Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2009

Pourquoi cette peur ?

Le 24 février approche.
J’ai peur. Oui, je sens cette peur en moi.
Je me demande comment je vais vivre cette journée.
Vais je me repasser le cauchemar vécu il y a 1 an ?
Les pompiers, le SAMU, le défibrilateur, l’attente, l’espérance, l’attente, l’abandon, le don d’organes, l’attente, la chambre froide, le retour à la maison, l’habillage, le corps de ma nénette sans vie…Sa peau transparente.
Depuis ma note d’il y a quelques mois « il faut que ça sorte », j’avais réussi à chasser ces mauvaises images. Et voilà qu’elles reviennent à l’approche de cette date, avec précision. Si seulement il n’y avait qu’elles…Le pire c’est les sensations qui les accompagnent.

J’ai toujours pensé que l’anniversaire d’une mort n’avait pas lieu d’être. Je le pense toujours.
Je me refuse à cette idée que c’est un jour particulier et qu’il faut faire un « truc » particulier.
Je préfère penser aux merveilleux moments vécus de son vivant, fêter prochainement ses 18 ans, rire encore des fous rires partagés et m’attendrir à la seule pensée de tous ces instants d’émotion qu’elle m’a fait connaître.

Chacun doit appréhender ce jour à sa manière. Avec son cœur, comme il le sent.
Personnellement, je ne sais pas encore quelles seront mes pensées ce jour là, ni comment je vais me sentir. La peur m’envahit certainement à tort.

Commentaires

Ce jour là tout particulièrement tu souriras à la vie, tu regarderas derrière tes barbelés le soleil qui brillera, tu vivras ce moment intime avec ta Fiona car elle demeure en toi et toi en elle et tu ne ressentiras même pas son absence puisque votre unique amour est votre allié le plus précieux. La peur, la souffrance sous quelque forme qu'elle nous touche appartienne à l'existence humaine et animale, elles sont une réalité à laquelle nous sommes irrévocablement confrontés, et ce jour là tu l'affronteras sereine car il n'existe aucun danger dans l'absence, c'est bien grâce à l'Amour que le souvenir reste.

Bise et bonne soirée ....

Pat ♫♫♫♥♥♥

Écrit par : Pat ♫♫♫ | 18/02/2009

je voulais juste t'embrasser et te dire que je suis avec vous, quelque soit le jour. bisous Marie-no

Écrit par : marie-no | 18/02/2009

Patounette, je ne sais quoi te dire...
Pour ma part je compte les jours et que c'est con !!!
Pourtant je ne connaissais pas Fiona Physiquement mais son départ m'a profondément marqué.Je sais pourquoi et toi aussi. Et puis son départ me rappel egalement que ca peut-être notre tour demain, de vivre cette absence et personne ne le souhaite.J'ai l'impression d'être traumatisé, je ne devrais pas te dire cela à toi.....mais je me le permet car avec toi j'ai toujours oser dire les choses, et nous avons toujours su en parler.
Patounette, je suis là et le serais toujours , ce jour vis le comme tu le souhaite , comme tu le peux il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon, c'est bien assez difficile comme cela.
Je t'embrasse très très fort et te sers sur mon coeur.
Je serais absente quelques jours ne t'inquiète pas.

Écrit par : Isa | 18/02/2009

Comment savoir ce que tu va faire, comment tu vas réagir, ce qui est sur c'est que cette journée sera différente pour toi, et qu'elle restera a jamais gravé dans ton coeur, mais essaie d'en faire une journée "agréable", pour ne pas sombrer, (tu me comprends), je sais trés bien que tu ne vas pas sauté de joie ou rire a outrance, la n'est pas ce que je veux te dire,

nous pour Mélina, nous avons fait du 23 juin , une journée ou chacun fait comme il le ressent, selon sa croyance ou non croyance, certain vont a l'église et prie d'autre comme moi je me rend avec Aurore sur la tombe de Mimi, nous lui parlons, lui emenons une petite rose blanche,.... Nous savons tous qu'en cette journée particulière nous sommes tous unis, physiquement ou moralement, pour Mélina, et quelque part cela nous rend "heureux" cette journée est apaisante, je ne sais pas comment dire...

La maman de Mimi est partie habiter a Montpellier, a changé totalement de vie, avec le petit frére de Mimi, mais je sais que pour elle se 23 juin, et un cap a passer, et nos sommes la pour l'aider le plus "agréablement"possible.

je ne me suis paut-être pas trop bien exprimée, car écrire son ressenti est assez difficile et il faut trouver les justes mots,

Patricia Pierre, vous me connaissez et savez que tout est sincére chez moi? Ce 24 comme tous les autres jours je suis prés de vous par le coeur

Christine

Écrit par : Christine | 19/02/2009

coucou Patoune,
je voulais juste te dire qu on pense à vous et à Fiona et pas seulement le 24 fevrier...
j espere de tout coeur que tu passeras ce 24 fevrier le plus sereinement possible.
gros bisous

Laurence (maman de Benoit)

Écrit par : Laurence | 19/02/2009

ce jour restera à jamais graver dans ton histoire, dans ta vie et dans la notre aussi. moi je pense au personnes disparue comme ca, par par rapport à une date bien définie et c'est mieux car sinon cette journée dite 'de disparition" est trop dure à passer voilà c'est mon sentiment je te souhaite peilnbes de bonnes choses bises natahlie

Écrit par : nathalie | 19/02/2009

Je vais partir dans le Gard lundi, seule, toute la semaine. Je ne vivrai pas cette journée du 24 comme une journée particulière. Je suis terrifiée.
Isa, je repense souvent à nos échanges de mails qui ont précédé le départ de Fiona. Tu as de quoi être traumatisée, je le comprends. Mais surtout n'ait aucune culpabilité, tu m'avais bien fait entendre le caractère d'urgence...tu as tellement été présente dans tous ces moments difficiles.
Je préfère me dire qu'elle serait partie même avec une trachéo.

Merci à tous pour vos messages. Et n'hésitez pas ce 24 février à brûler un cierge si vous le souhaitez...

Écrit par : Patricia | 20/02/2009

particia,
pierre
la rencontre avec Fio, départ de Fio sont des moments trés présents dans nos coeurs, dans nos vies.on n'en parle pas mais chacun à sa manière le vit au fond de son être.
j'étais élevée dans une culture ou les rituels sont des béquilles incontournables au deuil, et une sorte de thérapie aidant les vivants à apaiser ses peines et à penser constament à l'être disparue.
Avec Fio je n'avais pas besoin de ses choses là car elle est là, je pense à elle et des fois ,je ris mais des fois on rit moins du départ de l'autre!!!!!!!!!!!!!!
je penserai à toi Patricia
je penserai à Toi Pierre
je penserai à Toi sa mami

Écrit par : nadia | 20/02/2009

Je pense souvent à toi Patricia, à ton sourire que j'imagine, à ta souffrance que je ressens.
Avec Fiona je parle. C'est curieux, mais je ne me pose pas de questions, c'est ainsi.
Ce 24 vous serez encore plus présentes dans mon coeur et j'allumerai un cierge pour vous trois.
Je t'envoie des pensées de paix et de douceur pour t'accompagner dans ces jours difficiles.
Je t'embrasse fort Patricia

Écrit par : Fanzesca | 21/02/2009

La peur est une sensation légitime.
Il vaut mieux l'utiliser plutôt que de la laisser s'emparer de l'esprit et du corps. La résilience est un concept de vie qu'il est bon de connaitre et mais pas facile à appliquer, je te l'accorde. En revanche, lorsque l'on y a goûter ... la force est décuplée.
Tu ne pourras jamais effacer ce jour de ta vie. Fiona est partie Vivre en paix et dorénavant c'est elle qui veille sur vous. Elle n'est pas loin, elle là, partout, près de vous. Tu ne peux la voir mais est-ce important? Ce qui compte c'est de ressentir sa présence.
Je pense à toi et je t'embrasse bien fort

Écrit par : Jean marie | 21/02/2009

la peur lie, érode, désamorce la vie de tout un individu, d'une société d'un continent. avec la peur, il faut Dieu et sa parole.

merci

Écrit par : doudou martinez | 06/05/2009

Les commentaires sont fermés.