Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2009

Indissociables

Trois indissociables.
Fiona, Pierre et Maman.
Maman, Fiona et Pierre.
Pierre, Maman et Fiona.
Trois indissociables, puis trois en deux.
On croit que c’est simple, on croit y arriver, pourtant...
Quand je regarde Pierre, je cherche encore Fiona.

1281331796.JPG


Je sais, difficile de comprendre tout ça.
Pierre a et a toujours eu sa propre existence en dehors de Fiona.
Nous avions tous les trois nos propres existences.
Nous n’existions pas simplement au travers de l’autre.
Pourtant…
Qui connaît bien la grande dépendance, peut comprendre.
La fusion qu’elle engendre.
Et le vide qu’elle procure lorsqu’elle n’est plus là.
Et qui s’imagine ajouté à cela, le pire, c'est-à-dire perdre son enfant, peut comprendre également.

393733731.jpg


Tout dans ma vie me rappelle Fiona et le trio indissociable que nous formions.
Ma mémoire semble ne renfermer que ces instants.
« Pour la vie », je lui disais le soir en l’embrassant.
« Pour l’éternité », lui ai-je dit ensuite.

1598371006.JPG


Le temps passe, je vis, je respire, je ris.
Mais le poids de la souffrance est là, sans cesse…

Commentaires

Il me parait que la vie transmute vers la lumière, la mort rassemble les hommes, n'essaie pas de les réunir où alors n'y réussit pas. Je crois profondément. Et dans l'admirable foi du monde, je ne me sens pas séparé de ceux qui m'y ont conduit par cette même croyance partagée, à la foi transparente, propre et imperméable et qui m'a enveloppé dès ma petite enfance. Je sais mieux depuis ce qu'est le vide autour de moi, mes morts se dressent devant moi, s'imposent à ma contemplation, ils me stimulent et m'envoûtent comme la foi la plus parfaite, la mort n'est pas devant moi, elle me happe, me dévore, je suis en elle et elle n'est pas en moi. Seules ma foi et ma prière me font bouger et elles me lient en même temps avec tous ceux qui se lient avec elles. Nous sommes ballottés entre le désir de vivre et la tentation de la mort parce que la volonté de vivre nous a échappé, c'est pourquoi certains restent désarmés devant la mort. La mort n'est pas une inégalité devant la vie, elle est le lien essentiel qui mène à la vie même, et nous pouvons dès aujourd'hui vivre nos morts, les sentir, les savoir autour et alentour de chacun de nous. Fiona est toujours là jusqu'au moment de la rencontre.

Je vous embrase les amis ….

Pat ♫♫♫♥♥♥

Écrit par : Pat ♫♫♫♥♥♥ | 09/04/2009

La souffrance est et sera, tu le sais au plus profond de toi et je sens que ce constat tu le fais, tu l'acceptes. reste à savoir ce que tu en feras de cette souffrance. L'homme a un pouvoir, celui de transcender la souffrance, la sienne, celle des autres, c'est notre Pat qui me l'a prouvé. Au début j'ai refusé cette idée, depuis elle a germé puis grandi en moi, aujourd'hui c'est pour moi comme une évidence et une grande force. La souffrance, celle qu'on ne peut "relativiser" on ne peut "que" la transcender.

Pour ce qui est du trio c'est sûr que vous formiez tous les 3 une quatrième entité, chère à vos coeurs unis.

Je pense fort à toi ma Patounette, je t'embrasse ainsi que Pierre et toujours mille pensées pour Fiona.

Écrit par : justmarieD | 10/04/2009

patricia je ne sais répondre à ta note
je suis tellement détruite par une attaque après deux ans
de la femme et des enfants de denis
mais je suis à côté de toi
je vais recopier le com. de Marie, je sens qu'il
va m 'aider, merci marie, je vais le lire et le relire
je vous embrasse naik

Écrit par : naik | 11/04/2009

Merci Pat et Marie.
Le vide laissé par Fiona résonne encore et toujours comme un écho interminable dans notre coeur et nos mémoires.
La volonté de vivre ne nous a pas quitté mais elle revêt aujourd’hui une autre dimension. Comme le dit si bien Patricia : « nous sommes maintenant trois en deux ».
C’est comme si nous vivions en 3D et le regard que nous portons sur la vie, comme celui que l’on nous porte, s’en trouve forcément modifié.
Mais n’est ce pas justement sous ce prisme, que réside l’absolue vérité.
La souffrance devenant alors magnificence.

Écrit par : Pierre | 11/04/2009

Oui Pat voit si juste...sans autres commentaires.

Marie tu ressens si bien les choses, tu grandis et t'élèves. ça me rappelle un des tes "rêves"...

Naïk, je suis désolée d'apprendre que tu dois subir une attaque qui, quelle qu'elle soit, n'a certainement pas sa raison d'être.
Tu peux m'envoyer un mail perso si tu le souhaites.

Je vous embrasse bien fort tous les trois.

Écrit par : Patricia | 11/04/2009

Je rentre de quelques jours de vacances avec mes Petits-Loups...
Mais tu le sais Patoune,
même absente du net, je suis sans cesse avec chacun de vous : Elisa, Naïk, Pat, Marie...
Et bien sûr Pierre et toi...
Fio est "en vous", tu le dis bien : 3 en 2 !!!
Mais je sais (et Naïk aussi...) combien il est difficile de "vivre" avec ce "vide" si plein !!!
Plein de tendres bisous à Pierre et à toi, ainsi qu'à Mamy...

Écrit par : Danny | 20/04/2009

Les commentaires sont fermés.