Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2008

L'Uzège

L’Uzège, cette région du Gard pour laquelle nous avions eu le coup de cœur tous les trois ensemble, cette région où nous avions choisi une maison pour les vacances, tous les trois ensemble. Cette région qui nous ressemblait et nous apportait tout ce à quoi nous aspirions tous les trois ensemble.
C’était notre lieu de ressource. C’était notre endroit, à tous les trois.

Difficile d’y retourner à deux. Difficile de s’extasier devant la campagne pourtant si belle, devant ses magnifiques villages. Difficile de ressentir de doux sentiments à la vue de chaque merveille qui pourtant nous remplissait de bonheur avant.
Chaque lieu, chaque fleur, chaque sentier, chaque geste, chaque pensée était liée à Fiona et le reste toujours.
« Si seulement elle était là… »
« Tu te rappelles quand… »
« Si Fiona était là, nous… »
« Je me souviens … »
« Fiona aimait tellement… »

Tout est toujours lié à Fiona, mais aussi, ces derniers mois, chaque lieu, chaque fleur, chaque sentier était vide d'elle et nos coeurs avaient mal. Nous la cherchions sans cesse, comme deux âmes errantes, incapables d'avancer sans elle, apeurés de ce vide, de cet avenir sans vie.

Pourtant, peu à peu dans cette belle région, nous avons senti Fiona auprès de nous autant qu’à Mareil. Peu à peu, nous l’avons sentie aussi présente qu’ailleurs. Et peu à peu, nous nous laisons aller au bonheur de nos souvenirs passés à trois et de notre présent à « Trois en deux ».

520343493.JPG


1390210091.JPG


672972619.JPG


Nous nous sommes promenés dans les rues d'Uzès et pour la première fois nous avons poussé la porte de la cathédrale. Là, nous avons brûlé un cierge...

1437849444.JPG

16:02 Publié dans Bonheur | Tags : gard, uzège | Lien permanent | Commentaires (15)

Commentaires

Il y a des choses malgré l'absence que l'on ne peut sacrifier, nous pouvons encore revenir à la terre, nous pouvons emprunter des souvenirs, mais nous ne pouvons pas louer nos pensées, non ça nous ne le pouvons pas ! La mémoire nous mène un rude combat intérieur, la mémoire n'est pas endormie. Pouvons nous vivre comme par le passé, pouvons nous louer le présent sans la criante d'une étincelle d'hystérie comportementale, pouvons nous sacrifier ce qui reste de sourire sans même assécher nos lèvres dans nos déraisons suspendues ! Pouvons nous nous rassasier de ce que ses yeux ont vu, ses lèvres parcourues, son regard qui a déjà mangé notre lecture du moment, sinon les enfermer dans les commencements d'une vie nouvelle, en adoptant l'amour dans la seconde qui naît en sachant que cette jeune fille était la beauté même incarnée dans cette époque, mon Dieu ! que cette époque est dure à vivre.

Je vous embrase ...

Pat ...***

Écrit par : Patlesarthois | 12/11/2008

Oui Fiona était là, oui les souvenirs font mal et du bien à la fois, oui l'âme de Fiona vous suit...

Je crois (la connaissant assez bien je pense) qu'elle est heureuse de vous voir sourire, qu'elle aime quand vous vous sentez bien, et je suis sur que tous les soirs elle vient poser un doux baiser sur le coin de votre joue...

Ce n'est pas les lieux qui comptent, elle vous suit, il suffit de l'apeller pour la sentir là tout près... Une odeur, un souffle...
Et si j'avais sa petite main dans la mienne elle taperait sur son clavier " Joie pour moi de voir maman et Pierre heureux, je n'aime pas quand ils ressentent la peine dans leur coeur..."

Quant à moi j'imagine tout ce miel qui coule pour oublier mes douleurs...

Voilà je vous fais d'énormes bisous

Écrit par : Cop's michèle | 12/11/2008

Ma cop's...toujours les mots réconfortants. Tu es trop belle...je parle de l'intérieur car de l'extérieur on le sait, ça se voit (Il n'y a qu'à demander à pat...je rigole !).
Je t'aime très fort cop's Michèle.
Bisous ma belle

Écrit par : patricia | 12/11/2008

Salut Cop's, tu vas bien ? .............................

((je parle de l'intérieur car de l'extérieur on le sait, ça se voit (Il n'y a qu'à demander à pat...je rigole !).

Rien compris ! ! !

Pat ...***

Écrit par : Patlesarthois | 12/11/2008

Je te taquine Pat car je sais que tu trouves Michèle bien belle et tu as bien raison !

Écrit par : patricia | 12/11/2008

J'imagine cette présence et cette absence dans votre coeur, surtout lorsqu'on revient dans des endroits marquant le souvenir.

Je ne connais pas cette région comme beaucoup d'autres.
J'imagine très belle.

Mes amitiés à vous
merci de vos passages dans ma blogsphère.
Je suis un peu plus silencieux en ce moment sur mes blogs, me sortir de l'ordinateur me fait du bien parfois. Prendre et regarder le temps réel, me permet plus de méditer sur mon monde et mon entourage.
Merci à vous
Amikalement Sic

Écrit par : sic | 12/11/2008

Merci Sic pour vos commentaires qui me touchent toujours beaucoup.
J'aime aller sur vos blogs, lire, regarder, écouter, ressentir. L'éveil des sens dont nous avons tous besoin.

Une belle phrase "Prendre et regarder le temps réel" qui me parle, je suis dans ce questionnement actuellement.

Bien amicalement

Écrit par : Patricia | 12/11/2008

Oui certes, mais c'est plus encore que cela ma Patounette, c'est que j'ai connu tout de suite cette Cop's, elle ne m'aura rien apprit que je ne connaissais déjà d'elle, et j'ai beaucoup d'affection à son endroit. Il n'y a rien d'étrange, ma lecture des âmes m'apprend énormément, mais toi aussi je t'aime beaucoup et je sais ta souffrance ...

Pat ...***

(( salut mon cher Sic ))

Écrit par : Patlesarthois | 12/11/2008

je lis et je relis ta note Patoune, je lis et je relis le premier commentaire de Pat*...
et je ne trouve plus mes mots tellement ce
qu'il dit est pour moi criant de vérité....
dans le premier paragraphe.
et j 'ajouterai, je ne le retrouve toujours
pas( patoune me comprendra)ce qui resort
en ce moment depuis quelques temps et de plus
en plus c 'est un sentiment de solitude ,
déraison suspendue, c 'est celà
ha si je pouvais faire grandir mes pensées
comme une plante prete à fleurir,
je sais vous êtes là, vous êtes le cierge qui
brûle pour... petite lumière , merci
je vous embrasse naik

Écrit par : naik | 12/11/2008

Je t'embrasse ma belle, je vous embrasse, tous les trois. Si tu me sentais à côté de toi à chaque fois que je pense à toi je crois que tu en aurais marre surtout qu'en plus je te parlerai sans cesse, tu serais obligée de mettre tes boules quies toute la journée :))

Écrit par : justmarieD | 12/11/2008

hahaha !! J'en rigolerai encore quand je serais vieille et que je n'aurais plus de dents (si j'y arrive...) !!!
Bon Marie, je change d'homme et je ne met plus de boule quies ou je garde l'homme et les boules quies ????
L'homme et les boules quies c'est pas mal ???
Tu me diras, quand j'ai dormi avec toi j'ai mis également mes boules quies (ou ma boule quies) donc aucun rapport avec l'homme.
Je devrais peut être m'isoler du monde alors....
Vous m'avez suivie ???
Toi Marie, tu m'as suivie, je le sais.
Bisous bisous (vivement le jour de l'an !)

Écrit par : patricia | 12/11/2008

les lieux se vident et se remplissent par ce que nous sommes et par ce que nous en faisons de ses lieux!
normal et saint que patricia et pierre revivent et ressentent des choses tatouées à jamais"les souvenirs" qui est aussi aujourd'hui un présent et qui sera encore et encore un autre souvenir!!!!!
les souvenirs peuvent nous emmener loin mais nous raménent vite à la réalité aussi des fois douce et des fois avec un arrière goût aigre doux mais bon à déguster.

Écrit par : nadia | 12/11/2008

Bonjour Patrica, j'imagine très bien, je vous vois bras dessus, bras dessous marchant et en pleins souvenirs. Ca fait du bien et ca fait du mal en même temps , drôle de sentiments.....
Je ne connais pas Uzège, mais je suis certaine que c'est un coin de France dont je pourrais tomber amoureuse. Mais etant très fidèle en amour , je ne sais plus aller ailleurs qu'a Biscarosse plage.Un jour j'irais voir ailleurs...peut-être !!
Grosses bises à tous les deux.
Isa et sa tite troupe

Écrit par : Isa et tit Jules | 13/11/2008

Son odeur, son sourire, ses taquineries resterons gravés à jamais dans nos mémoires.

Écrit par : Sophie | 15/11/2008

Coucou p'tite soeur !
J'espère que tu vas bien. Je t'embrasse très fort

Écrit par : Patricia | 15/11/2008

Les commentaires sont fermés.