Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Survivre

Coup de blues ce soir.
Nous vivons ?
Ou bien nous survivons ?

Fiona est partie depuis 2 mois. Le 24 février nous semble hier et il y a 10 ans.
Elle nous manque. Plus les jours passent, plus elle nous manque.
C’est à se taper la tête contre les murs certains jours (aujourd’hui).
Nous survivons.
C’est comme si nous n’en pouvions plus d’une absence qui a assez duré et que nous allions enfin nous réjouir de la retrouver.
Sauf que son absence n’a pas assez duré puisqu’elle va définitivement durer !
Je voudrai être quelques mois en arrière.
Je voudrai changer le cours de la vie.
Mais il n’y a pas d’issue. Aucune issue.
Elle n’est plus là physiquement.
Nous survivons.

Avez-vous toujours autant de peine ? Ce mal, vous ronge t-il toujours autant ?
Nous oui.
Nous survivons.
Pire, il nous tue à petits feux. Du moins, c’est mon impression certains jours.
Oh certes, nous rions, nous sourions, nous sortons, nous mangeons, nous dormons (comme l’on peut), nous allons au ciné, nous faisons du vélo…Mais nous sommes des martiens, d’une autre planète. Nous ne sommes pas vraiment là. Nous sommes avec elle. Avec Fiona.

J’ai peur. J’ai peur que tout le monde l’oublie. J’ai peur que nous ne soyons plus que quelques uns à vivre avec Fiona dans la tête, dans le cœur, dans le corps.

Je veux parler d’elle. Crier mon amour pour elle et que l’on me comprenne. Je veux qu’elle soit là à chaque instant, dans la tête de chacun.

Fiona, ce livre que je t’ai promis, je l’écris. J’y passe tout mon temps…A défaut peut être d’être bien écrit, il sera beau car il sera TOI.
Cette association, ton combat, oui elle verra le jour. Grace à tes amies...
Et ce bateau portant ton nom, il naviguera…

Tu sais Fiona, je n’oublie pas l’essentiel. Je regarde la misère, les gens malheureux, les injustices, les horreurs, les idioties, les aberrations et toutes les belles choses de la vie aussi. Je continue de regarder et de comprendre, nous continuons de regarder et de comprendre car comme tu disais :
« Pour tout voir cela est très facile, moins efficace pour mieux comprendre que regarder.
Pour moi joie de regarder loin et pouvoir comprendre »

Je t’aime, tu me manques tellement !

Commentaires

  • Nous ne sommes que de chair et de sang, et rien n’est plus mystérieux que l’absence d’amour d’un être aimé. Votre Fiona ne faisait qu’une avec vous, comme vous ne faite qu’un avec elle, ses os sont vos os, sa peau est votre peau, son haleine est votre haleine, ses yeux, ses oreilles sont vos yeux et vos oreilles, elle ne vous a jamais quitté, elle est toujours là pour vous nourrir et vous soutenir, sentez sa présence dans vos veines comme les eaux gonflées d’un puissants torrent d’amour….

    Je embrasse …

    Pat …*

  • patoune,
    Tu sais, je l'ai dit à Pierre, Fiona est très présente pour moi au quotidien, elle est comme un petit papillon sur mon épaule qui m'aide à mieux écouter, à prendre du temps, à laisser du temps aux enfants pour s'exprimer. Je ne risque pas de l'oublier, souviens toi de ce que je lui avais écrit il y a quelques années:
    "Tu as semé au coeur de bien des gens , ma belle
    la fleur qui fait bouger, qui sans dire un seul mot
    pose toutes les questions puisqu'elle est la réponse."
    Tous ceux qui l'ont approchés ont été questionnés par elle au plus profond et pour toujours. Après on choisit d'écouter ou non, mais oublier, c'est impossible. Dire que la souffrance s'atténuera peut paraître plat et facile mais votre vie va se reconstuire autrement, sans oubli mais avec peut-être une vie de tous les jours un petit peu plus paisible, avec des moments durs et des plus doux. Tu te souviens, Mino demandait qu'on parle de Mickaël, qu'on se souvienne des moments drôles, de la vie quotidienne avec lui. Ils sont tous deux en face de moi, leurs photos l'une près de l'autre, comme ils sont dans ma pensée et dans mon coeur. Pense à toi, prends soin de toi, prenez soin de vous tous deux, et sachez que nous sommes là, nombreux à vous entourer, n'hésitez pas à faire appel. je vous embrasse de tout coeur, marei-no

  • C'est assez bizarre de venir écrire un commentaire à quelqu'un que l'on ne connait pas (et je m'excuse par avance si cela vous choque), je viens ici par hasard, en me promenant sur le site (où je lis régulièrement le blog d'une personne de ma famille) et je lis, je lis, je remonte dans les archives du blog et je lis encore et là, tous mes problèmes me paraissent insignifiants, quelle joie de vivre transpire à travers ces lignes et que la vie semble injuste d'avoir laissé partir votre fille si jeune. Merci à Fiona d'avoir donné d'elle même ainsi et merci à vous de continuer à la faire vivre à travers ces lignes.

  • N'ai pas peur Patoune, on ne va pas oublier ta puce, on ne peut pas oublier Fiona, c'est impossible.
    Elle nous a tellement apporté, appris tant de choses, qu'elle est gravée en nous, elle fait partie de nous...
    il n'y a pas une journée où je ne pense à elle, elle est presente quoi que je fasse, il y a tellement de choses qui me font penser à elle et je sais que Benoit aussi pense tout le temps à sa copine, il lui fait de tres beaux sourires par le biais de sa photo....

    Laurence

  • Comment Patoun, peux-tu penser une chose pareille ? Outre les cadeaux qu'elle nous a faits et qui me font penser à elle chaque jour puisqu'ils sont sous nos yeux constamment, chaque fois que je vois mes petits-enfants elle est là, souriante du travail qu'elle a accompli pour que nous connaissions cette joie. Fiona est indissociable de mon quotidien et pour toujours. Je n'ai jamais rencontré autant de sagesse, autant de sourires malgré sa vie de souffrances,.
    Je suis sûre que tout ceux qui l'ont connue ne peuvent que garder en eux, à chaque instant, ses propos encourageants quand des tracas viennent nous tourmenter. Je n'oublie pas "faut pas faire ami avec les tracas fâcheux, la vie est merveilleuse".
    Fiona ? C'est mon l'étoile qui me guide. Je la suivrai toujours.
    Je l'aime, je vous aime (et je pleure, tant pis)
    Josy

  • je ne connaissais pas Fiona,
    mais elle est avec moi,qui suit une maman qui a perdu
    son fils il y a 16mois.la douleur, est comme un ruisseau
    qui coule à travers la prairie de la vie!tantôt il bouillone,
    tantot il remonte à la lumière!et quand il est dans la lumière
    cueillons les fleurs de la tendresse de l 'amitié, des
    rencontres...ce blog pour moi est la
    rencontre d'une fleur de lumière.
    prenez soin de vous,nos enfants le souhaitent!
    mes prières sont avec vous!
    je vous embrasse Naik
    .

  • Ce matin en me levant, je pensais détruire cette note. Mais j'ai lu tous vos commentaires.
    Merci à tous, je sais que vous êtes là. Il y a des jours où la solitude face à notre douleur est difficile, même si je sais que nous sommes seuls à pouvoir atténuer cette douleur et à adoucir notre vie.
    Merci à Elo, d'être venu et d'avoir laissé un message en passant. Fiona est certainement heureuse d'avoir été lue et écoutée.
    Naik, je ne connaissais pas votre parcours. J'ai une pensée très forte à cet instant pour vous et votre fils. La douleur est en effet ce ruisseau tantôt agité, tantôt paisible qui coule à travers la prairie de la vie.

    Bon dimanche, je vous embrasse tous très fort

  • Je vous souffle quelques pétales de paix ...

    Bonne soirée les amis ...

    Pat ...*

  • Approche, allez encore un peu plus, viens que je te serre fort dans mes bras...
    La vie sans Fiona est sans goût, je sais que Pierre et toi survivez à cette douloureuse épreuve, mais je veux que vous sachiez que nous sommes là... Et que Fiona, personne ne pourras l'oublier, elle est indelebile !! Même d'autres personnes pourrons faire sa connaissance, car notre association naîtra prochainement, et notre bateau parlera d'elle. Et ma cop's Fiona a tellement marqué les esprits et bouleversés les coeurs, que rien n'y personnes pourront oublié l'ange qu'elle est... J'aimerai que tu reprenne goût à la vie, même si je sais qu'elle n'aura jamais la même saveur... Je t'aime fort !

  • La révolte de l'absence : je la comprends. Je pense à vous.

  • Moi aussi je t'aime fort ma cop's !

    Anne-Marie, l'absence est de plus en plus difficile, c'est ça qui est invivable. C'est au fond de nous, insupportable.

  • Ma Patounette, n'oublie pas nous on vous aime, et on est là ..

    Bises, bonne nuitée comme dirait Rsylvie !

    Pat ...*

  • patricia, je vous serre dans mes bras,oui on est là!
    rien ne remplace notre amour, mais comme toute plante qui veut fleurir pour cet amour, nous avons besoin de tuteurs pour nous tenir droites! tous ces amis du blog nous
    maintiennent et nourissent de leur amitié,je vous offre la mienne même si elle est un peu tremblotante , mais elle est sincère.je vous embrasse tous les deux.Naik

  • Il est 23h45 et avant d'aller me coucher je veux faire un coucou à Fiona autrement que par la prière.
    Et me voila sur son blog à lire tous les commentaires et en particulier le tien Patoune.
    Je pense a son rire, à son sourire, à sa joie et à ses pleures.
    Je me l'imagine comme elle est.
    En vendée il y a 5 jours j'étais invité à une soirée informelle aprés le spectacle des danseurs Ukrainiens avec les responsables, les Chanteurs et quelques familles.
    A un moment la discussion est venue sur les blogs et j'ai été trés surpris car Francois (Président de l'ass Vendée Ukraine) et Anne Sophie sa compagne ont parlé de Fiona de son blog qu'ils avaient visité et qui leur avait permis de mieux comprendre et de mieux connaître Fiona. Ensuite la discussion à continué un bon moment sur les personnes handicapées, les moyens mis en oeuvre etc....
    Mon imagination ensuite a travaillé car je voyais Fiona participer en écoutant et en souriant.
    Je suis certain que beaucoup pensent à Fiona tous les jours mais malheureusement ne laissent pas de mots tous le temps.
    Même si le Pays basque est loin, je pense à vous trés fort et vous étes toutes les deux dans mon coeur.
    Je vous aime et je vous embrasse.

  • Merci frangin...Je sais que de ton pays basque tu penses à Fiona et que tes prières sont entendues. Nous aussi on t'aime très fort.

    Naik, le chemin que je traverse actuellement, vous le connaissez par coeur. Je vous soutiens aussi dans la douleur qui est la vôtre également.

    Pat, je sais que vous êtes tous là...et crois moi c'est un réèl réconfort.

    Il faut que j'aille mieux et que je retrouve un peu de sérénité. J'en fais la promesse ce matin pour Fiona, elle doit être triste de me voir malheureuse.

  • Ma petite puce.
    Je ne me manifeste pas beaucoup, mais tu le sais je pense très souvent à toi dans la journée et la nuit si je me réveille tu es là je me surprend à te parler.
    Pourquoi nous avoir quitter si vite,c'est très difficile à accepter, tu as été un éxemple pour moi , courageuse toujours le sourire ça je n'oublierais jamais, je n'arrive pas à dire tout se que je ressent , mais je t'aime ma puce.
    Mamy

  • Bonjour,
    Je ne vous connais pas mais j'ai lue plusieurs articles sur votre blog! Je suis très émue de la manière dont vous continuez à faire vivre votre fille avec ce blog. Je vous ai découvert grace à votre commentaire sur le blog de "Où on va maman?". J'ai lu "Où on va papa?" Pour travailler un module de mon année d'aide soignante. Je suis resté frustré à la fin du livre et j'ai essayé de connaitre l'auteur, son histoire... Pour connaitre le contexte familial, car il faut que dans notre métier nous comprenions pourquoi les personnes réagissent comme ça? Que pensent-elle?...... Lors de mes différents stage j'ai eu l'occasion de travailler dans des foyers et d'être bénévole à l'APF. Je n'ai pas encore d'enfant alors je ne pourrais pas dire que je comprend votre situation! Mais en tout cas je vous trouve très forte et la manière dont vous parlez de votre fille est merveilleuse. Je ne sais pas si votre livre est sortie mais j'ai vraiment hate de le lire. S'il est déjà sortie merci de bien vouloir m'envoyer le titre. Je suis aussi très croyante et je pense que votre fille est au coté de Dieu et que de là haut elle est heureuse.

    Merci

    Annie de BREST

Les commentaires sont fermés.