Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2010

Tu es

Un jour, j’ai fait le deuil tiré un trait sur mon bébé qui grandirait bien, sans problème de santé, j’ai fait le deuil tiré un trait sur mon enfant  qui ferait des études bilingues comme son père, qui serait une adolescente facile ou difficile, qui serait proche de moi, me confierait ses secrets, aurait ses premiers émois. Un jour j’ai fait le deuil, tiré un trait sur ma fille qui aurait des enfants, qui aurait une vie de femme. Un jour j’ai fait le deuil tiré un trait sur des futurs petits enfants que je n’aurais jamais. Un jour j’ai tiré définitivement un trait sur une normalité qui ne serait pas la mienne…simplement, naturellement, instinctivement. Sans effort. Avec Amour. Parce que je t’avais toi. Toi, ma fille, qui de ton caractère entier, de ta tendresse infinie, de ton humour sans cesse renouvelé, de ton amour exclusif et véritable, de ta bonté, de ta générosité sur le monde, de ta maturité hors norme me comblait dans ma totalité. Dans mon entièreté. Je pensais faire une grande partie de ma vie avec toi, vieillir égoïstement à tes côtés. De tes petites mains, tu me rassurais et me réconfortais. Tandis que moi, je te donnais simplement mon être entier et te soignais. T’aimais. La vie aurait pu durer ainsi une éternité, sans que le moindre manque vienne me titiller ou me chagriner. Le bonheur présent dans chacun de tes regards, dans chacune de tes phrases, dans chacun de tes gestes incertains.

Tu es l’Amour de ma vie, celui qui me fait frémir encore rien qu’à la pensée de ton regard sur moi et de ta petite main dans la mienne. Tu es l’Amour de ma vie et sans toi, la vie n’aura jamais le même goût.  Jamais.

Tu étais, tu es mon enfant unique. L’unique raison de mes Noël, de mes fêtes des mères, de mes anniversaires. Tu me manques. Je t’aime tant.

Commentaires

Juste te dire que je suis là . Je sais qu'un jour, on parlera de Fiona ensemble, plus intimemement c'est une pièce qui me manque, mais mon amitié est là, sincère et profonde.
Je te serre fort contre mon coeur.
sylvie

Écrit par : schneiter sylvie | 02/11/2010

Petite soeur, ton texte est magnifique, et tout comme toi malgré Manon et Axel, aucune fête ne sera plus jamais la même , tout cet amour que nous partageons avec nos enfants différents est un amour unique, que peut de gens peuvent comprendre à moins de le vivre. Ce manque est à jamais encré en nous.
Je t'embrasse fort

Écrit par : isa | 02/11/2010

Sylvie, oui un jour nous parlerons. Bien que nous nous connaissons depuis plus de 30 ans, notre amitié est neuve, fraiche et belle et nous avons tant à apprendre l'une de l'autre, des femmes que nous sommes aujourd'hui ( autrement que des deux garnements que nous étions à 13 ans...:))

Petite soeur, pas un jour ne passe sans que Jules soit dans mes pensées, sans que tu sois dans mes pensées. Ta souffrance je la connais trop bien.

Je vous embrasse du fond du coeur les filles.

Écrit par : Patricia | 02/11/2010

quoi dire... rien... si ce n est que je pense @ vous et @ vos Anges chaques jours qui passent et que je vous embrasse bien fort

Écrit par : Mireille | 02/11/2010

Tes mots sont vraiment des petites lueurs qui éclairent ce qui peut paraitre si dur et lourd à vivre. Beaucoup de gens gagneraient à les lire, pour comprendre enfin la beauté, la richesse et l'intelligence du coeur et de l'esprit de fiona, de jules et de leurs amis. De tous ceux que j'ai rencontrés et aimés depuis si longtemps, et de tous les parents qui font ce chemin d'abord de renonciation puis de découverte. Ca m'aide beaucoup, dans mon travail, de lire ce que vous , les mamans, vous eccrivez, cela m'invite à etre encore plus à l'écoute, pour ne pas passer à coté de témoignages si importants.
je t'embrasse très fort, ma cousine au beau et grand coeur, à l'esprit si ouvert.

Écrit par : marie-no | 02/11/2010

magnifique texte et beaucoup de vérité
tout simplement vrai bises

Écrit par : nathalie | 04/11/2010

Très beau texte cop's, je retrouve Fiona dans chacun de ces mots... Pas un seul jour ne passe sans que je ne pense à elle, chaque jour je lui envoi un petit "je t'aime" du fond du coeur. Ce fut une si belle rencontre, elle nous a tant donné, tant apprit...

Cette nuit je ne sais pourquoi, une image m'est revenue en tête : la dernière fois que j'ai vu Fiona, son dernier sourire, son dernier regard, mon dernier bisou.............
J'avais rendez-vous au centre avec Françoise (chef de service) à cause de mon accident, depuis plusieurs mois je ne pouvais plus travailler.
Je me souviens avoir été dire bonjour à Fiona, lorsque je suis entrée dans la salle, elle était dos à la porte, et j'ai lancé un "GRAND BONJOUR" juste derriere elle. Elle a levé les yeux et m'a fait un immense sourire, elle semblait si contente de me voir, alors je lui ai fais plein de bisous et au creux de l'oreille je lui ai dis qu'elle me manquait... Mais j'étais en retard pour mon RDV, alors je ne suis resté que quelques minutes près de mon Amie, à cet instant je ne me doutais pas que ce serait la dernière fois que je verrais ses yeux remplient d'étincelles... Hélas je ne peux revenir en arrière, car aujourd'hui je sais qu"il n'y avait aucune importance a être en retard à ce RDV, j'aurais pu prendre qq instant supplémentaires avec Fiona, juste qq minutes encore, juste qq minutes partagées, qq minutes de bonheur, de rire... Juste qq minutes...
Alors quand je te lis ma cop's, je te trouve admirative, tu reste "debout" tu avances avec cette absence si lourde... Je pense que nous aurions tous aimé... Juste qq minutes encore...

Écrit par : Cop's Michèle | 06/11/2010

oui quelques minutes, ces quelques minutes de retard qui m'ont fait manquer le seul, l'unique RV que j'avais avec Fiona, à Paris, sur un salon ...

Je pense fort à VOUS.

Écrit par : justmarieD | 07/11/2010

Oui Marie-No, je sais combien notre cheminement, à nous mamans, est important pour toi dans ton travail. Il t'aide chaque jour c'est certain.

Cop's, Marie, quelques minutes loupées mais qui n'ont pas empêchée Fiona de vous parler du fond de son coeur.

Je vous embrasse les filles

Écrit par : Patricia | 07/11/2010

Chaque jour qui passe, je pense à notre petite Fiona.
Chaque matin, je croise son regard posé à côté de moi.
Chaque soir, je la retrouve et lui raconte ma journée.
Chaque nouvelle décision, elle m'écoute.
Chaque action, elle m'accompagne.
Chaque jour qui passe, je pense à notre petite Fiona.

Écrit par : Pierre | 07/11/2010

Les commentaires sont fermés.