Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2010

Chagrin

Ma dernière note date du 18 juillet, le jour des 19 ans de Fiona.

Quoique je fasse, où que j’aille, Fiona est continuellement dans mes pensées. J’ai cru pendant de longs mois que je pouvais guérir de ce chagrin, soigner ces angoisses, revivre totalement.

Je suis partie en Grèce, du rêve, de la beauté plein les yeux, de la sérénité, des instants délicieux. Le bonheur certainement mais un bonheur ombragé par ce manque de ma fille.

En rentrant je me suis mise à fond dans les gîtes, quelques menus travaux, les meubles, la déco. Du monde à la maison, des amis, la famille. Un semblant de bonheur. Mais ce manque persistant me ramène sans cesse à cette réalité.

Puis, je suis partie dix jours à Saint Germain en Laye. Là-bas, tout me ramène à elle. Je me sens heureuse d’être si proche de cette vie si lointaine…Je croise ceux qui l’ont connue, je rentre dans les mêmes boutiques, je refais les mêmes parcours, je marche sur les mêmes pavés.  Certes, sans elle. Mais je touche mon ancienne vie du regard.

Ce retour à Fontarèches est un retour à la réalité. Submergée par des soucis au niveau des gîtes, submergée par le chagrin surtout. Je me sens lasse de me lever le matin et de devoir affronter ce combat du manque. J’en arrive à me dire, si seulement j’avais pu « conserver » son corps près de moi pour la toucher…des choses qui ne se disent pas dans notre civilisation où la mort est un sujet tabou. Je sais. Désolée pour ceux que ces mots dérangent.

Je me perds dans mes souvenirs et je m’y accroche pour mieux vivre ou survivre. Tant de choses m’échappent ou me glissent dessus. J’ai perdu mon essentiel. Alors je me détache de certaines choses pour m’attacher parfois à des détails qui me paraissent vitaux. Tout comme cette belle marguerite  que j’ai fait faire par une créatrice au décès de Fiona.  Un pendentif en forme de marguerite en or blanc parsemée de diamants. Belle marguerite à l’image de Fiona, les diamants signe de notre Amour pur et éternel. Ce bijou renfermait un peu de ses cendres. Le 12 juin dernier, jour de mon anniversaire, j’ai perdu ce bijou auquel j’étais attachée comme à la prunelle de mes yeux. Je n’y ai lu aucun message…mais  je n’en ai pas dormi pendant des nuits.

Des détails qui embrument les yeux et donnent des coups en plein cœur, comme ce document administratif trouvé par hasard ce matin où est inscrit son nom et prénom, née le 18/07/1991 à Saint Germain en Laye, décédée le 24/02/2008 au Chesnay. Je ne l’ai pas encore avalé, ni intégré et encore moins digéré. Je ne peux tout simplement pas y croire.

Et pourtant je crois pouvoir dire que je suis une battante, une optimiste, une de celles qui savent rebondir. Mais ce chagrin est sans nom tant sa puissance m’envahit des pieds à la tête, me laisse sans voix et sans mouvements.

Une chanson de Michel Berger, le Paradis Blanc
podcast

15:32 Publié dans Tristesse | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

chere Patoune, je pense que nous serions nombreux à vouloir t'éviter ces moments de souffrance, à vouloir que tu avances dans la vie à venir, la souffrance devenant moins présente, plus paisible.... mais je me sens vraiment impuissante, je sais par expérience que ce n'est pas comme ça. Le chagrin que tu portes est le plus lourd et n'a rien à voir avec la force ou l'optimisme. Tu as passé tant d'étapes déjà, avec tant de détermnation et de volonté, d'accueil des autres avec leurs souffrances !!!
Tu sais que tu es aimée de beaucoup de gens. Le fait que tu nous parles,que nous puissions porter avec toi ces moments, te porter, nous permet de nous sentir moins impuissants. Sois sure en tout cas, que vous êtes, Fiona et toi, dans nos coeurs et nos pensées.
je t'embrasse de tout coeur.
Marie-no

Écrit par : m | 11/08/2010

Que dire ma Patricia ? Tes mots si puissants qui nous rappellent à l'ordre, qui nous demandent de voir au-delà de tes sourires volontaires et sincères, qui nous supplient de ne pas oublier ce que tu vis à chaque instant, avec dignité, courage. moi qui connaissais ce bijou dont tu parles j'imagine le trouble provoqué par sa perte. Mille millions de pensées ma Patoune et c'est si peu ...

Écrit par : justmarieD | 11/08/2010

Patricia , j'étais si heureuse pour toi de voir que tu avais "l'air" si bien !!Je me disais que peut être un jour j'arriverais a avoir cette sérénité tout comme toi , les mois aidant........
Moi ça fait bientôt 7 mois que Marine est partie et bien sur je ressens la même blessure au coeur que toi .
Parfois aussi j'ai de petits répits , et puis l'absence ressurgit , moi je dors avec son coussin , j'ai comme toi le manque de ne plus pouvoir la toucher .
Ce cheminement est dur , mais nous sommes tous impuissants . Je pense a toi souvent , a Laurence , a Isa , a toutes celles qui sont comme nous touchées en première ligne .Ne baisse pas les bras Patricia , tu arriveras a reprendre la route ton étoile Fiona près de toi.
Je t'embrasse

Écrit par : maryse | 11/08/2010

petite soeur,que te dire, que nous serons un jour definitivement sans ce manque de nos enfants ? non !! je sais malheueusement que malgre notre bonne volonté nous ne pourrons jamais combattre ce vide, ce manque,cette absence qui a fait qu a jamais nous serons une autre. je crois qu il n y a pas pire perte que celui de la chair de sa chair et qu a moins de le vivre le comprendre est impossible. avancer, faire comme si, faire croire et entendre encore combien on est forte et pourtant si cassée . petite soeur,chacun de tes mots me font mal parce qu ils sont miens , je sais que nous sommes les mêmes et que j aimerai tellement te serrer ds mes bras pour que nos peines soient moins lourdes à porter. magré mes mots je sais que rien ni fera. ta nenette elle t enverra j en suis certaine cette boule d amour qui te fera aller mieux.....tu sais deux en un .
pardon pour les fautes et le reste de mon portable je galère.je t aime si fort .ta petite soeur de coeur

Écrit par : isa | 11/08/2010

Juste dire que je te lis, je te découvre, te redécouvre et j'aime ce sentiment.

je t'embrasse
sylvie

Écrit par : sylvie | 11/08/2010

Comme toi, comme vous, comme toutes les mères et tous les pères, a des milliers de kilomètres je pense encore et toujours a Fiona. J'arpente les rues d'un petit monastère accroche a flanc de montagne comme l'est Fiona dans mon cœur a cet instant. Je t'embrasse Patoune

Écrit par : Pierre | 11/08/2010

Je suis triste pour toi car rien ne pourra combler ce manque, le temps peut être et encore je pense fort à toi et n'imagines pas la peine que tu peux avoir car on ne pourras le sentir que quand on y passe bisous ma belle

Écrit par : nathalie | 11/08/2010

nous sommes impuissants devant votre peine, je sais pourtant par Marie votre force, toutes mes pensées sont avec vous, et Fiona qui veille sur vous.

Écrit par : laurence | 11/08/2010

Coucou cop's, voici une note qui vient de tes trippes, de ton coeur, de ton chagrin, de l'absence de Fiona ce petit bout de femme, si souriante si rayonnante, avec tout plein d'étoiles dans les yeux, des rires qui s'envolent, ses mains qui ne te frollent plus, son odeur, ses cheuveux, son petit air malicieux, sa sagesse,ses envie, ses espoirs, ses mots et jeux de mots... Mais sa philosophie de vie, tu l'as bien comprise et elle sera toujours là au fond de toi pour guider tes pas et tes choix... Je comprends que tu aurais aimer garder son corps près de toi, car j'imagine le manques que tu dois avoir de vouloir la serrer dans tes bras... Ce n'est pas choquant, ce vide est tellement immense et douloureux qu'il est légitime de vouloir la toucher, la caliner encore et encore... Parfois j'aimerai comme toi que ce soit un cauchemard et lorsque je me réveillerai Fiona sera toujours près de nous...
Chaque soir je lui dis "bonne nuit" et j'aimerai aussi la prendre dans mes bras...

Ps : es tu sûr d'avoir perdu ce collier ??? Quelque chose en moi me dit que non...

Écrit par : Cop's Michèle | 13/08/2010

quoique tu fasses, là où tu seras elle sera toujours très présente dans ta vie, dans ton corps et dans ton cœur.Tes pensées pour elle sont éternelles, ton amour pour elle ne sera que plus pure, plus visible.Elle est partie certes mais, en fait elle est toujours là, elle ne t'a jamais quitté et son sourire est toujours dans nos têtes.

Écrit par : nadia | 24/08/2010

Il est vrai que l'absence est difficile d'accepter lorsque tous te ramène à Fiona...mais elle vit en toi ,ton ange est prêt de toi et te guide en chacun de tes pas, l'amour ne peut mourir bien au contraire, elle t'anime et te redonne le sourire d'avancer.
à bientot
Zo

Écrit par : BENCHEIKH ZOHRA | 18/09/2010

Les commentaires sont fermés.