Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2010

Amies

Les mois sont passés.

Les jours passent.

Les heures, les minutes, les secondes.

Mais le temps n’a pas bougé.

Il est resté intact, tel quel, au moment même.

 

Bientôt deux ans…Dans un mois tout juste. Le 24 février 2008. Ce foutu dimanche. Ce sale jour.

Je ne pense qu’à toi Fiona. Tu es là, en moi, sans cesse. Mes gestes rituels cachés pour davantage me rapprocher de toi. Je te cherche ici…Où es tu ?

Je ne pense qu’à Jules. A Isa.

2104216171_small_1.jpg
IMG_1598.JPG

A toi Isa, qui m’a portée en 2003 sans que tu le saches vraiment, qui m’a conseillée lors de la gastrostomie de Fiona. Toi qui encore une fois a été présente les mois qui ont précédé le départ de ma nénette,  qui m’a poussée à faire d’urgence cette foutue trachéo que je n’ai pas fait faire, et qui était encore là les mois qui ont suivi aussi. Qui est toujours là.

Je ne pense qu’à toi, à vous.

isa.JPG

L’amitié, cette amitié est indestructible. Et quoiqu’il se passe dans nos vies, je sais que nous pourrons toujours compter l’une sur l’autre. Comme Cathie, comme Marie ma douce.

 

Cathie.jpg
Cathie bis.jpg
P1020290.JPG
P1000733.JPG

Je ne vais pas bien. J’ai mal du mal des autres, de ceux que je ne connais pas. Mais surtout de ceux que j'aime fort.. Et du mien. Du mal de la terre qui va mal. J’ai mal de l’égoïsme des humains, de la violence qui règne, de ce monde dans lequel je ne me reconnais pas, je ne me reconnais plus. A l’ouest, je suis à l’ouest. A côté de la plaque. Envie de me battre, mais la flemme…

 

Je pense tellement à toi Isa. Désolée de te faire part de mes états d’âmes mal venus certainement, inappropriés actuellement pour toi. Toi, qui a vécu ce foutu vendredi 15 janvier que je n’oublierai jamais…Il y a 10 jours.

 

Merci les filles pour votre sincère amitié, mes amies.

Je vous aime.

 

Commentaires

Merci à toi ma Patounette, je viens juste de te laisser un autre message ici, quelques pages plus loin, tu vois au même moment nous étions encore en pensée. Il m'a toujours semblé être proche de toi, mais la, comment le pourrais je plus?
Ce mal qui me ronge, cette vie qui me semble foutue , qui ne sera plus jamais la même, 10 jours que Jules n'est plus la physiquement, j'ai l'impression que les rôles ce sont inversés, je suis une petite fille qui lui demande, Jules aide maman à avancer, Jules fais moi des signes, Jules revient...... Jules, Jules, Jules.J'ai l'impression parfois que cette douleur va me rendre dingue, j'ai si peur de ce vide.... j'ai si mal de le vivre....
Je t'aime ma Patounette.

Écrit par : Isa | 24/01/2010

je suis là, à chaque instant, ma porte, mon tel et mon coeur te sont grands ouverts à tous moments du jour et de la nuit. Pour toi. Je t'aime fort, accroche-toi ma belle. S'il te plaît.

Écrit par : justmarieD | 24/01/2010

je suis si triste pour vous deux, je sais que beaucoup de choses vous rapprochées, j'ai tant de peines isa, tant de peines...... si je pouvais je viendrais te serrer fort fort fort dans mes bras mais ce ne sera qu'une maigre consolation, je ne sais que dire, quoi vous dire... seulement que je peux entrapercevoir ce mal qui vous ronge, ayant cette trouille chaque jour depuis 10 ans, j'ai si peur depuis jules, ça ne me quitte pas , et pourtant il va falloir que j'avance je ne peux pas vivre comme ça, rémi a besoin d'une maman détendue pas d'une maman qui est aux aguets tout le temps , il faut que je le laisse vivre et non que je le remette sous globe, j'ai vécu cette situation et ça le braquer ... ce soir il m'a repoussé je me suis dis , qu'il était temps de le laisser , de ne plus le coller, j'ai promis à manu je tiens à tenir ma promesse, je suis de tout coeur avec toi isa, il me manque terriblement et tu vois je ne l'ai jamais serré dans mes bras, qu'est ce que ça aurait été si je l'avais fait , ho que j'aurais tant voulu.....
je t'aime jules je t'aimerai toujours mon ti père, tu m'as fait entrapercevoir le pouvoir de vaincre les choses, de me battre pour rémi et surtout d'aimer encore plus la vie ! merçi jules merçi pour tout ...
désolée de laisser mes pensées s'étalaient mais je sens votre douleur même si je ne l'a vis pas comme vous, je peux ressentir à travers vos écrits à toutes deux , la torture d'un enfant parti là haut.......
soyez fortes les filles,
toute mon amitié
val maman de rémi et d'élise

Écrit par : val | 24/01/2010

mes pensées sont avec vous, même si elles ne vous consoleront en rien de cette peine qui s'est emparée de vous, Fiona et Jules sont en vous à vie, personne ne pourra vous les enlever. Vous souffrez mais qui ne souffrirait pas ? je vous embrasse très fort et tenez bon.
Une maman

Écrit par : laurence | 24/01/2010

Isa, crois moi cette douleur sans nom va s'apaiser même si parfois, comme moi ce soir, elle va réapparaitre subitement très forte. Mais la panique que tu ressens là va s'estomper, et tu vas vivre plus sereinement avec Jules en toi. Je te lis, et je me vois. Je te regardais mercredi, et je me voyais. Je t'écoutais, je m'entendais. C'est terrible, rien de pire que la perte de son enfant, c'est certain. Mais tu as la force Isa, c'est certain, de continuer ton chemin. Et puis dis toi, que Jules est là. Je peux te le dire à toi. Il ne t'a pas quittée, il ne vous a pas quittés. Il a juste choisi, comme tu l'as si bien dit. Il a juste choisi son heure.
Jamais je ne dirais "la souffrance est terminée pour lui" car il était heureux de vivre. Mais je suis persuadée qu'il savait et qu'il avait choisi.
Je ne peux pas dire là, tout ce que j'ai fait pour sentir Fiona, pour me faire du bien. Mais comme je te l'ai dit, fais ce qui te semble bon pour toi. Au delà de ce que les "autres" te diront. Seule toi, sait ce qui te feras du bien ou du mal.
Je suis avec toi Isa, si proche.
Je t'embrasse fort, fort !!!!!!

Écrit par : patricia | 24/01/2010

Marie, ma douce, je sais combien tu es présente...
Je t'envoie un mail.
Je t'embrasse ma douce

Écrit par : patricia | 24/01/2010

Val, surtout ote cette crainte au dessus de ta tête. Nos enfants sont tous différents, des pathologies différentes même avec un handicap ou un syndrôme identique. Sois sereine, vis ton présent avec Rémi sans aucune crainte...La vie est belle, nos enfants nous l'ont tant montré et ton Rémi ainsi qu'Elise doivent te le montrer chaque jour.
Chaque jour compte.
Ne pense pas au pire qui n'a certainement pas lieu d'être.
Bisous à toi et à tes enfants.

Écrit par : patricia | 24/01/2010

Merci Laurence. J'espère que Maxime va bien.
Bisous

Écrit par : patricia | 24/01/2010

Je voulais vous dire que le temps a fait son chemin...Je vais mieux même si...
J'ai surtout mal pour Isa ce soir.

Écrit par : patricia | 24/01/2010

je me glisse doucement au milieu de vous.,puisque j'ai moi aussi vecu il y a 3 ans le départ de Denis.je ne peux que dire " je vous aime" les amies.mon cas n 'est pas le même car denis avait choisi sa sortie et était adulte.mais je suis profondément touchée par la douleur d 'isa, comme je l 'ai été par celle de patricia.je vous serre très fort naik

Écrit par : naik | 24/01/2010

merçi patricia , oui la vie est belle je ne dirais pas le contraire , mais c'est ce choc du départ de jules qui m'a ébranlé comme ça, j'avais surement oublier cette peur , cette trouille..... et là ça m'a rappeler encore une fois que l'on ne peut rien décider .... ça passera j'ai juste mal pour isa ....
bisous

Écrit par : val | 25/01/2010

L' amitié est une des nombreuses sublimations de l'amour, elle est capable de solidifier les larmes en évanescences d'évanescences, l'absence est comble. L'amitié reste un des nombreux flambeaux de conscience qui reste à conquérir. L'amitié c'est pouvoir se quitter, quitter sa famille, sa terre et pouvoir se quitter n'est pas dire s'absenter, l'absence, ce quitter c'est se lever, s'élever, l'amitié est justice. D'ailleurs parlant d'absence de nos disparus est une mauvaise formule, quitter me semble mieux et le terme est d'ailleurs à juste titre bien usité, elle, il nous a quitté !

Je vous embraze les filles ...

Pat ♫♫♫♥♥♥

Écrit par : Pat ♫♫♫♥♥♥ | 25/01/2010

Que dire...
Chaque mot que vous avez "jetés" dans vos messages résonne en moi...
Et croyez moi : 33 ans sont passés, et le manque, même si j'ai appris à vivre avec, le manque est toujours là...
Je joins à votre douleur celle de Marthe et d'Anne-Marie, maman et soeur d'Elisa...
Et votre mal devient le mien...
Patoune, tu sais ce que je veux dire quand j'écris : nous avons chacune notre façon de les "rejoindre"...
Ou du moins, c'est elles qui viennent à nous...
Et je souhaite de tout coeur que la maman de Jules ait aussi cette chance...
Ma Patounette, je sais que tu sauras être présente pour ton amie, et pour celles et ceux qui auront besoin, simplement, de savoir que tu es là !!!

Je te serre très fort dans mes bras...

Et chacun et chacune de vous qui avez écrit ici, (surtout ceux que je "connais" un peu...), je vous embrasse trsè très fort et vous garde dans mes pensées...

Écrit par : Danny | 25/01/2010

Bonsoir Isa.
Je ne pouvais pas rester muré dans le silence mais surtout, ne pas t’apporter un peu de réconfort.
Comme toi, comme eux, comme d’autres nous avons vécu avec des enfants pas comme les autres.
Mais l’étaient-ils vraiment ?
Bien sûr que non, c’étaient aussi des enfants comme les autres sauf qu’ils nous regardés parfois différemment, qu’ils étaient maladroits de leurs petits doigts, qu’ils ne pouvaient pas toujours nous parler.
Des enfants comme les autres mais qui avaient le don de surprendre leurs parents. Car ils avaient une longueur d’avance sur les autres.
Tout était émerveillement, pureté, bonté et générosité du cœur. Je vais te confier une chose : je ne regarde plus la vie de la même façon. Plus encore depuis qu’elle n’est plus là.
Quand le silence est là, son sourire et son parfum tournent dans l’air du soir alors un cœur tendre qui hait le noir vient me voir.
Tout devient plus léger à porter et son souvenir en moi luit comme une lumière.
Ce passé lumineux enchante mon sommeil d’un mirage doré.
Aussi, quand tout devient incertitude, parce que l’on ne l’a pas souhaité, espérant des lendemains meilleurs, pense à lui très fort.
Tu verras, nos enfants ne sont comme les autres.
Je t’embrasse bien fort.
Pierre

Écrit par : Pierre | 25/01/2010

Merci Pierre, merci pour ce beau message, Tu as connu Jules, j'ai vu dans ton regard et bien sur celui de Patounette cet amour que vous aviez prés de lui.Je suis si fière que vous ayez pu l'embrasser le connaitre un peu.... en vrai.
J'attends ces moments de plénitude et comme je le disais hier à Patounette je me suis surprise à sourire hier en étant prés de Miguel un petit garçon de l'asso. Ca m'a fait tellement de bien justement de ressentir cette pureté son émerveillement et sa générosité de cœur.
Je t'embrasse bien fort

Écrit par : Isa | 25/01/2010

Que dire ...........je ne trouve pas les mots .....simplement merci à Fiona Jules Julie ......pour cette rencontre et cette amitié pour la vie ...!!!!!!!!!
Je vous aime très très très fort
Cathie

Écrit par : Cathie | 27/01/2010

Les commentaires sont fermés.