Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2009

J'ai le cerveau d'un côté et le corps de l'autre...

Hier matin, j’ai posté ce commentaire sur le blog de Marie "Eh ho tout le monde !! Je vous envoie le petit rayon de soleil de mon coeur pour réchauffer les vôtres ! Marie, quand la tuyauterie pète, ça évite la catastrophe... Plein de bisous mon amie" Mon cœur était ensoleillé. Mais les journées sont parfois pleines de bonnes ou mauvaises surprises dont nous sommes maîtres et responsables. Seuls maîtres et responsables.  Quand le chaos s’installe dans ma tête, je marche, je m’évade ou je vais au cimetière. Je suis allée au cimetière. Je me suis assise sur la tombe de Fiona et j’ai pleuré. Je lui ai parlé de ce que je ressentais là tout au fond de moi. Subitement je l’ai sentie, vraiment, là tout près de moi. Pour un peu je pouvais la toucher. Impossible d’aller me coucher, de dormir. J’ai veillé. J’ai pensé. Je sentais Fiona comme les semaines qui ont suivi son départ. Avec la même intensité. Ceux qui savent comprendront. Pierre me dit ce matin en se levant qu’il a truc incroyable à me raconter dont il n’a pas voulu me parler la veille au soir (Moi aussi j’avais ma nuit à lui raconter…). Hier il est allé au cimetière 30mn après moi. Comme moi, il s’est assis sur la tombe. Et subitement, il a senti le parfum de Fiona. Il s’est levé, il a humé toutes les fleurs de la tombe. Rien. Il s’est rassis et là le parfum est revenu, très fort. Mardi je pars à Fontarèches.

1265132701.JPG

La nature, la tranquillité, l’isolement, la joie de vivre et de se sentir bien vivant tout simplement. Tout ce à quoi j’aspire.

19:15 Publié dans Réflexion | Lien permanent | Commentaires (8)

24/03/2009

Me revoilou !

Après 15 jours passés dans le Gard, me revoilà dans ma vie "normale", avec un tas de papiers à trier, des problèmes administratifs à régler (normal en France...) et plein d'autres choses à faire dont je ne vous raconterai pas le détail car je me doute bien que ce début de note vous fait déjà bailler et que vous allez vous endormir avant que j'ai términé.

Juste vous dire quand même que j'ai pris une décision importante.
A certaines ont dit :
"quand est ce que tu fais un enfant ?".
Passée 40 et quelques années, on n'ose plus vous le dire. Enfin, je crois.

Moi c'est la question suivante que j'entends depuis...heu...25 ans !!
Et je pourrais encore l'entendre pendant 20 ans de plus...
"Quand est ce que tu passes ton permis ?".

Voilà, grosse décision. Je vais m'inscrire dès le 4 avril dans le Gard, à 9 km de Fontarèches. En province, le taux de réussite au permis est supérieur qu'à Paris.
Je vais m'acheter un scooter pour me déplacer en attendant.
Non Marie, je ne viendrais pas te voir en scooter ! Ne rêve pas.

Voilà les futures joies de la campagne. Pas de RER A pour se déplacer, ou de métro. Et le roller ou le vélo, sur les longues distances, je ne me vois pas. Surtout par temps de mistral. Mais peu importe, l'essentiel c'est le soleil, la tranquilité, la nature, ce nouveau projet de gîtes adaptés et tout ce à quoi j'aspire là bas. J'en ai besoin !

Aujourd'hui nous sommes le 24 mars.
13 mois que notre nénette nous a quittés. Elle me manque toujours avec la même intensité, parfois insupportable. Mais comme dirait notre Pat, j'assure.
Et puis, je la sens toujours autant en moi...

Demain je passe la journée avec Cop's Michèle mais jeudi je fais le tour des blogs !

Bon, je vous laisse comme toujours avec quelques photos. Vous y verrez les Baux de provence, les 15 ans de Marie la petiote, Bernardo avec la toile de Priscille.


1755566124.JPG


353155077.JPG


1438906780.JPG


1220987172.JPG


85584588.JPG


30051672.JPG


1981463623.JPG


2023817222.JPG

23/03/2009

J'ai perdu mon ami d'enfance

Pierre et moi sommes rentrés de Fontarèches il y a 1h30 environ
J'ai écouté tous mes messages et je suis tombée sur un vieux message qui date du 2 mars.
La juge des tutelles qui me prévient que Vincent est décédé et que ses obsèques auront lieu le lendemain à Crosnes.
Je n'ai pas écouté mes messages téléphoniques depuis plusieurs semaines. Pourquoi ?
Quelle conne je fais parfois !

Cette satanée maladie de Huntington l'a emporté. Et toutes ces belles années vécues ensemble dans l'inscouciance de notre enfance et de notre adolescence me reviennent en pleine tête, comme une claque ce soir !
Je revois son visage la dernière fois que je suis allée le voir. C'était le 1er février.
Je lui avais promis de revenir. Je n'ai même pas tenu ma promesse.

Je vous laisse avec cette photo de nous deux. Vous la connaissez déjà, je sais, mais c'est une belle photo qui représente beaucoup pour moi.

1258103589.jpg

21:56 Publié dans Tristesse | Tags : huntington, vincent | Lien permanent | Commentaires (10)