Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2008

L'insomnie

Le corps endormi et l’esprit en éveil. Mes pensées vagabondent scrutant chaque recoin de mon subconscient et faisant jaillir des profondeurs quelques idées obscures irraisonnées. Je m’enfonce dans le gouffre de la douleur, je piétine, m’agrippe aux parois de ce sombre abîme pour retrouver un soupçon de discernement. Mais je retombe, je retombe sans cesse. D’autres idées affluent afin de noircir davantage le tableau déjà bien sombre. Mes pensées butinent de peurs en peurs, d’angoisses en angoisses pour finir leur parcours dans ce sentiment de panique devenu si familier.
J’ouvre un œil pour reprendre mes esprits et chasser ces mauvaises images. Je médite sur le sens des mots, de ses mots, de ses phrases. Je ne découvre qu’à présent la sagesse et la maturité cachées derrière chacune de ses lignes. Et le véritable sens. Ou le double sens.
Je réfléchis à l’acceptation. Accepter son départ précipité et s’adapter à son absence. Je peux y arriver. Nous pouvons y arriver. La sérénité vaincra ce mal qui ronge de l’intérieur. Cette douleur lancinante, profonde. Cette entaille.
Mon corps est réveillé, mon esprit ne peut plus s’assoupir. Il est 4 heures, je me lève. Dans quelques heures, le jour se lèvera. Les oiseaux chanteront, le soleil sèchera la rosée du matin, et l’odeur de café réveillera les âmes endormies.
Alors, mes pensées s’apaiseront.

Commentaires

Vivre autrement,
mais VIVRE !!!
Oui !
C'est la nuit qu'il est plus difficile de "gérer"...

Mon amitié vole vers toi...
Tendres bisous...

Et cette nuit, mes pensées te rejoindront !!!
(comme souvent !!!)

Écrit par : Danny | 13/05/2008

Pauvre Pat.
c 'est ce qui surnage aujourd'hui,17 mois jour pour jours depuis le départ,jour pour jour, du départ de Denis(47ans demain)
pauvre Pat! Pauvre Pat
je voudrais tant t'apporter du positif!sache
que tu es tous les soirs dans ma prière!
danny est souvent là pour nous maintenir droites
Pat aussi, si moi je pouvais t 'offir une berceuse
qui endorme un peu ta peine!
je t 'embrasse naik

Écrit par : naik | 13/05/2008

Oui la nuit peu être angoissante, c'est une solitude imposée, et pourtant la nuit quand je me réveille et que je me lève pour boire un verre d'eau, j'attends ma rencontre avec Fiona et mon coeur bas à 1000 à l'heure, mais elle n'est pas au rendez vous,alors je pense aussi à toi et me dis que c'est normal que ma cop's ne sois pas là car elle veille sur sa maman chaque nuit, chaque jour chaque heure...
Elle panse ta douleur comme elle le peut, elle te serre dans ses bras et t'embrasse en te disant "ne pleur pas maman, je suis là".
Et moi aussi je suis là jour et... nuit... A bon entendeur

Je t'embrasse très fort !

Michèle

Écrit par : merlin | 13/05/2008

Comme dit Pat, faire le deuil est impossible. Je dirais même inutile. Et Danny, oui tu as raison, il faut apprivoiser la souffrance et l'absence. Parfois, je me dis qu'il faut que j'arrive à penser simplement "quelle chance j'ai eu d'avoir eu une fille comme Fiona, d'avoir vécu ces belles années avec elle, de l'avoir rencontrée".

Naik, je suis de tout coeur avec toi aujourd'hui, comme tu l'es avec moi. Je comprends...

Michèle, mon amie, ta cop's est là parfois, chez toi. Tu te rappelles. Et quelle chance vous avez eu toutes les deux de vous trouver...
Pour finir, une citation de Paul Eluard "Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez vous".

Bisous à tous

Écrit par : patricia | 13/05/2008

Oui!
Quelle chance avons-nous eu d'avoir des enfants-lumière,
des enfants-vérité,
des enfants-tout-amour...
et comme le dit si bien Marie dans son billet d'aujourd'hui,
des souffrances qui nous ont "forgées" au feu de l'amour !
Certains d'entre vous ne comprendront sans doute pas que nous vivions cela comme une chance...
Mais je sais que toi Patricia,
toi Naik,
toi Pat,
et d'autres aussi,
vous comprenez...
"faire son deuil"...
comme Pat, je ne sais pas ce que ça veut dire...
ce deuil fait partie intégrante de nous : il nous façonne encore un peu plus chaque jour...
Apprivoiser l'absence nous aide simplement à aller un peu plus loin...
Faire un pas,
et puis un autre,
et encore un autre,
parce que plus loin,
toujours,
il y a des joies à vivre !

Écrit par : Danny | 13/05/2008

Moi j'ai la chance d'avoir rencontré Fiona, nous nous sommes aimé et nous avons tant partagé (pas assez à mon goût, mais le destin en a decidé autremment).
aujourd'hui je peux dire que ma meilleure Amie est un Ange... JE T'AIME FIONA

Écrit par : merlin | 14/05/2008

Les commentaires sont fermés.