Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2008

Ce soir

Les jours passent et j’ai mal.
Ce mal qui me ronge et jamais ne cessera.
Ma fille est partie. Sans elle ma vie n’a plus aucun sens. Je recherche un peu de bonheur, un semblant de plaisir, mais bien souvent tout me parait fade et sans goût. Je la cherche, j’attends qu’elle revienne. Je n’en peux plus de cette absence qui a assez duré. Je n’en peux plus de ne plus sentir sa chaleur près de moi et son corps qui se lâche totalement dans mes bras, de ne plus sentir son odeur, de ne plus rire avec elle, de ne plus, ne plus, ne plus, ne plus…à jamais !

La prunelle de mes yeux s’est vidée, ma vie s’est envolée, mon cœur a lâché, mon oxygène s’est consumé. Ce bonheur que nous vivions ensemble s’est volatilisé, ce bonheur de vivre, de vivre ensemble, tous les trois.

Fiona n’est plus là. Ce soir j’ai mal, trop mal.

00:35 Publié dans Tristesse | Tags : mal | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

Franchement, je n'ai pas de chance, je viens ici et je lis des gérémiades, des pleurs, mon ordinateur est trempé de tristesse.

Non, Patricia, tu peux attendre Fiona, elle ne reviendra pas, elle est triste de te voir triste mais ne sois pas triste, Fiona va bien,elle est parmi les Anges, elle s'inquiète pour toi,


Patricia, c'est tout normal, ta chaire de ta chaire s'est envolée et tu restes parmi les terriens à devoir continuer ta vie,

J'espère qu'un jour, tu relèveras la tête, que tu regarderas le ciel et que tu diras à ta fille: T'inquiète pas, je vais bien, nous allons bien, tu nous manques, tu es avec nous,chaque jour qui passe mais nous allons mieux.


Je t'embrasse fort Patricia

Alix

Écrit par : Alix | 01/07/2008

Merci Alix, tu as raison.
Le soir, les sentiments prenent une toute autre dimension parfois effrayante. J'ai peu et mal dormi.
Si tu n'avais pas mis ce commentaire, j'aurais détruit ma note ce matin.
Mais je vais la laisser car je ne dois pas avoir honte de me "lâcher" certains jours.
Perdre son enfant, l'unique qui ensoleillait nos jours...c'est terrible.
Aussi bien pour moi que pour Pierre qui souffre autant que moi.
Mais comme tu dis, nous restons terriens qui devont poursuivre notre vie et autant le faire le mieux possible sinon Fiona va nous gronder !!
Bisous Alix

Écrit par : Patricia | 01/07/2008

Ma Patounette, tu as le droit le rouler ton chagrin comme une vieille couverture et laisser couler quelques larmes pour nous rappeler que l’absence fait mal, ce n’est pas honteux de voir quelques sanglots se fracasser sur les bord de la couverture comme la vague sur les rochers, et n’oublie jamais ce que je t’ai dit un jour, si tu éprouves le besoin de dire les choses, il faut les dires …

Je t’embrasse ma Patounette ….

Pat …*** ( Il n’est pas un seul jour que dieu fait où je ne penses pas à mes Absents )

Écrit par : Patlesarthois | 01/07/2008

Patricia
ne pleure pas, et pourtant si ,il faut
faire sortir cette douleur..
ta petite fleur est avec toi
dans ton coeur,

mille bisous d 'une soeur qui
vit cete douleur. Naik

Écrit par : naik | 01/07/2008

Surtout ne culpabilise pas d'avoir mal, trop mal, c'est dur des hours et d'autres moins. Ne t'en fais pas fiona reste à jamais dans ton coeur , pour toujours tu l'aimeras et pour toujours elle te manquera. busous patricia et courage.

Écrit par : nathalie | 01/07/2008

Boujour ma cop's...

Je rejoint tout le monde, tu as le droit de laisser couler tes larmes, c'est normal, ton chagrin te pèse et ce vide qui se fait sentir...

Tu as raison de faire partager ta douleur et celle de Pierre, nous sommes là pour essayer de vous soulager un peu comme on peut...

Il faut parfois retirer le masque du "tout va bien" de toutes façons ce masque ne cache pas tes yeux, et dans tes yeux je vois la tristesse, le manque, la douleur...

Je ne peux pas te dire "allé ça va aller mieux laisse le temps au temps" car je te mentirai un peu, l'absence de la fée clochette tu la ressentira toujours, mais comme le dit Alix, j'espère qu'un jour tu leveras les yeux vers le ciel avec un petit soupir de légèreté...
Fiona est là et tu le sais, nous le savons... Les signes qu'elle nous envoie sont bien réels, et il y a de trop pour que ce soit de simple coincidence... Elle comprend ton chagrin mais je sais qu'elle met tout en oeuvre pour te consoler, je ne la connaît que trop bien...

Je t'embrasse fort fort fort

Michèle

Écrit par : merlin | 01/07/2008

Tous les jours en pensée avec toi ma Patounette, dur, parfois trop dur ? oui bien sûr tout le monde peut le comprendre. Tu peux compter sur moi si tu as envie de parler.

Je t'envoie des biz

Marie

Écrit par : justmarieD | 01/07/2008

Ce matin, je me sens plus sereine et plus légère. La douleur arrive subitement, s'installe quelques heures, quelques jours et s'éclipse doucement, comme ça, sans que j'arrive encore à comprendre...Un processus étrange qui me laisse impuissante malgré mes efforts et mon combat.
Désolée de m'être laissée aller à cette faiblesse mais c'est un sentiment puissant qui me (nous) submerge et qui me (nous) met complètement KO.
Merci à tous pour votre soutien.

Écrit par : patricia | 02/07/2008

Il n'y a pas de mal
simplement que des valises
défaire les malles et les valises
c'est ma poésie comique du moment
afin que tu t'attaches à ton présent
n'être qu'un instant fusionnel
avec celle qui t'éclaire depuis si longtemps
ma Patounette il est temps ...

pat ...***

Écrit par : Patlesarthois | 02/07/2008

Patricia, très heureuse que tu aies laissé ta note en l'état.

Cela m'est déjà arrivée d'écrire une note, une fois, je l'ai supprimée très vite, En fait,comme toi, j'avais écrit une note et au petit matin, je me suis dit, non, je peux pas me mettre à nue et j'ai supprimé.

Je suis heureuse de mon intervention, oui oui, je suis une petite et gentille chauve-souris, nous ne sommes que des terriens et comme je l'ai dit récemment dans une de mes notes, j'ai mis mon wagon de chagrin au congélateur pour l'automne.

Amicalement

Alix

Écrit par : Alix | 03/07/2008

Les commentaires sont fermés.