Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2008

Blessée

Que dire du comportement de certain face à une amie meurtrie au plus profond de son âme par la perte de sa chair…
Que dire quand on vous dit « tu as changé » et que l’on vous répète «je te sens plus distante »...autant de phrases blessantes qui font mal.
Je crois avoir toujours été attentive aux autres. J’aime l’échange, le partage. Un ami est dans la peine, j’essaye d’oublier la mienne. Un ami est dans la joie, je la partage, je suis heureuse pour lui.
Mais il y a des épreuves dans la vie qui vous laissent presque sans vie.
J’ai délaissé momentanément mes amies de longues dates, mes deux Hélène. Merci à vous pour votre compréhension. Merci de m’avoir laissée le temps de réagir et de ne pas avoir cru un seul instant que ma distance était liée à vous.
J’ai délaissé aussi un peu mes cousines tant aimées, Marie-No, Josy, Gisèle. Merci à vous de prendre de mes nouvelles, de m’appeler sans poser de questions sur mon silence. Et de ne pas m’en vouloir de ne pas vous rappeler.
J’ai délaissé Nadia, Serge , Julie, Marine…Pardon Julie de ne pas avoir été présente ce jour si important pour toi. Mais j’étais là par la pensée.
Je n’ai jamais autant peu utilisé mon téléphone que ces derniers mois.
Qui peut comprendre cette plaie béante qui vous laisse dans une souffrance permanente ?
On attends en vain que la plaie se referme, mais elle reste là, ouverte et suintante.
Je sais que vous avez compris. Je suis toujours là, près de vous. Je sais la souffrance des autres et je m’en inquiète toujours autant. Ce n’est pas parce que je ne prends pas de nouvelles régulièrement que mes pensées sont loin.

Et pour ceux qui ne peuvent comprendre…Non je n’ai pas changé. J’ai juste mal, très mal.

Il fallait que je le dise.

Commentaires

patricia,
moi qui suis aussi blessée, je te remercie.
tu as toujours été là pour moi,tu m 'as
parlé de Fiona et Denis, il m 'arrive
de ne plus savoir tendre la main pour aider;
mais je te sais là vivant la même souffrance
surtout en ces périodes de noel.merci ma
patoune de m 'avoir tant donné,tu sais que dans mon coeur je demande la paix pour toi!
je t 'embrasse naik

Écrit par : naik | 20/12/2008

Bonjour Patricia: tes deux phrases citées, mal prononcées, au mauvais moment peuvent blesser. Je ne le fais qu'avec de vrais amis et avec un humour positif. Un simple exemple un peu bébête entre hommes: "ah, cela ne repousse pas", pour rire autour de la calvitie du'un ami de longue date. Et dans des situations difficiles, il faut du tact, forcément.

Serez-vs déjà dans le Gard pour cette fin d'année.

Amitiés
Walter

Écrit par : W.Salens | 20/12/2008

mais on ne t'en veut pas ,e te on ne t'en voudra jamais!!!on sent et on sait que tu fais ce que tu peux pour faire fasse à ta douleur , elle est tienne. nous la partageons avec toi mai nous ne t'en voulons pas .
On ne doute pas de ta sincérité mais les évènements sont là et on est conscient et pour lesquelles personne n'y peut rien si ce n'est pour te dire combien on t'aime et même absente tu es présente
notre amitié est pour la vie et n'oublie pas c'est fiona qui a fait naitre notre rencontre,
nadia

Écrit par : nadia | 20/12/2008

Nadia a dit le plus important, on vous aime et c'est inconditionnel, alors même les silences sont importants. Le rythme, le temps à respecter sont les votre, sachez que nous sommes là, juste à côté. Je pense à vous tous les jours, et Fiona reste très présente pour moi mais je sais combien il est vital d'avoir du temps devant soi pour penser, mûrir et apprivoiser l'absence, la paix du coeur et la sérénité. je vous embrasse tous deux marie-no

Écrit par : marie-no | 21/12/2008

La blessure c'est cette ligne mystérieuse que l'ami ne doit pas franchir au risque de ranimer la plaie, il en est ainsi des blessures comme marquées du fer rouge, je le sais, vous pourriez croire que je suis heureux parce que dans mes commentaires explosent parfois ma joie et bien non je suis certainement le plus malheureux qui soit, mais je tache de sourire, de convaincre, d'aider à reconsolider ce qui a été détruit, de ranimer ce qui est fatigué, oui la blessure est visible et il ne me viendrais jamais l'idée d'abuser une amie ou un ami dans la blessure.

Je vous embrase mes enfants ...

Pat ...***

Écrit par : Pat ...*** | 21/12/2008

♫♫♫♫♫♫

Écrit par : Pat ...*** | 21/12/2008

Voici ma nouvelle signature, elle est très marrante et très rigolte à la fois !

Pat ♫♫♫***

Écrit par : Pat ♫♫♫ | 21/12/2008

Pat, tes notes de musiques apportent un peu de gaité à ma note...

Walter, nous partons dans le Gard du 25 au 4 janvier. Mais nous n'allons pas encore y vivre définitivement. Courant 2009 probablement. Et j'espère avant cet été.

Oui la blessure est une limite à ne pas franchir mais qu'il nous arrive tous de franchir parfois maladroitement sans nous en rendre compte.
Je dois réussir à être tolérante vis à vis des personnes qui sont davantage tournées sur elles mêmes que sur les autres car, en définitive, ce sont elles les plus malheureuses...

Hier soir j'ai discuté avec ma soeur et mon beau frère et ça m'a fait non seulement du bien mais ça m'a permis aussi d'analyser la situation.

Bisous et bon dimanche à tous !

Écrit par : patricia | 21/12/2008

Un énorme baiser plein de tendresse à Naïk qui en ces instants de fêtes...bon, elle comprends...

Et toute ma tendresse et mon amitié à Nadia and co, Marie-No et vous tous, ici présents.

Écrit par : patricia | 21/12/2008

Ma très chère Patoun, ne te tourmente pas, tu n'as évidemment pas changée.
La douleur conduit très souvent au mutisme parce qu'il est totalement impossible de ne pas évoquer notre bien aimée Fiona, surtout en cette période, et que tu n'as pas forcément envie d'en parler, alors tu te retranches derrière le silence. Moi-même qui ai quelques soucis avec ma fille qui ne va moralement pas bien, je n'appelle perssone, ça ne me dit rien d'évoquer son mal être.
Moi non plus je ne t'appelle pas, mais je sais que tu ne doute pas un instant que mes pensées te soutiennent
Ma petite Patoune, ta Josy ne t'oublie pas et comprend tout ce que tu ressens.
Bisous affectueux

Écrit par : Josy | 22/12/2008

a mes deux cousines,soyez sûres que je vous garde au coeur ,vous savez qu'il y a un lien spécial qui passe directement, par delà les mots, même de loin. de coeur à coeur. Je pars mercredi à st martin, puis à Troyes, mais je porte avec vous ce qui vous touche. Avec plein de bises à Pierre et jacques , marie-no

Écrit par : marie-no | 22/12/2008

Ceux qui ne le comprennent pas, ne comprendront jamais rien à rien!

Écrit par : Sophie | 23/12/2008

Josy, je suis désolée d'apprendre que ta fille ne va pas bien. Je sais que tu la soutiens. Je vais demander un coup de pouce à Miss Fiona...
Je vous embrasse tous et vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année ainsi qu'à Gisèle.

Marie-No, embrasse tout le monde pour moi.

Sophie...je te reconnais là...Haha !

Écrit par : patricia | 24/12/2008

Bonjour;
voila je vien d'arriver sur votre blog vraiment par hazar comme quoi on peu vraiment avoir accé a tou dinternet je me suis donc un peu étérnisé ici jspr ke vs me voudrai pas!!! J'ai 24ans y a kelke semaine jai perdu un trés bon ami a moi ki allé avoir 30ans certe je ne suis pas encor maman mai je me doute de la douleur ke vs devez resentir c pour ca que je vous souhaite tout le courage du monde!!!
Votre tite puce vous regarde de la haut!!!!!cordialement

Écrit par : Aurore | 29/12/2008

Les commentaires sont fermés.