Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2009

Bientôt février


Découvrez Véronique Sanson!


Avec lui, une année qui s’écoule doucement et parfois douloureusement.
Avec lui, nous approchons une date. Celle du tsunami qui nous a pris ce que nous avions de plus cher. Toi !

446223618.jpg


Quel chemin parcouru depuis !
La première étape n’étant pas la plus difficile. Un martien sur terre, vidé de tout, errant sans but. Aucun moyen de réagir tant le choc a été brutal.
La deuxième étape se corse. La prise de conscience. Il faut continuer à vivre sans toi. Mais comment ?
La troisième devient douloureuse. Envisager un avenir différent. Faire face aux nombreuses angoisses qui surgissent subitement. Se réapproprier son quotidien non plus comme un spectateur mais comme un acteur positif.
La quatrième étape est effrayante. La montagne russe. Avec tout ce que cela comporte en peurs, en rires, en pleurs, en déprimes, en espoirs, en paniques, en sérénité…J’évolue, je flanche, je monte, je m’effondre, je me hisse, je glisse…Et plus la sensation de toucher le fond est forte, plus la remontée est fulgurante.
Etrange sentiment de confusion. C’est là que le combat démarre.

Il n’y a aucune règle dans la manière d’essayer de se sortir de ce chaos.

Personnellement j’ai essayé de comprendre le sens de la vie. J’avais quelques intuitions qui se sont transformées en convictions au fur à mesure de ma quête de la vérité. La vérité m’est apparue soudainement comme une évidence. Un chemin dont je ne suis encore qu’au début, un chemin qui m’a été « ouvert » par toi. Je le sais à présent.
J’avance, mais il me manque toujours les mots d’amour que je lisais dans tes yeux…

1191540652.jpg



Il y a quelques jours cop’s Michèle me disait au téléphone que tu étais un Ange. Nous nous sommes rappelés des évènements qui nous avaient interpellées.
Lorsque tu étais encore à nos côtés, j’ai souvent été frappée par la générosité qui se dégageait de tes propos ou de ton comportement. Tu avais la sagesse des grands, la tolérance des bons, et la pureté des saints. Ce qui ne t’empêchait pas d’avoir du caractère !
Quand je disais du mal de quelqu’un (ben oui...) tu percevais le sens caché de mes mots et différenciais aisément s’il s’agissait d’humour et de taquinerie ou si la méchanceté était bien présente. Tu me montrais ta désapprobation avec beaucoup de vivacité. Il est arrivé que cela nous fasse rire avec Pierre, tu te mettais alors carrément en rogne. Tu te rappelles ?

Les quelques semaines qui ont précédé ton départ, tu nous as quelques lignes sur la vie, le bonheur, la joie, l’espoir, la tolérance, autant de bons conseils que tu nous laissais à tous. Je le sais maintenant.

Il m’arrive aujourd’hui lorsque je regarde une personne dont les attitudes me gênent, de m’imaginer son âme. Et parfois je me dis qu’elle est certainement en désaccord avec l’enveloppe.
J’aimerais avoir ta compréhension, ta générosité, ta joie de vivre, ton regard bienveillant, ta sagesse.
La route que tu m’as ouverte va peut être m’y aider.

1616414306.jpg

Commentaires

Notre ange nous a ouvert le chemin de la tolérance, et parfois c'est très dur. Mais à chaque fois je me dis "Fiona te regarde, et elle ne serait pas contente" alors je fais des efforts.
Quand je ne vais pas bien, je pense à son sourire, à son regard malicieux... à la petite fée clochette... Elle nous a aidé, elle nous aide encore, et elle nous aidera tout au long de notre route. Une chose est sure, même si le temps fait que les pensées sont moins constantes qu'auparavant, et il ne faut pas culpabiliser, on ne l'oubliera jamais. Une odeur, une situation, un regard... nous ramènera toujours à notre ange.

Écrit par : Sophie | 30/01/2009

Je viens vous rejoindre en revenant d'Agen. C'est un petit rendez-vous que j'aime bien. et en plus Sophie est là! vous savez, je pense que Fiona savait et sait toute la bonté et la tolérance qu'il y a en chacune de vous, mais elle prenait le temps d'observer, de voir au-delà des apparences, et vous avez eu le privilège qu'elle vous aide à regarder comme elle. Le meilleur prof, je vous le dis. j'ai parfois aussi des moments où l'incohérence de certaines personnes me gène, mais j'ai l'impression que je dois moi aussi déconcerter par des attitudes qui ne sont pas en accord avec ce que j'essaie de vivre. cela oblige à beaucoup de réflexion sur soi. Les deux décès que nous venons de vivre m'ont beaucoup remuée, en voyant les liens qui se recréent entre des personnes éloignées, et combien les gens sont attentifs et plein de sollicitude. Cela redonne le sens des priorités.
bisous à Patoune et Pierre et toi aussi sophie, c'est doux de se croiser grace à Fiona. marie-no

Écrit par : marie-no | 30/01/2009

Quelques mots, oui mais quelques mots d'amour, bien sûr cette date approche, réplique du tsunami. Je serai là pour toi ma Patounette, tu peux compter sur nous.
Tous les mots qu'elle nous a offerts ils sont là gravés dans nos coeurs comme autant de conseils et de leçons.

Elles sont belles ces photos.

Écrit par : justmarieD | 30/01/2009

je te tiens la main Patricia, je suis avec toi.
je t 'embrasse naik

Écrit par : naik | 31/01/2009

J'avais mis un commentaire hier et puis la nuit portant conseil, je l'ai supprimé pensant qu'il était hors sujet ici.

Je suis entourée et c'est un vrai réconfort. ça apaise mes angoisses (comme aujourd'hui).
Le changement de vie qui se profile clairement à l'horizon me fait peur, quitter la maison, changer de région, changer d'aspiration et de cap.
Si nous devions céder à nos peurs, nous n'avancerions pas.
Or, je veux avancer et aller au bout de ce projet pour Fiona, pour nous.

Merci à vous tous pour vos messages.
Marie, tu ne seras pas loin de moi dans cette future vie et ça va me rassurer je crois bien.

Ce soir, tous nos voisins viennent dîner à la maison. Un beau moment en perspective qui va me faire chaud au coeur.

Bon week-end à tous !

Écrit par : patricia | 31/01/2009

Fio! notre fio la Fio de tous et de toutes on ne t'oublie pas et pour ta maman on est là quelque part.
chaque personne qui a croisé ton chemin tu ne l'as pas laissé sans empreinte, sans le toucher au fond de son être.
tu nous a fait rire, tu nous a fait pleurer et nous avons tous grandi à tes côtés.
Tu étais cette noblesse, pureté de l'âme, une clairvoyance d'esprit qui nous échappait, tu étais certainement ce regard omniprésent, omnisciente qui s'embrouillait par notre quotidien!!!
merci de t'avoir connu, rencontrer partager avec toi Fio plein de moments forts et éternellement présents
on t'aime
veille sur nous
veille sur ta maman ,sur pierre, sur ta mami, sur tes tatas
nadia
ta fidéle pour toujours

Écrit par : nadia | 31/01/2009

L'absence c'est plus grand que se vider, on ne comble pas une absence, on meuble un vide par un autre plein, l'âme est la plus nue des choses, unique elle se distingue à son droit à l'existence, à la Vie Eternelle. On doit rechercher la simplicité de l'âme qui a disparue non de notre âme, mais seulement de notre vue, cette simplicité s'appelle présence intime. Le deuil repose sur une in sincérité, il voile la pureté des âmes disparues de notre vue, il cause ainsi le choc entre le désir de toujours posséder et la mémoire intrépide. Il faut faire en sorte que chaque mots choisis ne soient plus une pierre, mais une conscience qui illumine toujours notre isolement, de notre volonté de garder intact l'âme du disparu, car disparaître n'est pas dire mourir, disparaître il le faut, sinon comment comment pourriez vous accoucher dans la lumière ! La petite Fiona est une âme éminemment étendue, elle était déjà une conscience avertie au milieu de nous, c'est un des nombreux signes de Dieu de nous dire la vie par les yeux et les oreilles des blessés de la vie, il nous faut aujourd'hui parcourir cette merveilleuse étendue qui tend son paysage à l'universel, il nous faut aujourd'hui même entrer dans sa saison.

Je t'embrase ma Patounette. ( Je voulais répondre hier, et puis j'étais casser dans l'après midi).

Pat ♫♫♫***

Écrit par : Pat ♫♫♫ | 01/02/2009

patricia
je te tiens la main, je t 'embrasse naik

Écrit par : naik | 01/02/2009

Tu es une femme très courageuse Patricia...
Je ne doute pas que tu réaliseras tes projets.

Mes pensées t'accompagnent...

Christine

Écrit par : christine | 01/02/2009

Et bien Patounette, je reste là à te lire et me dire que je sais bien de qui tiens Fiona. Tu es comme elle, peut-être un peu plus révolté mais ne le sommes tous pas un petit chouilla au moins, lorsque nous vivons le handicap de son enfant?
C'est etrange je n'arrive pas à parler de Fiona au passé, je pense qu'elle est toujours présente mais differement, tu le sais déjà...(ca y est voila Isa qui radote!!)mdr, lol, etc... hein?
Je ne pourrais pas te dire, je comprends oui, c'est ca , c'est comme ca que se passe les choses, non, car je ne connais pas ce que tu vis.Je me dis toujours que nul ne peux savoir à moins de le vivre et c'est pareil pour tout.
Mais je sais une chose, tu n'es pas seule pour vivre tous les bons et mauvais moments à venir sans la présence physique de ta puce, je crois que comme nous le disions ailleurs sur le blog de Fiona, un grand bol d'amour est ici lorsque nous y passons et tout cela c'est pour toi et grâce à Fiona.
Merci du fond du coeur pour ta petite lettre , j'ai adoré le coeur sur l'enveloppe.Je t'écris dans la semaine, une petite bafouille et se qui va avec !! Merci encore de continuer le "combat" à mes côtés .
Je t'embrasse tendrement.
Embrasses Pierre egalement.
Bonne semaine ma belle.
Isa

Écrit par : Isa | 01/02/2009

Oui Isa tu as raison, je ne suis pas seule. Ma nénette est toujours là et vous êtes tous là !
Ton combat, votre combat, restera toujours le mien.
Bisous !

Écrit par : patricia | 02/02/2009

Christine, merci pour ton message.
Je suis très déçue...j'ai lu que tu cessais ton blog. J'y puisais une aide spirituelle et une compréhension dans ma quête de la vérité.
Dommage, ton blog est beau.
Je t'embrasse

Écrit par : patricia | 02/02/2009

Pat, j'arrive je crois à m'approcher de ce que tu dis...C'est pas simple, c'est un parcours difficile parfois mais je m'y approche. J'ai en moi cette conviction que je partage avec toi et quelques autres. Je sais que tes mots ne sont pas là par hasard.
Je t'embrasse mon Pat et j'espère que tu vas bien.

Écrit par : patricia | 02/02/2009

Les commentaires sont fermés.