Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2010

Nuit sans sommeil

 

Ces derniers jours, malgré tout le bonheur qui est en moi, les images du passé ressurgissent, toutes plus effroyables les unes que les autres.

Ces derniers jours, j’ai eu mal. Samedi, j’ai rêvé de Fiona dans la vraie vie, un vrai rêve bien réel,  et me suis réveillée en sursaut pour m’apercevoir que ce n’était qu’un rêve et qu’elle n’était plus là.

La nuit dernière, une angoisse m’a envahie subitement. Je ne la reverrai jamais. Jamais. Son corps est en cendres. Comment vais-je pouvoir supporter une telle absence ? Combien de temps encore ?

Les mois passent, les  évènements se bousculent, les projets occupent l’esprit, le bonheur prend place peu à peu, le cœur s’enflamme, la vie continue.

Pourtant…

Je suis cassée. Littéralement cassée.

Plus jamais ma vie ne sera comme avant.

Plus jamais je ne serai celle d’avant.

Certes, mais je vis !

 

Je n’arrive plus à m’attarder longtemps sur des problèmes insignifiants. L’essentiel me revient toujours en tête.

Je n’ai plus envie de parler inutilement, juste comprendre et décider sagement.

Je n’ai plus envie de ruer dans les brancards comme avant (clin d’œil à ma famille), juste aimer sans questionnement.

Je n’ai plus envie de porter de jugements hâtifs comme beaucoup, juste regarder et écouter.

M’ouvrir encore à l’essentiel. Toujours plus.

Je sens Fiona en moi plus que jamais.

C’est un RE-renouveau pour moi.

Pourtant…elle me manque et j’ai parfois envie d’hurler.

 

Mais, j’ai près de moi plus qu’une écoute attentive et une épaule réconfortante. Je peux lâcher mes larmes, mes mots autrement que sur un clavier. Je peux rire aussi, à gorge déployée, m’amuser, faire la folle et parler, parler. Ecouter, partager, lire dans le regard.

Ce langage du regard que je partageais si facilement avec Fiona.

Le bonheur s’est incrusté dans ma vie. Je ne l’attendais pas ainsi.

Et ce bonheur, il sait la cassure qui est moi. Quel réconfort d’être moi-même. Simplement moi-même. Et de vivre.

 

Fiona est là comme jamais. Je reviens sur terre avec mes plus belles pensées. Mes plus grandes peines aussi. Je crois ne m’être jamais sentie aussi proche de mes ami(e)s et de ma famille. De Pierre aussi. En silence.

Je revis simplement. Je suis un être humain, je suis moi. Je me sens telle que j’ai envie d’être. En phase avec moi même et avec ceux qui m’aiment.

 

Douce nuit à vous…

 


podcast

02:25 Publié dans Bonheur | Tags : essentiel, renouveau, vivre | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Rien de plus à dire petite soeur c'est tout simplement ca ....
Je suis la souvent en silence mais tellement en adéquation avec tes mots et tes pensées. Je t'aime petite soeur

Écrit par : isa | 20/04/2010

Oui Isa "en silence"...1h15 de téléphone ce matin tout de même !!! ;)))))))))
Bisous bisous

Écrit par : Patricia | 20/04/2010

Ma Patoun, ça s'appelle la sagesse, tout simplement, tu as (et bien d'autres encore) reçu des leçons de sagesse toute la vie que tu as partagée avec ton ange. Il est normal que tu ne juges pas (on a rarement tous les éléments pour et on a rarement vécu les mêmes choses donc....on n'a pas le droit de juger), que tu prennes la vie comme elle vient et saches apprécier tous ces petits bonheurs furtifs qui font que la vie est malgré tout un cadeau. bises à toi.

Écrit par : Josy | 20/04/2010

Il paraît que lorsque les personnes diparues viennent dans nos rêves ce sont de "vraies visites".
Une chanson dit "prends le bonheur avant qu'il ne se sauve"

Gros bisous

Écrit par : Cop's Michèle | 20/04/2010

Merci ma Josy et Cop's pour vos messages.
Oui "prends le bonheur avant qu'il ne se sauve".
Mais il faut savoir que le bonheur est là, dans chaque vie, à chaque instant...ou presque.
Gros bisous énooormes à vous 2

Écrit par : Patricia | 20/04/2010

il est évident qu'il y a de la souffrance mais tu ne pourras rien y changer par contre ton avenir ta vie est devant toi et profites en car la vie est courte bises Nathalie

Écrit par : nathalie | 20/04/2010

L'essentiel n'est-il pas de se dire qu'on a tous eu la chance de connaître Fiona et finalement, même si son absence fait mal et que bien d'autres moments auraient du être vécu avec elle, pour moi l'essentiel c'est de l'avoir connu, et d'avoir pu, même si c'est peu, profiter de sa présence. Cependant, je ne pourrais jamais me mettre à ta place, j'ai perdu mon père auquel je tenais énormément, mais ce n'est pas comparable avec la perte d'un enfant.
Je n'ai qu'un souhait, que tu sois heureuse, que tes moments de blues s'estompent, et ça n'enlèvera rien de l'amour que tu portes à ta fille.
Je te le dis peu mais sache que je t'aime fort
Séb

Écrit par : séb | 22/04/2010

Les commentaires sont fermés.