Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2008

A ma petite soeur

Je t’ai connue quand tu avais cinq ans et moi huit. Peut-être un peu plus. Peu importe. Petite fille fragile. Je découvre le Handicap pour la première fois ; je découvre le combat.
Fragile mais battante avec un seul mot d’ordre : survivre. Même si tu ne l’as pas dit, je sais que tu l’as pensé, je sais que tu l’as vécu.
C’est ton caractère, si fort et si doux, si révolutionnaire et si serein, c’est ton caractère qui a fait que tu as tenu si longtemps, qui a fait que l’on t’a aimée si longtemps, qui fera que je ne t’oublierai pas et ce pour longtemps.

Quand j’ai pris conscience de ton combat, j’ai pris conscience de ta santé, de ta beauté, de la maturité. J’ai pris conscience de TOI, toute entière.
Et là, une amitié forte s’est installée. J’étais tellement fière de t’avoir pour amie ! De passer des moments agréables avec toi. Fière d’avoir fait mes premières soirées pyjama avec toi !
Tu as traversé sous mes yeux des épreuves difficiles où je pleurais déjà, comme endeuillée, croyant que le moment du « au revoir » était arrivé. Mais c’était bien mal te connaître ! Tu t’es battue ! Je suis devenue admirative. Admirative et minable car à coté de toi, je suis lâche et faible ! Je n’aurais eu le courage de me battre autant !
Quand je parlais de toi, j’avais le sourire, je disais que tu étais le Courage et la Joie. J’ai toujours été et je serai toujours très fière de toi !

Et puis un jour, j’apprends que tu veux que je devienne ta marraine ! tu ne pouvais me faire plus grand honneur ! Même si cela n’a pas pu se faire comme il le fallait, tu es quand même devenue ma filleule, ma petite sœur, celle que j’ai toujours voulue avoir !

Petite fleur, je ne t’ai pas dit « je t’aime » comme on le dit dans les films, tu sais, sous la pluie, ou avec un bouquet de roses, en te le chuchotant ou en le criant sur tous les toits ! Je n’ai pas été là autant de fois qu’il l’aurait fallu, que je l’aurais voulu et je le regrette.

Je n‘étais pas là à ton enterrement (mon école ne voulait pas) et je le regrette. Je sais que regretter ne sert à rien, ne te ramènera pas.
J’ai quand même un soulagement : tu ne souffres plus. Plus de chirurgie, d’amaigrissement, de pâleur, de douleur. Tu n’as plus besoin de te battre.

J’ai consacré la porte de ma chambre à ta mémoire, comme j’ai consacré une partie de ma mémoire à la tienne, une partie de mon cœur.
Petite sœur, je ne réalise toujours pas en réalité, et c’est peut-être pour cette raison que je n’ai pas osé revenir là où tu as vécu, là où tes parents vivent. Peur de réaliser ? De me rendre compte que tu n’es pas là pour m’accueillir, comme avant, quand on entendait ton cri prouvant que tu es contente de nous voir. Oui je crois que j’ai peur.
Je garde cette dernière image de toi, allongée sur ton lit, belle comme à ton habitude, avec ton ours en peluche. Je croyais être préparée à l’image de la mort, du fait de ma future profession. J’avais tout faux. Ta main froide, ton teint pâle, j’ai toutes les sensations encore. Mais j’ai surtout celles où tu me serrais la main, chaude, moite. De ton sourire, de ton rire, si frais et si boostant.

Petite sœur, je n’ai pas encore tout dit mais mon texte est déjà trop long.
J’ai juste une dernière chose à dire : JE T’AIME

Marine

1331791487.jpg

 

Commentaires

Ton texte est très émouvant, poingnant... Je connais la jeune fille que tu es, et ne doutais pas de la sincérité que tu avais pour notre Amie Fiona. Elle nous manque à tous beaucoup mais je sais aussi qu'elle veille sur nous et nous guide de sa main si douce...

bises

Michèle

Écrit par : merlin | 02/05/2008

C’est le texte d’amour, il parle de l’amitié, et ce mot est si galvaudé qu’ici il prend toute son importance, l’on devrait le mettre dans les noms propres. Marine, tu dis ma lâcheté et ma faiblesse, et bien je te dis qu’il ne faut pas te dévaloriser car Fiona ne le voudrait pas, comme je le dis souvent nous sommes les petites fleurs que le maître du jardin cueille en son temps, et chacune à sa propre intelligence. Méfiez vous bien de ceux qui ne sont pas munis de l’exigence intellectuelle, il s’agit parfois d’un plan précis de la part du maître du jardin, nous serons bien étonné au jours de la transfiguration. Tout comme toi j’ai noté le bon côté révolutionnaire de Fiona, et tout particulièrement sa belle maturité, la politique avait un vrai sens dans ces commentaires. Je suis vraiment désolé que ton école, ou plus exactement ses dirigeants, ce comportement est une honte et un scandale, à vomir cette attitude, plaise à dieu que ceux qui ont pris cette décision aient leurs amis au jour du grand voyage. Merci pour ce beau témoignage.

Bise ..

Pat …*

Écrit par : Patlesarthois | 03/05/2008

ma petite Fio
je t'ai fait un slam sur ton départ, j'ai pleuré ton départ et j'en pleure encore, mais cette gestation m'a fait rire aussi car j'ai vu défiler aussi les bons moments....La vie est ainsi, ce slam j'attends que tes parents me donnent le feu vert pour le lire dans un café associatif question de vivifier encore ta mémoire et te faire rencontrer du monde, tu es une belle leçon de vie, alors ça se transmet...
Aussi sache que deux cierges que juju , marinette et moi même avons été déposée en ton honneur et en ta mémoire si lumineuse et si vivante:
*un cierge à Notre Dame de la Garde à Marseille et au même moment une messe a démarré alors musulmane ou pas dieu est partout et on a fait des prière là ou on est bien et là ou on y croit.alors j'ai fait un priére pour toi . Et du monde il y en avait et de toutes les nationalités.belle cérémonie comme tu aimes
*un cierge à l'abbaye Westminster à Londres
tu es ici et là et partout et tu continues à voyager avec nous et dans nos coeurs
on t'aime
nadia

Écrit par : nadia | 11/05/2008

Je rentre de vacances. Marine, Michèle m'avait lu ton texte avant de le mettre en ligne. Je le redécouvre en rentrant ce soir. Il est très beau. L'amitié...l'amour, quoi de plus beau ?!
Mais lis bien le commentaire de Pat. Oui, Fiona n'aimerait pas que tu dévalorises et puis, tu es toi même et vraie ! Ne change pas !

Nadia, ton slam je viens de le lire. Fort, très fort ! Bien sûr que tu peux !

Bisous à tous

Écrit par : patricia | 11/05/2008

Les commentaires sont fermés.