune visite ..........Trois semaines après la naissance de Marine
nous avons rencontré une psychologue a Purpan l'hopital des enfants de Toulouse , et la première chose qu'elle nous a proposé , c'était de placer Marine et de faire un autre enfant.........l'horreur.....ça m'a fait l'effet de tirer une chasse d'eau ................Inutile de vous dire que nous sommes partis assommés , on s'est couchés tout habillés et on s'est dit que notre fille nous allions lui donner tout ce que nous pouvions....
Et c'est ce que nous avons fait pendant ces 27 ans ,et comme nous aurions souhaité continuer.............encore..
et encore.. le destin en a décidé autrement...
je t'embrasse Patricia et merci

Écrit par : maryse | 08/01/2011

Je suis si fier de vivre chaque jour avec une belle personne telle que toi, une femme qui va au bout de ses convictions , qui sait se revolter avec beaucoup de justesse pour des causes ou l'on oublie les vrais victimes , les laissés pour compte de ce monde, et dans des situations où l'injustice gangrène le quotidien de certains êtres humains qui n'ont pas choisis leur condition et qui pourraient en apprendre beaucoup à nous autres.
C'est grace à des convictions telles que celles ci que le monde est en mouvement, je t'entends, je te lis, et je suis de tout coeur avec toi!

Écrit par : Jean Christophe | 08/01/2011

je viens de lire un peu l'histoire, tout ce que je peux dire c'est ce sont des êtres sans defense qui ne peucvent rien dire et don on n'a pas le droit de leur oter la vie a aucun moment de la vie de tanguy je ne pourrais faire cet acte mais je ne pourrais dire jamais car si mon fils souffre et qu'il est dans une impasse et qu'il ne peut s'en sortir je deplorerais que l'on s'acharnbe sur lui d'ailleurs il faut que je le dis au medecin aucun acharnement therapeutique sur tanguy mais je souhaiterais qu'il parte pour qu'il ne souffre plus le debat est difficile. tanguy est dans un hopital ou malheuresment tout ce que j'ai pu voir ce sont des malades mais des legumes qui ne sont plus la je ne pourrais pas sypporter cet etat chez tanguy, tant que tanguy est la bien present qu'il me regarde et qu'il sait qui on est ca va mais tu vois des enfants qui ne sont plus là et qui souffrent je ne pux suppoorter cela. jepeux comprendre les parents qui a la demande seulement de leurs enfants qui sont en souffrance continue, demande de mourrir mais comment le faire ca c'est une autre histoire faut pouvoir passer à l'acte personne n'a le droit de le faire mais c'est tellemnt insupportabkle d'avoir son enfant souffrir qu'il sait qu'il est perdu qu'il te demande d'arretyer ses ouffrances et de ne pas pouvoir le faire je suis triste de voir toutes ces souffrances, ca fait mal*bisous patricia*

Écrit par : nathalie | 09/01/2011

Les mots qui sortent du coeur sont probablement les mots les plus forts pour parvenir enfin à faire changer le regard sur le handicap.
Ces mots tu les trouves Patricia et simplement tu les écrits pour qu'ils soient lus, compris et nous l'espérons tous assimilés.
J'ai lu ce matin le message d'une maman sur youtube.
Ce message parlait de la boite à bonheur qu'une maman venait d'offrir à sa fille pour qu'elle ne doute jamais !!
Cette boite à bonheur tu nous l'ouvres sur chacune de tes notes Patricia, pour y rajouter des sourires, de l'amour, de la joie et de l'espoir.
Merci à toi je t'embrasse
Marie

Écrit par : marie garnier | 10/01/2011

Les commentaires sont fermés.