Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le temps

 

  
Le temps s’est arrêté pendant un an.
J’ai eu mal, si mal, tellement mal.
Ma vie a stoppé net, brutalement, comme ça, sans prévenir, un matin.
Un matin qui aurait pu être un de ces matins heureux.
J’ai tourné en rond. Je l’ai cherchée partout. Je me suis inventée des histoires meilleures, moins tristes, moins dramatiques. Mais la réalité est là, malveillante, assassine, impitoyable.
Elle me manque. Quelque soit le moment du jour ou de la nuit, elle me manque.
Je suis toujours, tout au fond de moi, amputée d’une partie de moi-même.
Dans la maison, je l’imagine, je l’entends. Elle lance son petit rire en cascade, elle me regarde, elle me sourit. Elle pose sa main maladroitement sur la mienne, elle est fière de parvenir au bout de ce geste. Elle est heureuse de m’offrir ce moment de bonheur.

Le temps passe. Ma vie a repris. Changements, bouleversements, questionnements. Ma vie a repris sa route, j’ai tourné au croisement.
Il me faut du courage pour avancer.

Je sais que tu es là, tout près de moi, je te sens. Tu m’accompagnes, tu me guides tout en me laissant maître de mes choix. Tu es mon principal moteur, la raison de mes engagements, de mes combats passés et à venir. Je te sens en moi. Nous irons au bout de nos aspirations.

Il y a l’avant, le pendant, l’après. Et toujours ce même amour, éternel, indestructible qui nous lie tous à toi ma nénette.

Commentaires

  • hors l'on croit que
    souvent, le temps ne fait rien à l'affaire
    il passe,
    il égraine.
    des secondes il est le maitre
    alors
    il se contredit
    il prend son temps
    et nous rend plus fort
    afin de continuer le chemin.

    par la pensée, nombreux sommes nous sur ton chemin
    une violette
    un pisseENlit
    une bergeronnette
    un écureuil
    la silouette qui s'éloigne
    le couple qui s'approche
    le chien qui aboie
    le boulanger derrière son fournil
    ...
    tous avec toi,
    nous partegeons ton chemin de vie
    pour le rendre plus doux à ton pas
    amitiés sincères
    rsylvie

  • Alors même que la douleur et la souffrance qui accomplit ses plus noirs méfaits sur les corps et le mental, j'ai une foi indéfectible en la vie, en l'humain, l'homme et la femme, je veux aussi vous dire au risque de choquer qu'il existe une morale et une justification dans nos existences blessées et que nous parviendrons tous ensemble un jour au raisonnable de la compréhension. Cette foi comme l'avait la petite Fiona, nous avons le devoir de la transporter, sans nous résigner, ni abandonner, ni succomber sur la lourde tache qui nous incombe et que nous l'écrirons jusque dans les secrets de nos écritudes s'il le fallait pour ranimer la vie en ceux dont il faut l'enflammer de nouveau et toujours et chez tous ceux où elle fait défaut.

    Je t'embrase ma chère Patounette ...

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • cette Foi je l 'ai, je la transporte,
    cahin caha
    dans les larmes
    mais ça on ne peut l 'empecher
    c'est l 'humain qui parle
    mais cette foi , dans Dieu, dans la vie,
    celle que tu veux pat...
    le tout est d 'avancer de ne pas rester
    sur place,
    mais il n 'y a qu'une mère qui peut me
    comprendre,comme ditPatricia on a été
    amputées d 'un partie de nous, de notre ame
    de notre corps
    je t 'ai bien compris Pat*** mais je suis mère
    avec toute ma bonne volonté j 'ai souvent du mal à suivre les ecritudes de ceux qui parlent
    de l 'absence de notre enfant
    je vous embrasse naik

  • @Naik,
    Très surement tu n'as rien saisi de mon commentaire qui se voulait plusieurs lignes d'espérance écrites à notre Patounette, d'ailleurs ni même à mon écritude, il ne suffit pas uniquement d'être une mère pour comprendre la réalité de la mort et de vivre l'insupportable absence, aussi le verbe amputer à toute sa place dans cette très belle note qui rend hommage à la vie. Ma pensée profonde ! être mère faudrait-il encore être une vraie maman et quand je parle des mères c'est bien évidement en pensant à la mienne dont j'ai été privé et qui m'aura toujours manquer et là du coup c'est le fils qui n'abandonne jamais qui parle de l'amputation de sa maman. Il faut avoir été abandonner, trahit, exiler loin des siens pour comprendre ce qu'est la non résignation. Patounette a très bien expliquer ce qu'elle ressent tout au fond d'elle, cette amputation, mais elle a aussi indiquer sa foi profonde par ses mots :
    " Dans la maison, je l’imagine, je l’entends. Elle lance son petit rire en cascade, elle me regarde, elle me sourit. Elle pose sa main maladroitement sur la mienne, elle est fière de parvenir au bout de ce geste. Elle est heureuse de m’offrir ce moment de bonheur. "

    Moralité tout le monde souffre de l'absence de nos disparus, mais libre a chacun d'y puiser une raison ou une déraison ! je sais que Patounette m'aura compris puisque figure l'espoir à tout bout de champs de sa note ....

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • cher pat, si tu penses que je ne comprends
    pas, je te crois et je le regrette.
    il n 'y avait aucune attaque contre ce que tu écris,
    j'ai juste donné mon resenti mon impuissance
    et comme bien souvent je me fais mal comprendre
    naik

  • Naik, non justement je crois que tu comprends parfaitement bien ce que tu lis et il n'y avait aucune attaque contre toi, mais seulement unréponse appropriée à ton commentaire me concernant, c'est que je commence à bien te connaitre !

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • tu as de la chance de me bien connaitre
    moi je ne me connais pas..
    j 'arrete car le sujet était le temps qui passe
    après le départ de Fiona, c 'est ce que dit patricia qui qui est important
    ,et je m 'excuses Patricia d'avoir fait dévier
    ce que tu disais
    je t 'embrasse naik

  • Naik, je vais quand même répondre à ton dernier commentaire, je suis sans doute l'un des rares à réagir à ce que tu commentes en mes propres commentaires sur les principaus blogs que nous côtoyons ensemble et tu considères cela comme des attaques, or rien n'est plus faux, alors arrête de culpabiliser car un blog sert au dialogue, je ne pense pas que mes réponses te concernant soient si violentes ? tu dis toujours que tu ne comprends rien et moi je crois que tu comprends bien, est-ce si violent ?

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • Oui ma note se voulait optimisme car j'ai ce sentiment positif en moi avec cette souffrance qui perdure. Mais c'est vrai que ma foi, offerte par Fiona, me permet de vivre...

    Naïk tu vis encore dans cette douleur et cette culpabilité je crois. Moi aussi, mais je sais que je dois vivre, que la vie est en moi, que Fiona le souhaite pour moi, et que j'ai encore beaucoup à faire ici. Fiona m'encourage à vivre non pas dans la douleur mais dans la joie.

    Pat, je comprends chacun de tes mots...

    Bisous à vous 2

  • Je pense à Fiona. Je viens visiter ton blog souvent pour la sentir, la voir, l'aimer. L'amour ne cesse pas. Elle était la beauté en personne, si tendre et pleine de charme. Elle m'aide, dans tout ce qui m'arrive, ou estce mon imaginaire?

  • Ma chère Patounette, ma chère Naik, mon cher Pat.
    Pour ma part je ne peux le comprendre totalement ne l'ayant pas vécu......heureusement.
    Je peux l'imaginer voila tout, comme je le dis souvent tant que l'on ne le vis pas on ne peut pas savoir.
    Après face à l'épreuve de nos vies chacun réagit comme il le peut et non comme il le veut. Je sais la chance d'avoir mon petit homme auprès de moi et je profite doublement de lui si c'est possible depuis que je vois autour de moi autant de départ si tragique, parce que a ce moment là on se dit , ca aurait pu être moi. et la douleur que cela procure, immense et incommensurable, c’est seulement en vous côtoyant que je puis l’imaginer.
    Seulement je retiens une chose, il règne chez chacun de vous une bonté de cœur que l’on ne trouve que très rarement chez les personnes n’ayant rien vécu de difficile.
    Je sais comme toi Patounette que nos chers disparus veillent sur nous, ils ne sont pas loin….
    Ton texte est magnifique , simplement à l'image de l'amour que tu as pour Fiona....
    Je vous embrasse tout le 3 bien fort.
    Isa et sa petite troupe pas très loin !!

  • Bonjour Patricia: je viens de renouer le fil avec les blogs. Un cadeau que tu ns offres: les photos lumineuses de Fiona, les images de la peintre et la vidéo du garçon de 18 ans.

    Je présume que le départ du 78 vers le Gard est maintenant réalité?

    Bonne acclimatation.
    Amitiés
    Walter

  • Coucou ma Patounette, je viens aux nouvelles pour savoir si tu as vu avec Cop's Michelle, notre possible rencontre prochainement? Donnes moi une date je te dirais....
    Un week-end serait mieux si vous voulez pouvoir faire un gros bisous à Jules.La semaine il est au centre, sauf le vendredi après midi.J'attends de vos nouvelles avec impatience !!
    Bisous, bisous et bonne semaine

  • Amba, ça me fait plaisir de te lire. Pour répondre à ton interrogation, ne crois pas que ce soit imaginaire.

    Walter, heureuse de te retrouver ! Oui ce départ dans le Gard est à présent plus qu'une réalité.
    Y'a plus qu'à se mettre au boulot pour lancer le projet qui nous amène dans cette belle région.

    A bientôt

  • Isa, je vois cop's Michèle le 25, je fixe avec elle plusieurs dates et tu nous diras celle qui te convient le mieux.
    Plein de bisous et un énooorme à Jules

  • Le temps n'est rien...
    Le temps ne signifie rien...
    Aujourd'hui est demain...
    Aujourd'hui est hier...

    Mais surtout, notre aujourd'hui est fait de nos hiers,
    et ouvre la porte à nos demains...

    On sait que la route est belle
    seulement si on a déjà marché à travers les épines...

    Et toi,
    et moi, et d'autres,
    ont traversé le champs d'épines
    et peuvent apprécier maintenant la "mousse" sous leurs pieds !!!

  • aujourd'hui avant la fermeture de mon service"accueil de jour pour Sans Domicile Fixe" un jeune que j'ai accompagné il ya maintenant 10ans est venu me revoir: ilest en chimio et en trithérapie(sida stade avancé) Il demande une autorisation de sortie aprés une hospitalisation d'un an.Il est à la rue et me demande donc un hébergement en foyer, pour quelques nuits!!!( ce fut fait) Il veut être parmi les autres , parmi les siens qui ne le sont pas par alliance mais qui le sont de fait!j'ai vu justement autrement le temps et la maladie qui ont piétiné sa jeunesse et qui ont broyé sa vie.il n'a probablement plus le temps.
    et dans le train , comme a dit un jour patricia"il faut que ça sorte!!!" et du coup j'ai écrit un slam sur le temps.

    Le temps
    tant attendu
    depuis longtemps

    quel temps fait-il?
    de quoi s'agit-il?

    le temps d'une vie
    le temps des amours
    le temps d'ici et là
    le temps de l'au delà

    le temps des cerises
    le temps est de mise

    le temps est-il un prinptemps?
    ou es-il un semblant d'antan

    le temps est-il un automne?
    pour une vie grise et monotone

    le temps est-il un été
    ou j'étais et tu étais

    le temps est-il un hiver?
    cette vie joliment faite de mystére
    le temps est-il une madeleine
    trompée dans la tasse de thé
    ou c'est la madeleine qui trompe le temps?

    le temps est-il au présent?
    au futur ou au passé simple
    le temps des saisons
    en attendant
    en attendant godot
    le temps vide de sens
    le temps à contre sens
    le temps plein de vie
    le temps d'une vie pleine
    quelle veine!
    le temps est la plénitude d'une vie
    le temps est la viduité pleine de vie

    le temps
    tant attendu
    depuis longtemps
    EST
    par ce que nous sommes
    par ce que nous ne sommes et ne seront plus
    par ce que nous faisons
    par ce que nous ne faisons et ferons plus
    par ce que nous ne pouvons et pourrons plus
    par ce que ce que nous ne pourrons faire
    mais serons pris dans ce qui nous est cher
    par ce qui est encore mystére
    mystére , mystére!
    au delà ou autre Emisphére
    ça dépend de l'histoire de notre Aire
    ça dépend de notre bouffée d'air
    ça dépend de notre asphexie dans la fraicheur
    Erre! Erre! errance
    errance du temps
    le temps de l'enfance
    le temps de l'adolescence
    le temps des amours
    le temps qui tempère
    le temps qui se perd
    le temps retrouvé
    qui apaise l'atmoshére
    qui courronne nos doutes et nos galéres
    le temps de l'amour
    le temps de la génése
    le temps de la mort
    le temps de la fin
    la fin d'un temps

Les commentaires sont fermés.